Comme dit l’adage populaire : mieux vaut tard que jamais. Ce jeudi 15 avril 2021 madame Florence Parly, ministre des Armées, a officialisé la commande de huit hélicoptères d’assaut H225M Caracal pour le compte de l’Armée de l’Air et de l’Espace. Cette acquisition s’inscrit dans le plan de relance économique voulu par le gouvernement après la première vague du Covid-19. C’est l’Armée de l’Air et de l’Espace qui bénéficiera de ces machines.

En fait il s’agit là de l’épilogue d’un feuilleton de plusieurs mois entre les ministères des Armées et des Finances. Bercy a donc finalement cédé aux demandes de Balard et financera l’acquisition de ces huit Airbus Helicopters H225M Caracal. Le contrat est annoncé à 310 millions d’euros. Ces appareils étaient initialement non prévus dans la loi du 13 juillet 2018, dite loi de programmation militaire 2019-2025. C’est donc au titre du plan de relance économique 2020-2022 émis par la France suite à la catastrophe économique et industrielle du Covid-19 que ces hélicoptères militaires seront achetés.

Huit machines ça peut sembler peu, mais rappelons-le encore il s’agit d’un achat hors loi de programmation militaire. C’est donc un contrat assez juteux car non prévu à l’avance. En terme de dépenses publiques, et notamment de dépenses dans le milieu de la défense et de la sécurité publique, la planification est devenue la norme en France.
L’Armée de l’Air et de l’Espace commencera à les réceptionner d’ici trois ans.

L’objectif premier de ces H225M Caracal ultra-modernes sera alors le remplacement des vénérables Aérospatiale SA.330B Puma hors d’âge. Ils assureront donc principalement des missions de service publique mais également de soutien aux opérations spéciales.
Avec un âge moyen d’environ 44 ans les Puma de l’Armée de l’Air et de l’Espace sont des hélicoptères usés. Ces huit nouvelles machines ne permettront certes pas un remplacement exemplaire pour exemplaire, mais c’est déjà un bon début.
Sur l’EC725/H225M est un hélicoptère qui a largement prouvé son efficacité sous les couleurs françaises. Nos équipages et mécanos connaissent sa robustesse et sa fiabilité.

Photo © Armée de l’Air et de l’Espace.

Publicité

1 COMMENTAIRE

  1. Ouf ! Il était temps !
    Ce n’est pas du luxe, nos bons vieux Pumas vont pouvoir prendre une retraite bien méritée.

    Quand est t-il du transfert des Caracal de l’Alat vers l’AAE ? Ce sujet est-il toujours d’actualité ?
    Merci de vos réponses.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom