C’est désormais vraiment le début de la fin pour le N°736 Squadron de la Royal Navy. Cette formation qui vole actuellement sur jets d’entraînement BAe Hawk T.1 sera dissoute le jeudi 31 mars 2022 laissant la marine britannique sans unité d’Agressors. Pour commémorer son histoire, vieille de presque 80 ans, ses pilotes ont entamé ce jeudi 17 mars 2022 une tournée d’adieux sur deux jours autours d’emprises des Royal Air Force et Royal Navy. Sa disparition fait déjà grincer des dents outre-Manche !

Depuis sa création début 1943 le N°736 Squadron a connu trois périodes de mise en sommeil. Deux n’ont duré à chaque fois que quelques mois, la première en 1952-1953 et la seconde en 1965-1966. La troisième fut plus longue puisqu’elle s’étala sur 41 ans entre 1972 et 2013. On ne sait dorénavant pas combien de temps durera celle qui débutera donc dans 15 jours. Avec cette disparition d’unité c’est aussi sa spécialité qui s’en va : la simulation d’attaques aériennes contre des navires de surfaces. Et la force des équipages de Hawk T.1 du N°736 Squadron était de pouvoir simuler des multitudes de scénarii possibles.

Les enseignements de la guerre des Malouines étant passés par là ils pouvaient bien sûr présenter les caractéristiques d’une attaque de missile anti-navires, mais pas uniquement. Ces avions pouvaient aussi simuler des intimidations à très basse altitude, une méthode bien connu de la part de l’aviation russe contre des navires alliés. Moyennant l’emport d’une nacelle de voilure les Hawk T.1 du N°736 Squadron se muaient aussi en avions d’entraînement à la guerre électronique en brouillant les communications des bâtiments de Sa Majesté. Il n’était d’ailleurs pas rare que cette unité de la Fleet Air Arm opère aux profits de forces navales alliées telles la Bundesmarine ou la Marine Nationale.

La fermeture du N°736 Squadron ne s’est pas fait sans heurt au Royaume-Uni où l’opposition travailliste a pointé du doigt une décision inique basée sur la seule recherche du profit. En effet la mission d’Agressors et d’entraînement à la guerre électronique aéroportée sera reprise dès le début du mois de février 2022 par un contractor, une entreprise privée. Dans le jargon administratif on appelle cela une externalisation des moyens militaires.

Afin de célébrer cette formation qui va disparaitre dans deux semaines les pilotes de l’unité participent ce jeudi 17 et ce vendredi 18 mars 2022 à une série de survols de sites plus ou moins emblématiques de la défense et de l’industrie aéronautique britannique.
Dans l’ordre chronologique Plymouth, Yeovilton, Bournemouth, Portsmouth et enfin Prestwick sont au programme de la première journée. Pour la seconde journée les objectifs sont RAF Valley, Pembrey, Newquay et enfin leur nid de RNAS Culdrose. En espérant que la météo soit de leur côté.

Photo © Royal Navy.

Publicité

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom