À vrai dire quand la presse régionale a révélé l’affaire ce vendredi 7 mai 2021 au matin j’étais particulièrement sceptique. Après vérification et recoupements il s’agit bel et bien d’un scandale comme rarement la chasse française en a connu un dans son histoire. En mars 2019 un jeune pilote de chasse alors âgé de 26 ans a été attaché à une cible air-sol sur le champ de tir Diane en Corse alors que des avions de combat le survolaient et frappaient leurs objectifs à proximité. L’Armée de l’Air et de l’Espace a condamné cet acte et engagé des poursuites à l’encontre de ses auteurs.

C’est le très sérieux quotidien La Provence qui a publié un article sur ce scandale de bizutage. Cette pratique est bien connue dans les écoles de commerce, les facs de médecines, ou encore dans certains corps de l’État ça n’en demeure pas moins que le bizutage en France est rigoureusement interdit.
Au titre de la loi du 17 juin 1998 le ou les auteurs de fait de bizutage à l’encontre d’un ou de plusieurs de leurs condisciples est passible d’une amende de 7500 euros voire de six mois d’emprisonnement. Visiblement les militaires de l’Armée de l’Air et de l’Espace auteurs de cet acte honteux l’ignoraient, ou pire n’en avaient rien à faire.

Sur les faits on sait que ce pilote de chasse de 26 ans a été attaché à un poteau de ciblage et le visage recouvert d’une cagoule le plongeant dans le noir le plus complet. Des chasseurs Mirage 2000 réalisaient des passes d’attaque air-sol à des distances allant de 300 à 700 mètres de lui. Si l’état-major de l’Armée de l’Air et de l’Espace indique qu’à aucun moment le jeune officier n’a été en danger il n’en déclare pas moins qu’il s’agit là d’un acte inqualifiable.
Selon plusieurs sources le militaire serait ainsi resté attaché durant vingt minutes. Sans aucun doute un enfer pour lui.

Après plusieurs mois d’hésitation l’officier a décidé de déposer plainte, aux chefs de «violences volontaires aggravées» et de «mise en danger délibérée d’autrui». Ce sont des délits très graves dans le droit pénal français. Plusieurs sources indiquent que le pilote était alors affecté à l’Escadron de Chasse 2/5 Île-de-France, une des unités les plus prestigieuses de notre Armée de l’Air et de l’Espace. Pour autant le ministère des Armées ne le confirme pas.
Quoiqu’il en soit, quelque soit l’unité à laquelle appartenait ce pilote bizuté l’acte est inqualifiable, honteux, inacceptable. Non seulement il salit l’institution militaire mais en plus il dégrade l’image qu’on peut avoir de l’excellence de la chasse française. Les journalistes de La Provence ont également révélé que les auteurs du bizutage ont filmé la scène. De la bêtise crasse jusqu’au bout.

Pour autant il ne faut pas jeter le discrédit sur toute une arme qui chaque jour, à chaque minute défend notre territoire et intervient à l’étranger. Quelques crétins (pour ne pas écrire autre chose) ne doivent surtout pas masquer la réalité du très grand professionnalisme de notre Armée de l’Air et de l’Espace.
Oui c’est un coup de gueule, un vrai, un pur, un dur, je l’assume car cette information m’a blessé avant de me révolter !

Photo © Armée de l’Air et de l’Espace.

Publicité

16 COMMENTAIRES

  1. Pas de pitié pour les auteurs de cette barbarie.

    À la porte, tout de suite, pour faute lourde, sans indemnités.
    Interdiction de porter l’uniforme par la suite, les décorations et rayés des cadres de réserve à vie.
    Je ne leur ferait pas de cadeaux, tout pilotes et officiers qu’ils sont.

    C’est honteux pour notre Armée de l’air.

  2. Étrange quand même une affaire qui a 2ans et qui sort après la tribune des généraux….
    Je ne dis pas que cela pardonne les actes. Mais étrange non?

    • Quel rapport entre le fait qu’un jeune pilote ait été violemment agressé et ait pris le temps de la réflexion pour déposer plainte et une tribune de vieux généraux qui tombe pile-poil dans une période électorale ? Ah bah oui aucun…

  3. Lle bizutage fait et a toujours fait partie de la tradition de  » bienvenue » en escadron de ‘Armée de l’Air et de l’Espace.. Beaucoup parmi nous se souviennent de l’épisode où Tanguy et Laverdure se retrouvent en slip dans le bureau du Colonel de la Base de Creil avec leur fiole d’urine à la main pour soi-disant analyse. J’ai moi même ai dû aller chercher mon insigne d’escadron avec les dents au fond d’un seau d’eau lors de mon intégration dans l’escadron 1/10 Valois de cette même base de Creil. Mais ce n’était pas méchant et valait bien les bizutages que nous subissions lors de notre arrivée dans l’enseignement supérieur..
    Mais là c’est une autre histoire Ce n’est plus du bizutage mais de la c…….ie à l’état pur!! Voire même de l’acharnement dégradant sur autrui. On ne peut admettre que des officiers, donc des gens dont les ordres mettront en jeu des vies humaines, pussent se livrer à de tels actes odieux. Pas de pitié pour ces imbéciles. Dégradation immédiate, radiation à vie des cadres de l’Armée de l’Air, sans solde ni indemnités et passage en justice immédiat. Merci à ces irresponsables pour la part d’ombre jetée sur les hommes et femmes ( qui par ailleurs subissent parfois des remarques peu amènes sur leur sexe et leur capacités professionnelles en tant que telles) d’une arme où j’ai eu l’honneur de servir et que j’admire toujours. je suis à la fois révolté et peiné.

  4. Mouais ,les bizutages c’est de la pure bêtise on a pas besoin d’humilier les gens pour les intégrer.
    Quand on dit ce n est pas méchant….C’est faux…. sous des airs marrants, c’est une humiliation caché pour voir si tu peux être dominé ou si tu est malléable.
    D’ailleurs je conseille de ne pas jouer a ce jeux la.
    Anecdote,dans une entreprise il y a un directeur qui a proposé du flashball en équipe (méthode bien connue des ecoles de commerce pour voir qui est dominé dominant leader ou grouillot),j’ai été le seul a refuser!
    Résultat 2 jours après j’ai été nomme cadre des équipes!
    Donc refuser ces c . . . . . .s….. c’est toujours mieux.
    Respectez vous et vous n’en serez que mieux considéré.
    Pour l’affaire du pilote c’est encore plus grave c’est des actes de torture.
    Honteux.

    • Il est normal qu’entre l’état-major et le plaignant les versions soient différentes. Seul ce dernier était sur place, pas les généraux.

  5. Précision sur les faits par l’avocat du pilote:

    Selon Me Berna, l’avocat du pilote affecté à Orange, ses nouveaux collègues l’avaient emmené à Solenzara pour le bizuter. Ils lui avaient attaché un sac sur la tête avant de le ligoter à une cible. Pendant une vingtaine de minutes, le militaire avait alors entendu des avions passer autour de lui et effectuer des tirs réels, « un bruit effrayant et impressionnant » ensuite relayé par des tirs simulés dans sa direction.

    Pour l’armée de l’air, la réalité est plus nuancée. Le pilote était certes attaché à une cible, mais à plus d’un kilomètre des cibles réelles des Mirages qui étaient en campagne de tir.

    Il s’agit d’une « mise en scène intolérable », précise le porte parole de l’armée de l’air. Les bizuteurs, qui étaient debout à côté du bizuté pendant la séance, ont été punis par des jours d’arrêts, Une source militaire résume la situation par ces mots : « C’était complètement con, mais pas dangereux ».

    • En même temps c’est un billet d’humeur, c’est normal que des gens comme vous trouvent cela « orienté ». Ce qui signifie que sans doute vous soutenez les auteurs de ce bizutage ?

  6. Même si ce genre de bizutage et complètement débile, je ne pense pas que ce jeune pilote ai été à un seul moment en danger pour les raisons suivantes:
    Il y a sur un champs de tir un officier et son adjoint responsable de la sécurité et de l’ouverture du feu, plusieurs pétafs ( mécanos armements ) et un ensemble sécurité incendie. De plus les tirs sont filmés pour restitution et débriefing . Il est donc facile d’avoir une vue d’ensemble de la situation. Dans le cas contraire, cela fait du monde à poursuivre ( l’ensemble du personnel du champ de tir, les pilotes des avions tireurs, les initiateurs de ce bizutage, le chef d’escadron etc ).
    Qu’il ait eu la peur de sa vie, ok,
    Je condamne, mais garde les pieds sur terre.
    PS: si son statut est ORSA comme 70% des pilotes de l’AA, sa carrière va être douloureuse voir écourtée.

  7. Tout ce que je constate, c’est que l’argent public du contribuable, sert à ce genre de connerie. Humilié quelqu’un(e) pour des raisons à la con de traditions me saoulent! Nous sommes en faillite et d’autres, sous prétexte d’avoir réussi quelques concours, se croient autorisé(e)s à faire n’importe quoi! Il est temps de couper des têtes dans cette institution, voir dans l’Etat tout entier! Terminée la fourberie! On exige du sérieux et de l’efficace!

  8. Bonjour. Commentaire que j’ai déjà posté sur un autre site et qui ne fera surement pas avancer le truc mais bon…

    La chaine de commandement se révulse à cette idée de bahutage certes pas très heureux voir pas fin du tout ????
    Mais ils ont oublié leurs propres agissements lors de l’intégration de nouveaux PIM dont j’ai fait partie en d’autres temps (devenu CP avant de quitter l’institution…). Je connais certains officiers dits « Supérieurs » qui aujourd’hui, rougiraient de leurs agissements de l’époque et qui risqueraient gros face à la dictature de la bienpensance que nous vivons aujourd’hui. Bref rien de nouveau dans tout cela, juste l’immense et si triste connerie humaine de quelques ânes bâtés sans cesse renouvelée avec toujours plus d’inconscience et d’envie de se surpasser dans l’inconcevable.
    Pauvre cocher, qui a dû subir, mais quelle tristesse de n’en parler qu’aujourd’hui
    Aller, « A la chasse bordel »
    joglauvergnat
    Ancien cocher du 2/5

  9. Je ne suis pas militaire moi-même, mais j’ai passé quelques heures dans un stand de tir civil et déjà là, la consigne est simple : « on ne joue pas avec une arme à feu, encore moins si elle est chargée. » Essayez de jouer avec et c’est la radiation directe. Alors là, honnêtement, sangler un pauvre type à une cible d’entraînement pendant un exercice à balles réelles, que ce soit à 100 m, 700 m ou à 1 km, cela ne fait aucune différence : c’est faire prendre un risque inutile à un officier (ou futur officier), surtout quand on tire DES OBUS DE 30mm, BORDEL ! C’est pas des lance petit-pois ! Il suffit que l’un des pilotes reçoive une mauvaise info ou se plante de cible pour n’importe quelle raison et on aurait eu un mort – et pour quelle raison ? Il suffit de se rappeler le drame qui a frappé Saint-Cyr il y a quelques années avec une nage commando « improvisée » de nuit qui a fini avec un mort pour comprendre que tout peut déraper en un rien de temps. Ces gens sont des irresponsables qui ne méritent rien d’autre que la porte.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom