Il fut un des rares chasseurs à aile delta produits en série par un avionneur autre que Convair ou Dassault. Le 8 février 1967 le prototype du monoréacteur suédois Saab J37 Viggen réalisait son premier vol. Si l’avion fut un total échec commercial, ne réussissant jamais à s’exporter il permit à son constructeur de se renforcer technologiquement et ainsi de préparer l’avenir ; c’est à dire aujourd’hui ! Pour mémoire 329 exemplaires en furent produits, prototype et machines de présérie compris.

Vol d’essais d’un Saab J37 Viggen de présérie.

Presque quinze ans après son retrait du service dans l’aviation suédoise, intervenu en juin 2007, le Saab J37 Viggen fait désormais figure de pure pièce de musée. La faute en revient au fait qu’il ne fait plus la une des médias aéronautiques, même pas la dernière page. N’ayant jamais été exporté il est vite retombé dans l’oubli. Pourtant ce fut un avion de transition exceptionnel. Il permit à Saab mais aussi aux pilotes suédois de passer de la technologie simpliste des années 1950 des J32 Lansen et J35 Draken à un format plus évolué, plus pointu, mais aussi plus exigeant.
L’avionneur suédois n’a d’ailleurs jamais caché que c’est en apprenant des erreurs du J37 Viggen qu’il a conçu l’actuel JAS39 Gripen. Une machine autrement plus réussie, rappelons-le.

Pourtant le J37 Viggen n’a pas été qu’une énorme erreur commerciale il a aussi été un des premiers avions réellement polyvalent conçu en Europe occidentale. Chasseur bien sûr il n’était mais aussi avion d’attaque au sol et de lutte anti-navire. À la manière d’un J32 Lansen il fut aussi un remarquable avion de reconnaissance et de guerre électronique en tant que respectivement SF37/SH37 et SK37E. Avec son aile delta et son canard de très grande dimension il donnait parfois l’impression d’être un biplan à voilures en tandem. Il s’agissait pourtant bien d’un monoplan.
L’une des étrangetés de l’avion était son second poste de pilotage surélevé sur les machines de transformation opérationnelle. Une belle manière d’enlaidir un peu plus un avion à l’esthétique déjà particulière.

Ce cliché permet de voir deux points particuliers de l’avion : son train principal très inhabituel et le fameux second poste de pilotage surélevé à la manière d’un Lockheed SR-71B Blackbird. En outre il montre le camouflage typiquement fin de la guerre froide en Suède.

Cinquante-cinq ans après son vol inaugural le Saab J37 Viggen demeure donc un avion attachant, notamment de par ses erreurs et ses échecs. Il couta pourtant très cher à son avionneur, en raison notamment de son incapacité à s’exporter. Un exemplaire est aujourd’hui préservé en France au Musée de l’Air et de l’Espace.
Pour la petite histoire deux autres avions de chasse réalisèrent leur premier vol en 1967, et eux aussi ont quasiment disparus des cieux de la planète : le Dassault Mirage 5 français en mai et le Mikoyan-Gurevitch MiG-23 Flogger soviétique en juin.

Photos © Wikimédia Commons.

Publicité

10 COMMENTAIRES

  1. J’adore cet appareil ,unique en son genre. Merci aux suédois de l’avoir inventé.
    Et un grand merci à l’équipe pour ce site, vraiment sympa.

  2. Arnaud j’aurais besoin d’une petite confirmation ou pas. Le Viggen est le seul avion à avoir abattu « virtuellement » un SR-71 lors d’un exercice ?

  3. Un autre exemplaire est également visible en France : au musée de l’aviation de chasse de Montélimar (un biplace SK37E de guerre électronique comme au Bourget), il mérite le détour !

  4. C’est là qu’on voit le génie suédois. Pour un pays de seulement 10 millions d’habitants, et encore moins à l’époque, ils ont une véritable industrie de défense autonome dont l’aéronautique militaire, de la seconde guerre mondiale à aujourd’hui, avec des productions, Tunnan, Lansen, Draken, Viggen, Gripen, capable de rivaliser avec les meilleures productions américaines, européenne ou russes.

  5. Je l’ai vu voler lors d’un meeting en France ( à Meyenheim il me semble ) c’était splendide: atterrissage ultra-court, demi-tour en marche arrière et re-décollage dans la foulée ! Cette manœuvre doit avoir un nom certainement mais c’est le seul avion que je n’ai jamais vu faire une marche arrière de lui même !

    • J’ai eu la chance de le voir voler lors du meeting de Sanicole.
      Un display spécial « Saab » avec des drakken, des viggen et des grippen qui se suivait pour retracer son histoire , c’était génial!
      un avion avec des formes atypiques, comme le viggen, qui avait impressionné les spectateurs qui ne l’avait jamais vu (dont moi).

  6. J’ai recherché le nom de cette bestiole sur youtube pour la voir en vole.

    A quoi sert la »petite dynamo » que l’on voit via le lien suivant: https://youtu.be/IKFMfvp9BVI?t=66

    Autre aspect qui me surprend c’est le carénage qui vient après la sortie de la tuyère. Cela fait vraiment bizarre quand on le voit en vole. On a l’impression qu’il y a un bout qui est partie !

    • le SAAB J-37 utilise un réacteur Volvo RM8 AB qui est un réacteur américain PW JT8D sous license . Le carénage en sortie de tuyère est l’inverseur de poussée , ce qui permet dans la plus pure tradition des chasseurs suédois d’atterrir sur de très courtes distances .

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom