Connu sous le nom de CAP 55, pour Capability Development Plan 2055, il s’agit là d’un programme majeur pour la défense malaisienne. La Tentera Udara Diraja Malaysia vient d’annoncer que désormais trois avions sont en lice comme future monture pour ses unités de chasse mais aussi d’entraînement avancé. Il s’agit aussi d’un crève-cœur pour cette force aérienne malaisienne qui n’a pas les moyens financiers d’acquérir des avions plus puissants. Le marché s’est donc affiné depuis son lancement en février dernier.

Sur le papier la Tentera Udara Diraja Malaysia a vingt avions à remplacer : treize sont des chasseurs légers British Aerospace Hawk Mk-208 et sept des jets d’entraînement avancé Aermacchi MB-339CM. Sauf qu’aux regards de ses besoins tactiques elle a établi que trente-six avions lui sont nécessaires pour se maintenir jusqu’en 2055.
Quand le programme fut lancé il y a deux mois les possibilités étaient importantes. Finalement la Malaisie n’a retenu que trois pays, tous asiatiques.

La Corée du sud, l’Inde et le Pakistan sont donc en lice. Ils alignent respectivement les FA-50 Fighting Eagle / T-50 Golden Eagle, le LCA Tejas, et le JF-17 Thunder. Un temps le M-346 Master italien fut envisagé tandis que le Yakovlev Yak-130 Mitten russe a été immédiatement rejeté, eut égard aux mauvaises relations diplomatiques entre Kuala Lumpur et Moscou. La Malaisie reproche toujours à la Russie la bavure du vol MH17 au-dessus de l’Ukraine.

Reste donc ces trois avions asiatiques. Ils ont chacun leurs points forts et leurs points faibles. Si le JF-17 Thunder pakistanais est sans doute le meilleur chasseur des trois il ne tient pas la comparaison avec le T-50 Golden Eagle en matière d’entraînement avancé. En fait l’avion le plus faible dans ce trio semble bien être le Tejas indien, toujours pas vendu à l’export à la différence de ses deux concurrents. Les relations diplomatiques et politiques des trois pays avec la Malaisie pourraient bien au final faire la différence.
Affaire donc à suivre.

Photo © Korea Aerospace Industries.

Publicité

1 COMMENTAIRE

  1. J’ai un bémol concernant le JF-17 Thunder : bien que construit par le Pakistan et présenté comme pakistanais, il risquerait d’accroître la dépendance technologique de la Malaisie vis-à-vis de la Chine, ce qui ne me paraît pas être le meilleur « placement long terme » de la région du moment.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom