Pas de répit du 1er janvier pour les femmes et les hommes embarqués sur le porte-avions de l’US Navy. Depuis la toute fin décembre 2021 l’USS Carl Vinson patrouille les très stratégiques eaux de la mer des Philippines. Pour l’occasion ses chasseurs embarqués Boeing F/A-18E/F Super Hornet et Lockheed-Martin F-35C Lightning II survolent des zones encore revendiquées par Pékin. Dans le même temps des navires de guerre chinois ont également été signalé dans la région, en accompagnement de navires-usines destinés à la pèche intensive.

Arrivé le mardi 28 décembre 2021 le porte-avions américain USS Carl Vinson accueille le Carrier Air Wing 2. Cette formation de l’aéronavale américaine se compose des escadrilles de chasse VFA-2 Bounty Hunters, VFA-113 Stingers, et VFA-192 Golden Dragons sur Super Hornet ainsi que la VFA-147 Argonauts sur Lightning II. Elles sont soutenues directement par l’escadrille de guerre électronique VAQ-136 Gauntlets sur Growler et par l’escadrille de contrôle aérien et de guet radar aéroporté VAW-113 Black Eagles sur Advanced Hawkeye.
S’y ajoutent un détachement de transport logistique de la VRM-30 Titans sur Osprey, de combat maritime de la HSM-78 Blue Hawks sur Seahawk et de recherches-sauvetages en mer et transport d’assaut de la HSC-4 Black Knights sur Knighthawk.

Northrop-Grumman E-2D Advanced Hawkeye. Remarquez en arrière-plan le COD Bell-Boeing CMV-22B Osprey avec les pales repliées.

Bien sûr la Chine dénonce ce qu’elle appelle une provocation américaine alors même que le porte-avions demeure dans les eaux internationales, tout comme ses six navires de surface d’accompagnement. Il s’agit d’un croiseur lance-missiles et de cinq destroyers. Les aéronefs quant à eux privilégient l’espace aérien internationale, se hasardant parfois dans l’espace aérien souverain de pays alliés comme le Japon, les Philippines, ou Taïwan.

Pékin a déployé au moins un destroyer et une frégate dans la zone, respectivement l’Ürümqi et le Yantai. Chacun embarque un hélicoptère de combat naval Z-9 Haitun. Officiellement ces bâtiments assurent la sécurité de navires-usines face aux actes de piraterie maritime et pour contrer la «menace» d’ONG écologistes opposées à la pèche intensive. Officieusement il est surprenant qu’ils patrouillent à quelques dizaines de kilomètres seulement de l’armada américaine.

Lockheed-Martin F-35C Lightning II.

La marine américaine aligne donc dans la région une de ses premiers escadrilles de chasseurs embarqués furtifs de 5e génération. Ce qui assurément ne doit pas plaire à la Chine qui peine toujours à mettre au point son J-31, considéré comme équivalent local terrestre au Lightning II.

Photos © US Navy

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom