Alors qu’elles vont célébrer cette année leur trentième anniversaire les forces aériennes slovènes confirment qu’elles sont plus que jamais européennes. Leur état-major a annoncé son intention de passer deux commandes distinctes dans les prochaines semaines auprès de Leonardo pour la première et d’Airbus Helicopters pour la seconde. Il s’agit pour la Slovénie de moderniser à la fois sa flotte de transport tactique tout en renforçant ses moyens d’assaut héliporté. Plus que jamais la Slovénie tourne le dos aux constructeurs américains.

La commande considérée comme la plus urgente est celle d’un avion de transport tactique afin d’envoyer à la casse (ou au musée) le vieux bimoteur Let L-410UVP racheté de seconde main dans les années 1990. Pas d’appel d’offres dans ce cas puisque les généraux slovènes ont jeté leur dévolu sur l’ultramoderne C-27J Spartan de l’industriel italien Leonardo. Un appareil qui a coup sûr va permettre aux Slovènes de gagner en polyvalence et en capacité de projection. Le futur avion devra permettre de remplir en outre des missions à caractère sanitaire.

La seconde commande de l’année concernera deux hélicoptères de transport tactique afin de renforcer la flotte de quatre Eurocopter AS.532 Cougar actuellement en dotation. Cette fois le marché est moins arrêté. Si les militaires sont largement favorables à la continuité en passant commande pour des Airbus Helicopters H215M Cougar Mk-2 certains parlementaires slovènes semblent privilégier l’option du NH-90 Caïman TTH également proposé par le groupe Airbus. Un tel hélicoptère permettrait selon eux de gagner en efficacité et de permettre aux militaires des forces spéciales locales de disposer d’une machine adaptée.

Pour les Slovènes il s’agit également de retirer petit à petit du service les derniers Bell 412 encore en dotation. Certains de ces hélicoptères de facture américaine seront versés en 2026 aux forces de l’ordre du pays tandis que d’autres seront revendus sur le marché d’occasion.
Dans le même temps le pays ne cache plus son intention d’acquérir au cours de la décennie le premier chasseur de son histoire, sans doute à hauteur de six à neuf exemplaires. Et là encore les avionneurs américains ne seront pas les premiers convoqués. Mais ça c’est une autre histoire.

Photo © Tony Osborne.

Publicité

4 COMMENTAIRES

    • @Toto : Je pense que vous parlez plutôt des Eurofighter Typhoon Autrichien, non ? Il est possible (mais non certain) que l’Autriche cherche a les vendre, Le cas échéant, cela ne se fera pas sans commande ET la livraison d’un appareil de remplacement (Gripen ? F-16 v ?…).

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom