La transition écologique n’est pas un axe politique, c’est une véritable transversalité ! Et le monde de la défense n’y fait pas exception comme la présentation faite ce jeudi 20 mai 2021 à l’Armée de l’Air et de l’Espace en atteste. L’avion électrique français Alpha Electro a en effet reçu un passager de marque : le général Philippe Lavigne, Chef d’État-Major de l’Armée de l’Air. Un vol d’une quarantaine de minutes en Île-de-France avant une présentation aux adolescents des EAJ.

L’Alpha Electro.

Que les climatosceptiques et les phobiques de l’écologie se rassurent l’Armée de l’Air et de l’Espace est à des années lumières de disposer d’un avion de combat à propulsion électrique. Il s’agit en fait d’une présentation d’un avion léger de tourisme pouvant assurer des missions d’entraînement élémentaire et de sélection en vol. Il s’appelle Alpha Electro, et ressemble d’avantage à un ULM de classe 3 qu’à un véritable avion. Il a été développé en France par la société Vélis avec le concours de la Fédération Française Aéronautique à partir de l’avion thermique Pipistrel Alpha Trainer de facture slovène.
Mais la vraie grosse différence avec son prédécesseur c’est le bruit. Il a quasiment disparu sur un tel appareil.

Pour s’assurer qu’un tel aéronef a vraiment de l’avenir rien de mieux que la démonstration par l’exemple. Et à ce petit jeu là c’est carrément le patron de l’Armée de l’Air et de l’Espace, le général Philippe Lavigne qui s’y est collé. Pour un vol d’une quarantaine de minutes entre l’aérodrome francilien de Toussus-le-Noble et la Base Aérienne 107 de Villacoublay, il a été accompagné d’un pilote civil. À son arrivée le CEMAA s’est déclaré impressionné par les performances de l’avion.

À Villacoublay outre les sempiternels officiers un public plus jeune attendait les deux Alpha Electro et le CEMAA. Il s’agissait d’adolescents appartenant à l’Escadrille Air Jeunesse de la Base Aérienne 105 d’Évreux. Ils ont droit à une présentation de l’avion électrique par, excusez du peu, le général Lavigne lui-même. Et là encore ces jeunes qui représentent l’avenir de l’aéronautique française se sont dit emballés par ce petit monomoteur.

Une master-class pas comme les autres pour ces ados de l’Escadrille Air Jeunesse.

Mais au fait outre que les sceptiques considèrent cela comme un phénomène de mode qu’est-ce que la propulsion électrique peut bien apporter à l’Armée de l’Air et de l’Espace ? En premier lieu un impact sur l’environnement considérablement réduit grâce à une disparition quasi complète des résidus de CO2 dans l’atmosphère. Ensuite c’est au niveau du voisinage des bases aériennes, à la fois humain et animal, que l’évolution est visible puisque les avions électriques sont globalement deux à sept fois plus silencieux que les avions thermiques. Les nuisances sonores sont prises très au sérieux par le CEMAA.
Les constructeurs d’avions électriques travaillent en parallèle sur une meilleure réutilisation des batteries et un recyclage plus écocitoyens de celles-ci quand elles sont en fin de vie.

Photos © Armée de l’Air et de l’Espace.

Publicité

6 COMMENTAIRES

  1. Dans le cadre des armées la propulsion électrique à deux autres avantages d’importance,:
    – La faible signature IR. Ce qui rend ce type d’aéronef moins sensible au missile humano porté en basse altitude.
    – Le silence, en dehors de l’environnement des base aérienne, permet aussi à basse vitesse un effet de surprise bien utile pour certaine action commando ou d’appuis sol air.
    Ce n’est que le début, mais rappelons nous où en était l’aviation il y a 50 ans. Le progrès a été principalement sur la conduite et la gestion de l’avion, au tour de la propulsion.

    • C’était le principe du Lockheed YO-3A Quiet Star, une sorte de planeur motorisé, de reconnaissance nocturne au Vietnam. Appareil très silencieux, tout feux éteints il passait inaperçu à 300 mètres du sol, voir même plus bas encore, moins de 100 mètres au dessus de l’ennemi qui ne se doutait de rien dans la nuit noire alors que le pilote voyait les mouvements de troupes ennemi grâce à ses jumelles de vision nocturne ou avec l’équipement infrarouge de son avion. En somme autre type de furtivité.

  2. Je n’aime pas du tout!
    L’écricité est produite pas des centrales Gaz-Mazout ou nucléaire (L’éolien et le solaire, on oublie).
    Ce principe, même adapté aux vévicules est une érésie!

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom