FICHE DESCRIPTIVE

Appareil : Dassault Aviation Falcon 2000
Constructeur : Dassault Aviation
Désignation :
Nom / Surnom : Falcon 2000
Code allié / OTAN :
Variante :
Mise en service : 1995
Pays d'origine : France
Catégorie : Avions de transport
Rôle et missions : Avion de transport de hautes personnalités, transport d'état-major, évacuation sanitaire, reconnaissance électronique.

HISTOIRE

Dassault Aviation Falcon 2000 :
L'héritier du Mystère XX”

Au sein de l’aviation civile les jets d’affaire tiennent une place à part. Le marché se répartit évidemment en différents segments mais également entre plusieurs avionneurs. Pourtant quelques-uns d’entre-eux le dominent largement : Bombardier Aerospace au Canada, Cessna et Gulfstream Aerospace aux États-Unis, et enfin Dassault Aviation en France. Ce dernier est en effet le principal constructeur européen dans le domaine en couvrant aussi bien les longs et très long-courriers que les courts et moyens-courriers. Et dans ces deux dernières catégories son avion-vedette du moment est le biréacteur Falcon 2000.

L’optique de l’arrêt à venir de la production chez Dassault Aviation du Falcon 200, dérivé amélioré et doté d’un rayon d’action augmenté du Mystère XX, laissait entrevoir un trou dans le catalogue de l’avionneur. En effet désormais il serait absent sur le segment des jets de sept à neuf places courts-moyens courriers. Ce qui veut dire qu’il allait laisser l’avantage à des biréacteurs comme le Bombardier Learjet 35 ou encore le Cessna 650 Citation III.
Et ça pour les décideurs clodoaldiens c’était impensable. Aussi décidèrent t-ils de lancer la réflexion autour d’un programme alors appelé Falcon X.

Celui-ci fut rendue publique en juin 1989 lors du traditionnel Salon du Bourget. Quelques vues d’artistes laissaient alors entr’apercevoir un avion assez classique dans sa définition.
En fait en coulisses les designers et ingénieurs de l’avionneur s’activaient depuis plusieurs semaines. Grâce à leur logiciel CATIA (pour Conception Assistée Tridimensionnelle Interactive Appliquée) qui permit déjà de développer le démonstrateur technologique Rafale A les femmes et les hommes de Dassault Aviation mirent au point leur nouvel avion. Et afin de réduire ses coûts ils décidèrent qu’ils disposerait de tronçons de fuselages communs avec le Falcon 900. Ce triréacteur était alors le haut de gamme de l’avionneur et se vendait particulièrement bien. L’avion issu du programme Falcon X serait alors un excellent complément de ce dernier.

La finalisation de l’industrialisation fut officialisée fin 1990 quand divers accords de sous-traitance furent signés avec plusieurs entreprises. Le principal partenaire de Dassault Aviation sur ce programme était alors l’avionneur italien Alenia qui fournissait aussi bien des éléments de voilure autant que de l’empennage ou encore du nez. L’industriel transalpin représentait 25% de l’avion fini. Un accord fut également passé avec le motoriste américain Garrett autour de son CFE738 développé spécialement pour l’avion français avec l’aide d’un autre motoriste : General Electric.
Le prototype de l’avion fut assemblé dans le courant de l’année 1992. Il reçut alors officiellement le nom de Falcon 2000.

Extérieurement il se présentait sous la forme d’un très classique biréacteur d’affaire à aile basse cantilever en flèche. Son usinage faisait appel à la fois aux métaux et alliages légers mais également aux matériaux composites. Ces derniers, très onéreux à cette époque, étaient une spécialité française. Le Dassault Aviation Falcon 2000 disposait en outre d’un poste de pilotage biplace côte à côte ultramoderne. Une instrumentation de vols électronique (aussi connue comme EFIS) dotée de quatre écrans LCD fut installée, une grande première alors pour un avion civil de ce type.
Par rapport au Falcon 900 le Falcon 2000 était plus court d’un mètre et quatre-vingt-dix-huit centimètres. Sa cabine avait été pensée pour accueillir entre six et dix-neuf passagers. Son aménagement standard était pourtant de huit passagers dans un confort de très haut niveau avec lignes téléphoniques et fax mais également écrans de télévision individuels pour chacun et chacune à bord.
Son premier vol intervint le 4 mars 1993.

Certifié en novembre 1994 il entama sa carrière commerciale en mars suivant. Et très vite ce Dassault Aviation Falcon 2000 se vendit très bien. Malgré un prix un peu plus élevé que ses concurrents il représentait alors le nec plus ultra dans la catégorie Super-Mid-Size, c’est à dire les moyens-courriers hauts de gamme. La majorité des avions se vendait alors sur les marchés européens et nord-américains.
À la toute fin du 20e siècle pourtant le Falcon 2000 semblait boudé par les militaires.

En fait Dassault Aviation devra attendre le tout début du 21e siècle pour voir arriver la première commande étatique d’un Falcon 2000. Et c’est la Bulgarie qui acheta l’avion pour des missions de transport de hautes personnalités. Bien qu’opérant sous immatriculation civile cet appareil est militaire et appartient à une unité qui exploite également un Airbus A319CJ. Dans ce pays le Falcon 2000 remplace un Yakovlev Yak-40 « Codling » soviétique obtenu du temps de la guerre froide.

Ce début de 21e siècle fut marqué pour l’avion français par de nouvelles versions : le Falcon 2000EX doté de réacteurs canadiens et le Falcon 2000EX Easy doté d’une avionique améliorée. Ils furent certifiés respectivement en 2003 et 2004. Puis arrivèrent les Falcon 2000LX dotés de winglets et surtout le Falcon 2000S cumulant des améliorations de toutes ces versions. Leurs certifications intervinrent en 2009 et 2013.
Et ces quatre sous-versions furent chacune de beaux succès commerciaux.

Après la Bulgarie c’est la Corée du Sud et la Slovénie qui ont passé commande pour des exemplaires de cet avion. Le premier de ces pays en a acheté deux pour des missions à caractère de renseignement électronique et optronique et le second un seul pour du transport gouvernemental.
Plus récemment le Japon a sélectionné le Falcon 2000 dans sa version MSA (pour Maritime Surveillance Aircraft) et l’a commandé à cinq exemplaires par sa garde-côtière. Ils doivent à partir de l’année 2021 remplacer quatre Saab 340B utilisés depuis les années 1990 pour des missions de recherches et de sauvetages à long rayon d’action.

En France le Dassault Aviation Falcon 2000 sert dans l’Armée de l’Air au sein de l’Escadron de Transport 60 à hauteur de deux exemplaires. Un est un Falcon 2000LX et l’autre un Falcon 2000S. Ils sont revêtus de la livrée dite « République Française » similaire à celle des Falcon 7X de transports présidentiels et primo-ministériels. Ils ont permis de remplacer les triréacteurs Falcon 50 jugés vieillissants, depuis versés à la Marine Nationale. En outre les deux Falcon 2000 français sont adaptés aux missions d’évacuation sanitaire rapide.
Le Falcon 2000 a donné naissance à un avion appelé Dassault Albatros qui commencera à remplacer à l’horizon 2023 les plus vieux des Dassault Gardian en service outre-mer.

Jet d’affaire profondément réussi le Dassault Aviation Falcon 2000 n’a pourtant pas l’aura qu’il mérite. Moins aisément reconnaissable des néophytes que les Falcon 900 et Falcon 7X en raison de son architecture en biréacteur c’est pourtant un redoutable concurrent sur le marché civil. Seule ombre au tableau la faiblesse de sa pénétration sur les marchés de la défense et du parapublique. Sa fin de vie n’a pas été annoncée pour l’instant par le constructeur.

Publicité

PHOTOS

CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES

Modèle : Dassault Aviation Falcon 2000EX Easy
Envergure : 19.33 m
Longueur : 20.23 m
Hauteur : 7.06 m
Motorisation : 2 réacteurs Pratt & Whitney Canada PW308C
Puissance totale : 2 x 3175 kgp.
Armement :
Charge utile : Jusqu'à 19 passagers en configuration haute densité.
Poids en charge : kg
Vitesse max. : 900 km/h au niveau de la mer
Plafond pratique : 15500 m
Distance max. : 5550 Km configuré pour 8 passagers et 2 personnels de cabine.
Equipage : 2
[...] Passez dans le comparateur...

PLAN 3 VUES

Plan 3 vues du Dassault Aviation Falcon 2000

PROFIL COULEUR

Profil couleur du Dassault Aviation Falcon 2000

VIDÉO

Atterrissage d'un Falcon 2000 civil en Suisse.