La rumeur se fait de plus en plus insistante mais à Washington DC elle n’est nullement confirmée par les autorités compétentes. L’état hébreu aurait lancé une procédure visant à se doter de chasseurs furtifs Lockheed-Martin F-22A Raptor. Gros hic dans ces affirmations relayées par tous les médias israéliens et même plusieurs arabophones : l’avion n’étant plus produit depuis 2011 l’US Air Force serait alors obligée de se défausser d’une partie de ses avions de série. Retour sur un imbroglio dans lequel on retrouve la patte de l’actuel locataire de la Maison-Blanche.

Tout a commencé il y a quelques jours par une réunion entre Mark Esper, le secrétaire à la défense des États-Unis, et son homologue israélien Benny Gantz. L’Américain aurait personnellement donné son accord pour l’exportation de trente à cinquante chasseurs de supériorité aérienne Lockheed-Martin F-22A Raptor vers Heyl Ha’Avir. Le contrat concernerait également des missiles air-air et des bombes à guidage laser et/ou GPS.

À Washington DC cependant la très sérieuse DSCA, la Defense Security Cooperation Agency, qui dépend du Pentagone et donc de l’autorité politique de Mark Esper n’a aucune trace d’une telle transaction. Et pour cause le F-22A Raptor n’est plus produit depuis 2011 et la livraison du 187e avion de série à l’US Air Force. Il faudrait donc que ce soit des avions de seconde main qui soient exporté vers l’état hébreu.

Or aujourd’hui l’US Air Force ne peut pas se permettre de perdre autant d’exemplaires de son précieux chasseur de supériorité aérienne. C’est grâce à lui qu’elle assure la majeure partie de sa défense aérienne et de ses interceptions, notamment face à la menace des avions de reconnaissance et bombardiers russes. Revendre à l’export des F-22A Raptor d’occasion risquerait donc d’affaiblir la défense des États-Unis à un moment où elle a plus que jamais besoin de maintenir un haut niveau d’alerte.

Plus encore que Mark Esper c’est surtout Donald Trump qu’on devine derrière cette histoire. L’actuel Président des États-Unis n’en est pas à son galop d’essais en la matière. On se souvient qu’il avait proposé l’an dernier la vente de Boeing C-17A Globemaster III au même état hébreu alors que l’avion n’est plus produit depuis 2015 et que là encore l’US Air Force dispose d’un nombre trop réduit de machines pour s’en séparer.
Évidemment la DSCA avait rendu un avis défavorable et le Congrès n’avait de ce fait pas suivi Trump. Or en matière d’exportation de matériels militaires ce dernier ne peut pas diriger son pays à coup de décrets, sans doute à son grand dam.

Et c’est sans doute ce qui va arriver concernant ces Lockheed-Martin F-22A Raptor car on imagine mal la DSCA approuver une vente qui fragiliserait la défense américaine. Surtout il existe un principe tacite aux États-Unis : la Maison-Blanche et le Pentagone ne se mêlent pas d’affaire d’exportations d’armes dans la période du «Last Month», c’est à dire un mois avant la date officielle de l’élection présidentielle américaine. Même si on sait que sur ce genre de tradition Trump est capable de passer outre les fonctionnaires eux ne se laisseront pas faire.
Du coup tant que l’Amérique ne saura pas qui de Biden ou de Trump l’emportera demain cette vente sera bloquée. Et même si Trump venait à être réélu le Congrès n’apporterait sans doute pas son aval à un tel contrat.

Il pourrait alors rester la possibilité de faire relancer la production par Lockheed-Martin. Mais là encore peu de chances quand on sait que l’an dernier une option avait été envisagé en ce sens afin de doubler l’effectif actuel dans l’US Air Force. Pour un marché de près de 200 avions le coût unitaire aurait alors été de 216 millions de dollars US l’avion ! Alors pour trente à cinquante machines destinés à l’export c’est inenvisageable. D’autant que l’avionneur ne semble plus y tenir lui-même tant que ça.
Proposé un temps à l’export à certains alliés très fidèles comme le Japon ou le Royaume-Uni on peut se dire qu’Israël a laissé passer son affaire. Qu’elle se console le Boeing F-15EX Advanced Eagle arrive sur le marché.

Photo © US Air Force.

Publicité

36 COMMENTAIRES

  1. Venant du 51eme état americain cela ne me choque guère. Je ne sais pas de quand date cette procédure mais il faut surement y voir la vente récente de F-35 aux EAU. Cela reste en travers de la gorge d’Israël et veut a tout pris garder l’avantage dans la région.

  2. Et le F35, il n’est pas censé faire de la défense aérienne?
    Ironie à part, vis à vis de quel appareil le F22 serait il nécessaire? Parmi ses voisins, lequel est capable de mettre en œuvre actuellement et dans les 20 prochaines années un appareil capable de faire peur au couple F35 I et F16 V?
    Je comprendrais par contre qu’ils soient intéressés par le prochain chasseur de LM.

    • L’egypte Avec ses Rafales et ses SU35 E?
      Même si c’´est des F35 « i » je ne parie pas un Shekel dessus..Hormis l’adresse, la formation et la pugnacité des pilotes de l’IAF, je pense a un bon carton.
      (Je sais très bien que les tensions Egypte-Israel, sont tombées mais c’est un exemple)

  3. Pour pouvoir utiliser des avions, il faut des bases aériennes.

    Surtout, comme les F-35, les F-22 ont besoin de dizaines d’heures de maintenance pour une seule heure de vol.

    Or, comme la Corée du Nord, l’Iran et ces alliés possèdent des centaines de missiles sol-sol et de drones kamikaze capables d’atteindre les 6 grandes bases aériennes que possède Israël. Ces bases accueillent aussi des dizaines d’hélicoptères.

    2 de ces bases sont situées à moins de 50 km de la bande de Gaza. Une autre est à 50 km du sud Liban.

    Dans un conflit, même si Israël réussit à intercepter 2/3 de ces missiles, les dizaines réussiront à passer.

    • Israël a un budget de 20 mds $ pour sa defense en 2020 soit 6.8 % du PIB soit quatre fois celui de la France. Mais c’est vrai qu’un contrat comme celui ci c’est au moins 10 mds pour des appareils neufs. Un payement étalé sur plusieurs années et aussi faut pas se leurrer, grâce à la dette.

  4. « Le meilleur chasseur de supériorité au monde » tout est relatif, lors d’un exercice aux EAU en 2009 le Rafale a nettement dominé le F22 en dogfight ! 😉

      • Cela reste à prouver ! Dans un cas comme dans l’autre l’exercice ne permet pas de juger. Mais la « force » d’un avion réside aussi et surtout dans son environnement (nombre d’appareil, awacs, radar au sol ou en mer, pilote, etc …)

      • Je ne sais pas si les Rafale seraient allés au tapis mais ce qui est sûr, c’est que le F-22 n’est pas un dieu du dogfight. En combat « réel », en BVR, il a un très gros avantage : il voit loin et peut cibler de loin, tandis que lui est très difficile à localiser. Seulement, en combat réel, tirer un missile de loin ne veut pas dire qu’il va toucher à coup sûr : les cibles ont également des contre-mesures électroniques, des flares, etc. La suite de protection électronique du Rafale n’a pas à rougir par rapport à celles des Américains, que je sache. Par conséquent, un combat « réel » entre les deux (en BVR et tout) serait certainement bien plus serré que le résultat d’un dogfight simulé.

        • Le F-22A est un chasseur de supériorité aérienne, pas un chasseur tournoyant. Il détruit ses adversaires avant même que le dogfight ne devienne possible. Mais je suis d’accord avec vous qu’un Rafale F3-R/F4 ou un Typhoon Tranche 3 s’en sortirait sans doute pas si mal que ça en combat BVR face au Raptor, même si le pourcentage de risque qu’il soit au tapis rapidement demeure sans doute élevé.

        • L’avantage du Rafale c’est qu’il peut tirer un météor en dehors de la bulle d’engagement d’un F22, même si le Rafale est vu avant.
          La difficulté va dès lors consister à repérer le F22 pour fournir une solution de tir. L’une des solutions c’est l’OSF, en plus le F22 est très visible vu sa taille. Ou alors la désignation par un tiers.
          Le F22 est prenable, même en BVR.
          Nul n’est invincible dans les airs. L’intelligence tactique et la formation comptent autant, sinon plus, que les qualités intrinsèques de la machine.

      • Justement on n’est pas sûr tant qu’on a pas testé ! Le BVR c’est le tir de loin donc effectivement en combat rapproché c’est antinomique.
        A priori le F22 est avantagé mais le Rafale est vecteur du Meteor, missile au plus long rayon d’action au monde, et le F22 n’est pas totalement indétectable donc……
        Ce qui est sûr c’est qu’au canon ou en rapproché le Rafale est supérieur ^^ Cocorico 🙂

        • J’oubliais que bien souvent dès qu’on parle du Rafale les aérophiles français perdent toute forme d’objectivité. 🙂

        • La plus longue portée du monde ça m’étonnerait. Le missile phoenix a une portée de 180 km, les iraniens dans une version améliorée auraient même fait mieux. Le AMRAAM AIM-120D a une portée également de plus de 180 km. Le Vympel R-37M russe lui possède une portée de 300 à 400 km. C’est un beau bébé; 4,20m, 600 kg, mach 5. Mais tout ces missiles forcément ont des caractéristiques classifiés et peu de gens connaissent leurs veritables performances.

        • Au même titre que certains adorateurs de la sacro-saint USAF au sens large, et du F-35 en particulier, hein, Arnaud ?!?!… 😉

    • Il ne faut pas croire n’importe quoi.
      Pose toi une question: pourquoi tout les Pays ayant des avions de combats modernes sont-ils aussi prompt à clamer la moindre petite victoire (pourtant rare) contre un F22 en entrainement? Les autres le font-ils contre le gripen, le typhoon ou me Rafale?
      C’est peut-être parce-que le F22, en fait c’est la référence en tant qu’avion de supériorité aérienne.

      Voici trois anciens pilotes de chasse (1 Français, deux américains, ayant pilotés Rafale, F16, F18, F15) qui analysent dans quelques vidéos la fameuse vidéo montrant un Rafale qui « abat » un F22:
      La première vidéo d’une série de 4 de « ATE »: https://youtu.be/pVBhl6qZDNg
      Vidéo de C.W.Lemoine et « Gonky »: https://youtu.be/MQeJXaTbfS4

      Ils en viennent à la même conclusion: le pilote de F22 fait beaucoup d’erreurs (il a perdu la vision du Rafale?) ou bien le fait exprès et les informations de la vidéo sont largement insuffisante pour pouvoir conclure quoi que ce soit (quel est le but de l’exercice, quelles sont les règles d’engagement, que dit le pilote Américain à la radio?).

      • @Guig2000 : Tiens je ne crois pas qu’il y ait tant que ça de pays qui clament une victoire contre le F22 ?
        Ate fait ses vidéos en anglais, mais aussi en Français : (2 parties, video très claire et impressionnante)
        https://www.youtube.com/watch?v=IWGjNMcaAXk
        On voit que le pilote du F22 s’est déjà trouvé dans le collimateur du Rafale une première fois avant de faire l’erreur de renverser et de se retrouver en joue une 2eme fois.
        Je ne pense pas non plus que le pilote américain fasse l’erreur pour faire plaisir au français, ce sont nos amis d’accord mais pas à ce point 😉
        Il y a eu 6 combats dont à priori 4 nuls mais on n’a toujours pas de résultats vraiment officiel… dommage 😉
        Et sinon le Rafale risque de rapidement se trouver face aux derniers missiles PL-15 que les chinois viennent de fournir au pakistan..

        • Je ne sais pas ce que tu crois à propos des victoires Vs F22, je ne comprends pas ta question.

          Je pense que tu n’as pas bien lu mon commentaire, j’ai bien écrit que ATE proposait 4 vidéos sur ce sujet.

          Ce que tu n’as pas compris par ailleurs (mais les croyances, c’est comme l’amour, ça rends aveugle et là tu ne retiens que ce qui t’arrange), et c’était la moitié de la signification de mon commentaire, c’est qu’on ne peut pas juger de la supériorité d’un avion sur un autre sur un seul engagement d’entrainement surtout quand c’est basé sur une vidéo tronquée et sortie de son contexte qui est en fait de la propagande. D’ailleurse on se doute bien que la vidéo qui a « fuité » est certainement celle où les Français s’en sortent le mieux et celle où ils s’en sortent le plus mal.

          L’autre moitié de mon propos consistait à appuyer mon explication par les analyses de vrais pilotes, comme gonky (qui dit avoir pratiqué des exercices Vs F22 et Vs Rafale dans son F18). Il explique que ce qu’il voit faire le F22 dans cette vidéo est largement inférieure à ce que ses propres adversaires faisaient, particulièrement à basse vitesse, comme si la poussée vectorielle était désactivée.
          Par ailleurs dans d’autres vidéos il explique lui aussi que dans tout ces entrainement, c’est le F22 qui était, et de loin le plus difficile à affronter.
          De la même manière ATE dit bien qu’à choisir entre F22 et Rafale, il choisit F22.

          tout ça pour dire que quand tu écris « « Le meilleur chasseur de supériorité au monde » tout est relatif, lors d’un exercice aux EAU en 2009 le Rafale a nettement dominé le F22 en dogfight ! « , il ne s’agit que d’une manche sur X, où le pilote Français n’a en réalité pas pris le kill (il n’a pas appuyé sur la gâchette) que tu généralise. Je ne suis pas compétent pour dire par moi-même si le F22 est le meilleurs avion de supériorité au monde, mais il me semble que la chose fait consensus et tout cas ces trois pilotes en sont persuadés.

          Par contre je me suis trompé dans mon premier commentaire quand j’ai parlé de F15, aucun des pilotes que j’ai cités ne semble avoir piloté de F15.

  5. Arnaud les américains croyaient dur que leur f4 fantôme sans canon massacreraient facilement les mig. Nord-viêtnamien, grâce à leurs missiles mais la théorie n’est pas toujours la réalité.
    Cordialement

  6. sinon ca choque personne que la ligne de montage des F22 est fermé depuis 2011 , et quand l’USAF a voulu en recommander une cinquantaine , ils ont fait marche arriére devant le prix exorbitant du F22 , Donc vu que le congrés US a jugé le F22 inexportable a ses alliés comme le japon qui lui est solvable , je doute qu »un jour un voit un F22 avec l’etoile de david , ou alors ca sera un EX-USAF .

  7. On peut aussi constater que dans tous les conflits mettant aux prises des avions d’origine occidentale contre des avions d’autres pays les premiers ont incontestablement été supérieurs aux seconds. Par exemple les forces aériennes d’Israël ont constamment dominé le ciel du Moyen Orient et encore aujourd’hui la Syrie ou l’Iran équipés de chasseurs russes modernes ont la prudence de ne pas provoquer les pilotes israéliens. Je suis assez sceptiques quand on nous parle de missiles iraniens qui seraient supérieurs aux missiles occidentaux, de la part d’un pays incapable de créer un chasseur digne de ce nom c’est vraiment possible ? Quand à une confrontation directe Rafale contre F22 dans une guerre c’est impensable ( à moins que la terre sorte de son orbite ! ) pour ma part je pense que ces deux excellents chasseurs se complètent et resteront dans le même camp

    • Il y a au moins un contre-exemple récent : un MIG-21 des années 60-70 a abattu un F16, appareil d’une génération supérieure, lors de combats entre Indiens et Pakistanais.
      Comme je le disais plus haut, une machine n’est pas une garantie de succès lors d’un affrontement.
      On peut aligner les chiffres, les portées, les rapports poids-puissance, l’électronique, etc… Il n’empêche que le facteur humain et la tactique joueront toujours un rôle de premier plan.

    • Sauf que la réalité est un peu différente.

      Pendant la guerre froide, l’URSS a toujours fournit à ses alliés des armes avec des capacités limitées, c’est ce que l’on appelle des « downgraded export version ». Ceci afin de réduire les risques de voir ses meilleurs technologies tomber dans de mauvaises mains.

      Ainsi, en 1982, la Syria avait des Mig 21 et Mig 23 complètement dépassés avec en plus des pilotes peu entrainés.
      Résultat 85 avions perdus. Ce qui n’a pas empêché, ensuite, la Syrie de rachêter les mêmes avions.

      De la, même manière, l’ URSS a aussi toujours refusé de fournir des missiles balistiques précis.
      Elle a refusé de fournir des SS-23 de 500 km de portée à la Syrie et des SS-12 de 800 km de portée à l’Irak.

      En 1991, la guerre du Golfe aurait été différente si l’Irak avait possédé quelques dizaines de SS-12.

      Cela explique pourquoi plusieurs pays du Moyen-Orient se sont tournés vers la Corée du Nord pour fabriquer des missiles balistiques précis. Des missiles qui permettent à ces pays de viser des bases aériennes, bases qui sont indispensables pour faire décoller les avions et les entretenir.

      Ainsi, comme l’explique Stéphane Delory, de la Fondation pour la Recherche Stratégique, le missile balistique est devenu l’avion stratégique du pauvre.

  8. Question missile, la portée ne fait pas tout, il faudrait avoir une bonne électronique pour filtrer les leurres et un bon NEZ, pas le pif pour renifler ses cibles mais No Escape Zone, distance en dessous de laquelle la cible ne peut s’échapper.
    C’est un notion purement aérodynamique, si le missile a suffisamment d’énergie (vitesse) et comme il vire nettement mieux qu’un avion, la cible ne peut lui échapper, pas de prise en compte de la qualité de l’électronique du missile et de sa cible.
    Il faut savoir qu’avant le Meteor, un missile n’est propulsé que pendant un très courte durée (en secondes) pour atteindre sa vitesse maximale et finit la majorité de son parcours sur l’élan ainsi acquis, on voit qu’en limite de portée le missile n’a plus assez de vitesse pour bien manœuvrer, d’où l’idée de conserver un peu d’énergie en phase finale, ce que fait le Meteor en gardant un peu de carburant dans ce but, facilité par le fait qu’il a un moteur aérobie (statoréacteur) plus facile à rallumer qu’un moteur de fusée.
    Il me semble qu’une version d’AMRAAM est envisagée pour rallumer son moteur fusée en cette phase finale, idem pour le MICA-NG
    Pour revenir au duel F-22 vs Rafale en dogfight, je pense que le pilote du Rafale a eu de la chance ou/et que son adversaire a fait une erreur. Le F-22 est beaucoup plus lourd que le Rafale mais il compense par des moteurs puissants, par la poussée vectorielle et par ses grandes gouvernes. Pour moi, en dogfight, ils sont équivalents

    • Et pour en revenir à l’article, aussi bons que soient le Rafale ou le F35, j’ai des doutes sur le niveau et la capacité des pilotes égyptiens sur Rafale et arabes sur F35 à faire peur à Israël qui possède de plus des équipements modernes au sol.
      Non, vraiment, je ne vois pas l’intérêt du F22 pour eux à ce prix.

      • Une petite remarque.

        La base aérienne Nevatim, où sont stationnés les F-35 israéliens, est située à seulement 75 km de l’Egypte.

        En cas de conflit, les égyptiens ont d’autres options pour attaquer au sol ces F-35.

  9. @ Arnaud,
    Le Rafale ne battrait pas seulement le F 22 en dogfight, mais aussi le F 35, il est aussi capable de transporter son poids en bombes et dispose de meilleurs missiles que tous ses concurrents; Il est capable de transporter plus de carburant et peut donc rester en l’air plus longtemps et plus loin. Il est aussi capable d’atterrir sur des pistes sommaires là ou les appareils US ont besoin de terrains spécifiques. Il est aussi capable de changer ses moteurs en 50 minutes. Son seul défaut c’est qu’il ne se vend pas bien, ce qui est tout le paradoxe pour cet avion qui peut tout faire, mais ne rencontre pas son public !

    • J’aime bien le Rafale et lui reconnais plein de qualités mais là vous exagérez, sauf pour ce qui est de l’export de l’avion, qui d’ailleurs, n’est pas son objectif principal

      • @ James
        Ce que je dis c’est que le succès relatif remporté par le Rafale à l’export, est paradoxal face aux énormes qualités qu’il propose (Oui PK, de bien loin supérieur au Su-35 & Su-57 dont il ne ferait aussi qu’ une bouchée en dogfight !)-Cet avion sait tout faire, il aurait dû s’arracher comme des petits pains. Et le paradoxe -continue en extrapolant avec un avion comme le F-35, complètement décrié et qui lui s’impose partout ! Surement encore la main invisible des américains qui fait la différence !

        • Non pas que je veuille me faire l’avocat du diable (dans ce cas les Su-35, F-22, et F-35) mais sur quoi reposent vos allégations selon lesquelles le Rafale serait supérieur ? Et juste comme ça en passant Romuald, existe t-il en 2020 un avion de combat que vous pensez supérieur ou au moins équivalent au biréacteur omnirôle français ?

  10. « Proposé un temps à l’export à certains alliés très fidèles comme le Japon ou le Royaume-Uni on peut se dire qu’Israël a laissé passer son affaire. »

    A ma connaissance les États-Unis n’ont jamais proposé le F-22 à l’export, ils ont même refusé lorsque le Japon et Israel en ont fait la demande…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom