La lutte menée par l’État contre le Covid19 est de tous les instants, les militaires y prennent part depuis le début au sein de l’opération Résilience. Ce samedi 20 mars 2021 en fin de matinée un avion militaire de transport léger Dassault Aviation Falcon 2000 a relié la métropole avec le territoire ultramarin de Saint-Pierre-et-Miquelon. À son bord se trouvaient 9600 doses du vaccin mRNA-1273. Celles-ci ont été transportées dans des conteneurs spécialement adaptés.

Le jet d’affaire habituellement dédié aux opérations gouvernementales a décollé de la Base Aérienne 107 de Villacoublay en Île-de-France. À bord du Dassault Aviation Falcon 2000 de l’Armée de l’Air et de l’Espace se trouvaient donc 9600 doses du vaccin mRNA-1273 du laboratoire Moderna, mais pas que. En effet madame Annick Girardin, actuelle ministre de la Mer et ancienne élue de l’archipel de Saint-Pierre-et-Miquelon, était du voyage. En effet c’est sur ses terres qu’elle comptait recevoir elle-aussi la première injection.

L’avion a atterri sans encombre sur le tarmac de l’aéroport de Saint-Pierre Pointe-Blanche peu avant 13 heures, heure locale. Les personnels ont immédiatement déchargé la précieuse cargaison tandis que la ministre était accueillie par les autorités locales.
Les 9600 doses du vaccin mRNA-1273 permettront donc une protection rapide de 4800 de nos concitoyens ultramarins d’Amérique du nord.
Les différentes sources donnent pourtant un impact assez faible de la maladie dans l’archipel puisque quatre à neuf patients seulement auraient été détectés, et un seul hospitalisé. Il a fort heureusement survécu au coronavirus. Saint-Pierre-et-Miquelon compte un peu moins de 6300 habitants, en faisant un des DROMCOM les moins peuplés.

De par sa distance avec la métropole mais surtout de par ses infrastructures aéroportuaires l’archipel de l’Atlantique nord est difficile à ravitailler pour l’Armée de l’Air et de l’Espace. Ses gros-porteurs ne peuvent pas y opérer, c’est pourquoi les jets d’affaire sont préférés. On se souvient que François Hollande, alors Président de la République, avait été obligé d’avoir recours à son Falcon 7X plutôt qu’à l’A330 habituel. Les pistes de l’aéroport ne peuvent pas recevoir d’avions de ligne plus gros que des mono-couloirs type Airbus A320 ou Boeing 737.

Photos © Armée de l’Air et de l’Espace.

Publicité