L’Allemagne devient le huitième client export de cette version de patmar dérivée de l’avion de ligne mono-couloirs Boeing 737-800, le troisième en Europe. Ce mardi 28 septembre 2021 Boeing a reçu une commande pour cinq biréacteurs P-8A Poseidon destinés à la Marineflieger. Ces avions doivent entrer en service à partir de l’année 2024, permettant alors de remplacer les vieux Lockheed P-3C Orion actuellement en dotation. Un partenariat est prévu entre l’avionneur américain et des équipementiers allemands, afin de germaniser à minima les futurs avions.

«Übergangslösung für Seepatrouillen», ce qui se traduit en gros par «solution intérimaire pour la patrouille maritime». C’est sous ce vocable que le Bundeswehr appelle les cinq futurs biréacteurs Boeing P-8A Poseidon qu’il a commandé pour le compte du Marineflieger, l’élément aérien de la Deutsche Marine. Ces avions entreront en service entre l’été 2024 et la fin de l’année 2026. Ils assureront donc le remplacement des huit Lockheed P-3C Orion en service depuis 2006, et achetés d’occasion aux Pays-Bas auprès de la Koninklijke Marine.

Cinq avions seulement pour remplacer huit actuellement en dotation cela peut paraître bien faible. Mais comme le Bundeswehr insiste sur la question c’est vraiment un avion intérimaire que l’Allemagne achète. En gros c’est en attendant mieux et plus en adéquation avec les attentes réelles du Marineflieger.
Pour mémoire les P-3C Orion avaient été achetés dans une procédure similaire, leurs vieux Breguet Br.1150 Atlantic étant usés jusqu’à la corde. Les P-8A Poseidon permettront donc d’attendre quelques années supplémentaires.

Mais au fait qu’attendent t-ils exactement nos voisins et amis allemands ? Ils patientent en attendant l’arrivée du futur MAWS, le Maritime Airborne Warfare System. Ce programme franco-allemand est destiné à fournir à la Deutsche Marine et à la Marine Nationale un avion commun de patrouille maritime et de lutte anti-sous-marine. Il est prévu pour une entrée en service à l’horizon 2030.
Pour autant ce MAWS est de plus en plus hypothétique puisque les différents partenaires n’arrivent même pas à se mettre d’accord sur la forme du futur avion : Airbus A321 Neo ou Dassault Aviation Falcon 10X ? Ce sont là les deux pistes les plus souvent avancées.
Ils devront donc remplacer en tout premier lieu les Dassault-Breguet ATL-2 Atlantique français puis les Boeing P-8A Poseidon allemands. À n’en pas douter ces derniers trouveraient facilement preneurs sur le marché de seconde main.

On l’aura compris le pouvoir politique allemand cherche à ménager la chèvre et le chou dans ce programme. En premier lieu contenter ses propres militaires en achetant celui qui est actuellement le meilleur avion de patrouille maritime au monde, et en second lieu rassurer le partenaire français en insistant sur l’aspect intérimaire des avions américains. La diplomatie allemande a beaucoup œuvré sur ce second point depuis quelques semaines.
Quoiqu’il en soit cette décision d’acquérir les P-8 Poseidon sera sans doute la dernière action de l’administration Merkel dans le domaine de la défense.

Illustration © Boeing Company

Publicité

5 COMMENTAIRES

    • Il semble que finalement les Allemands et les Français veuillent le faire en commun ce MAWS, même si perso je le vois très très mal partie côté français. Je persiste à penser que le Falcon 10X n’est pas adapté et trop petit pour emporter un armement anti-sous-marins. L’idée allemande de l’A321 Neo proposé par Airbus DS me semble meilleure car plus pragmatique et moins chauvine.

    • L’histoire des Allemands sur une solution intérimaire me paraît bien fragile. L’avenir nous le dira. Le MAWS n’avance pas des masses et semble mal parti comme d’ailleurs l’ensemble des projets commun. Le 10X reste une option intéressante surtout si Dassault avait prévu (apparemment confirmé) dès sa conception une variante très modifiée adapté à une utilisation multi-mission. Le fait d’avoir fait sa présentation officielle pile poil au moment de la décision Allemande sur le P8 n’est pas un hasard.

  1. Mouais, je ne suis pas certain que ce soit une bonne nouvelle pour le MAWS, cette commande. Le temporaire a tendance à durer longtemps dans les armées, en général. Quant à la plate-forme cible du MAWS, l’Airbus A321 est probablement le choix le plus logique, c’est un avion aux dimensions similaires à celles du P-8A donc pourrait emporter sensiblement le même équipement.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom