L’information nous a été donnée en tout début de soirée. Ce vendredi 12 mars 2021 un peu avant 17 heures un hélicoptère civil a été intercepté et accompagné jusqu’à une base aérienne francilienne par l’Armée de l’Air et de l’Espace. L’appareil évoluait sans aucun contact radio, obligeant un avion de chasse et un hélicoptère à prendre les airs. Désormais le pilote est entre les mains des services judiciaires.

Selon les informations données par l’Armée de l’Air et de l’Espace l’appareil provenait du secteur Manche et se trouvait à une centaine de kilomètres de la capitale quand il a été décidé de l’identifier. Le Commandement de la Défense Aérienne et des Opérations Aériennes a immédiatement envoyé sur place un avion de combat Dassault Aviation Mirage 2000-5F armé en air-air bon de guerre. Dans le même temps un hélicoptère Eurocopter AS.555 Fennec appartenant lui aussi à l’Armée de l’Air et de l’Espace rejoignait la zone d’interception.

Arrivé à sa hauteur le pilote du Mirage 2000-5F a identifié ce qui semble être un monoturbine Airbus Helicopters H130. Le chasseur l’a accompagné jusqu’à être rejoint par le Fennec. Les deux aéronefs militaires français ont alors escorté l’hélicoptère civil en question. Arrivé à proximité de l’agglomération parisienne le jet a rompu la formation afin de ne pas survoler la capitale ou sa proche banlieue. Sous l’escorte du Fennec le H130 s’est posé sur l’héliport de Paris-Issy les Moulineaux. Là le pilote a été pris en charge par la Gendarmerie de l’Air.

Il semble que le H130 en question venait du Royaume-Uni. On ignore actuellement si l’appareil souffrait d’une panne radio ou si le motif de ce silence est plus intentionnel. Nous aurons sans doute de plus amples informations dans les heures ou jours à venir.
Cette interception est marquante car elle concerne l’Île-de-France et ses onze millions d’habitants, autant que par les moyens mis en œuvre : un avion et un hélicoptère.

Photo © Armée de l’Air et de l’Espace.

Publicité

8 COMMENTAIRES

    • Non Lhuillier, de la part de Marc Lorré il n’y a rien de mesquin, mais tout du second degré. Vous devriez essayer un jour, vous verrez le second degré ça ne brûle pas.

  1. Bonjour,
    Est-ce qu’on sait ce qu’a donné l’enquête ? Simple panne radio ou volonté délibérée du pilote de ne pas respecter les règles ?

    • Bonjour, vous surestimez nos militaires : il est bien trop tôt pour le savoir. Nous n’aurons sans doute pas d’infos avant au plus tôt la fin de la semaine.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom