L’hélicoptère multi-rôle de l’US Navy ne cesse d’évoluer et de gagner en polyvalence. L’escadrille HSC-4 Black Knights vient de réaliser une série de manœuvres validant l’emploi de ses machines dans une configuration d’appui rapproché tactique. Canons-mitrailleurs, mitrailleuses de sabord, et roquettes en paniers viennent désormais accroitre l’arsenal de ce descendant du Sikorsky SH-60 Seahawk. Une évolution qui pourrait même faire de l’ombre aux Bell UH-1Y Venom de l’US Marines Corps.

Visite pré-vol et inspection de l’impressionnant canon GAU-23/A de calibre 30mm.

Habituellement les Sikorsky MH-60S Knighthawk sont connus comme des hélicoptères de soutien logistique, de recherches et sauvetages en mer, ou encore de sauvetage en zone de combat. Il y a peu on les découvrait en sauveteurs de haute montagne. Ils ajoutent désormais une corde à leur arc : l’appui-protection !

Et c’est dans les zones escarpés du Nevada, non loin de NAS Fallon, que les hélicoptères de l’escadrille HSC-4 Black Knights ont démontré en cette première quinzaine d’avril 2021 leur efficacité dans ce domaine. Durant cet exercice des munitions ont été tirées en très grand nombre. Pour l’occasion les hélicoptères avaient reçu un puissant armement, pour le moins original. Mitrailleuse calibre 50 (ou 12.7mm chez nous) modèle GAU-21 en version gundoor montée sur le côté gauche de l’hélicoptère et offrant une puissance de feu impressionnante. Un panier à 19 roquettes air-sol fixé sur moignon de voilure du côté droit ajoute à cela une capacité d’appui anti-véhicules et anti-embarcations légères. Le plus étonnant reste le canon-mitrailleur GAU-23/A de calibre 30mm fixé sur le côté gauche, en opposition du panier lance-roquettes. Initialement cet équipement n’avait pas été pensé pour l’appui-protection mais pour la guerre des mines dans le cadre du programme RAMICS, pour Rapid Airborne Mine Clearance System. S’il peut aisément détruire des mines entre deux eaux il peut aussi faire de gros dégâts contre des cibles au sol.

La mitrailleuse calibre 50 demeure un indémodable de la défense américaine. Une arme aussi peu subtile qu’efficace.

Mais alors pourquoi un tel arsenal sur un hélicoptère qui ne sert ni dans l’US Army ni dans l’US Marines Corps ?
Tout simplement parce que l’US Navy veut pouvoir jouir d’un équipement lui permettant depuis ses porte-avions à la mer de disposer d’une puissance de feu air-sol remarquable en protection rapprochée. Ainsi lourdement armés des MH-60S Knighthawk embarqués pourraient assurer des missions de lutte anti-terroriste contre les menaces de surface qui ne peuvent pas être contrées par des moyens plus classiques. Des hélicoptères ainsi gréés pourraient également intervenir en appui d’hélicoptères de recherches et sauvetages au combat en cas de récupération d’un pilote ou d’un équipage d’aéronef descendu derrière les lignes ennemies.

Sur cette vue on distingue bien la mitrailleuse calibre 50 en sabord latéral, juste derrière le canon de 30mm.

Servis par un équipage de cinq marins ces Knightawk «gunship» représentent un vrai plus tactique pour la marine américaine. Reste à savoir comment ils se comporteraient dans la réalité d’un engagement opérationnel. Seul l’avenir nous dira cela.

Photos © US Navy.

Publicité

3 COMMENTAIRES

  1. Concernant la partie opérationnelle, je pense qu’on peut assez facilement imaginer les résultats puisque l’ajout d’armement a la plateforme H-60 n’est pas nouvelle, je pense notamment au MH-60L/M DAP du 160th SOAR qui sont généralement équipé d’un armement similaire.

    • Sauf Romain que les versions dont vous parlez sont basées sur l’UH-60 Blackhawk. Le MH-60S Knighthawk dérive lui du SH-60 Seahawk sensiblement différent. 😉

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom