Les aéronefs embarqués sur l’USS Carl Vinson débutent 2022 en mer des Philippines.

Pas de répit du 1er janvier pour les femmes et les hommes embarqués sur le porte-avions de l’US Navy. Depuis la toute fin décembre 2021 l’USS Carl Vinson patrouille les très stratégiques eaux de la mer des Philippines. Pour l’occasion ses chasseurs embarqués Boeing F/A-18E/F Super Hornet et Lockheed-Martin F-35C Lightning II survolent des zones encore revendiquées par Pékin. Dans le même temps des navires de guerre chinois ont également été signalé dans la région, en accompagnement de navires-usines destinés à la pèche intensive.

Arrivé le mardi 28 décembre 2021 le porte-avions américain USS Carl Vinson accueille le Carrier Air Wing 2. Cette formation de l’aéronavale américaine se compose des escadrilles de chasse VFA-2 Bounty Hunters, VFA-113 Stingers, et VFA-192 Golden Dragons sur Super Hornet ainsi que la VFA-147 Argonauts sur Lightning II. Elles sont soutenues directement par l’escadrille de guerre électronique VAQ-136 Gauntlets sur Growler et par l’escadrille de contrôle aérien et de guet radar aéroporté VAW-113 Black Eagles sur Advanced Hawkeye.
S’y ajoutent un détachement de transport logistique de la VRM-30 Titans sur Osprey, de combat maritime de la HSM-78 Blue Hawks sur Seahawk et de recherches-sauvetages en mer et transport d’assaut de la HSC-4 Black Knights sur Knighthawk.

Northrop-Grumman E-2D Advanced Hawkeye. Remarquez en arrière-plan le COD Bell-Boeing CMV-22B Osprey avec les pales repliées.

Bien sûr la Chine dénonce ce qu’elle appelle une provocation américaine alors même que le porte-avions demeure dans les eaux internationales, tout comme ses six navires de surface d’accompagnement. Il s’agit d’un croiseur lance-missiles et de cinq destroyers. Les aéronefs quant à eux privilégient l’espace aérien internationale, se hasardant parfois dans l’espace aérien souverain de pays alliés comme le Japon, les Philippines, ou Taïwan.

Pékin a déployé au moins un destroyer et une frégate dans la zone, respectivement l’Ürümqi et le Yantai. Chacun embarque un hélicoptère de combat naval Z-9 Haitun. Officiellement ces bâtiments assurent la sécurité de navires-usines face aux actes de piraterie maritime et pour contrer la «menace» d’ONG écologistes opposées à la pèche intensive. Officieusement il est surprenant qu’ils patrouillent à quelques dizaines de kilomètres seulement de l’armada américaine.

Lockheed-Martin F-35C Lightning II.

La marine américaine aligne donc dans la région une de ses premiers escadrilles de chasseurs embarqués furtifs de 5e génération. Ce qui assurément ne doit pas plaire à la Chine qui peine toujours à mettre au point son J-31, considéré comme équivalent local terrestre au Lightning II.

Photos © US Navy


En savoir plus sur avionslegendaires.net

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles par e-mail.

PARTAGER
ARTICLE ÉDITÉ PAR
Picture of Arnaud
Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.
articles sur les mêmes thématiques
Commentaires
Sondage

Lequel de ces avions symbolise le mieux pour vous le 90ème anniversaire de l'Armée de l'Air et de l'Espace ?

Voir les résultats

Chargement ... Chargement ...
Dernier appareil publié

R.A.F. NE.1

Si de nos jours les avions de combat comme le Dassault Aviation Rafale ou l’Eurofighter EF-2000 Typhoon sont aptes à voler de jour comme de

Lire la suite...