La flotte complète des hélicoptères d’attaque et d’appui de la Koninklijke Luchtmacht doit avoir été rénovée d’ici début 2025. Un peu plus de quatre ans donc, c’est le temps que l’usine Boeing de Mesa en Arizona a pour transformer les vingt-huit AH-64D Longbow Apache néerlandais en AH-64E Guardian. Un contrat qui avait été signé voici deux ans et demi pour un peu plus d’un milliard de dollars US mais retardé en raison de la crise sanitaire mondiale. Trois premiers appareils ont quitté le port d’Anvers ce jeudi 19 novembre 2020.

C’est en effet par bateau puis par rail que les trois premiers McDonnell-Douglas AH-64D Longbow Apache vont réaliser le transit entre les Pays-Bas et l’Arizona. La voie maritime va les conduire jusqu’au port américain de Baltimore, sur la côte est. Ensuite ils seront hissés sur des wagons spécialement adaptés au transport d’hélicoptères jusqu’à l’usine Boeing de Mesa.
Une fois ce périple terminé les travaux pourront commencer pour les techniciens et ingénieurs de la branche voilures tournantes du géant américain.

Le pari est important pour les Pays-Bas qui vont ainsi perdre pendant quatre ans une partie de la capacité d’action opérationnelle. C’est aussi une manière pour les Néerlandais de se maintenir à un niveau au moins équivalent aux Eurocopter Tiger UHT / Tigre HAD respectivement en service dans la Heersflieger et dans l’Aviation Légère de l’Armée de Terre.

Ce chantier mené aux États-Unis va surtout permettre à l’aviation néerlandaise de disposer d’hélicoptère au dernier des standards du légendaire Apache : l’AH-64E Guardian. Outre une dépose totale des éléments de chaque hélicoptère et un rajeunissement généralisé de la cellule plusieurs améliorations sont prévues. Le remplacement tout d’abord des deux turbines General Electric T700-GE-701 par des T700-GE-701D jugées plus économiques et permettant de passer de 1690 à 1890 chevaux l’unité. Ensuite c’est l’avionique qui va évoluer. Nouveau cockpit permettant de travailler sous jumelles à vision nocturne PNVS, système d’acquisition et de désignation de cibles AN/ASQ-170, système de protection anti-missiles AN/AAR-111, et un FLIR de nouvelle génération.
Niveau armement pas de grands changements à l’exception de l’apparition de l’Advanced Precision Kill Weapon System. L’APKWS est une roquette de 70mm Hydra 70 dotée d’un ciblage laser la rendant beaucoup plus précise. Elle demeure tirée en paniers depuis les moignons de voilure de l’hélicoptère.

Les Pays-Bas espèrent disposer d’une première capacité d’action à douze exemplaires au printemps 2023 et de sa pleine dotation, soit vingt-huit machines, deux ans plus tard.
C’est actuellement le plus gros chantier de modernisation de l’aviation néerlandaise.

Photo © ministère néerlandais de la défense.

Publicité

3 COMMENTAIRES

    • 25 millions mais ce prix n’inclut pas l’armement.

      j’imagine que le contrat contient d’autre chose qu’on se sait pas

  1. ça a l’air long et difficile.
    et sans offset, en plus.
    je croyais les Néerlandais plus retors que ça en affaire
    ils auraient mieux fait d’acheter du Tigre : ça, c’est de la bagnole !

Comments are closed.