L’accident mortel survenu le mois dernier aura donc laisser des traces profondes à l’état-major roumain. Ce vendredi 15 avril 2022 la Fortele Aeriene Romane a officialisé la suspension de vol de tous ses chasseurs Aerostar LanceR, et ce jusqu’à nouvel ordre. Pour beaucoup d’observateurs internationaux c’est une forme déguisée de mise en retraite prématurée de ces chasseurs issus du vieux Mikoyan-Gurevitch MiG-21 Fishbed d’origine soviétique. Elle intervient pourtant au plus mauvais moment, alors que la fédération de Russie n’a de cesse de provoquer ses voisins en Mer Noire.

Bien sûr il n’a pas fallu un mois et demi aux généraux roumains pour prendre leur décision mais trois jours. En effet c’est ce mardi 12 avril 2022 qu’une patrouille de chasse, à l’entraînement, a dû précipitamment rentrer à sa base suite à une panne généralisée des équipements du poste de pilotage. Les voyants indiquaient un train d’atterrissage sorti alors même qu’il était rétracté. Pour prévenir tout péril l’état-major de la Fortele Aeriene Romane a décidé de désormais reposer sa chasse sur ses seuls General Dynamics F-16MLU Fighting Falcon. Pour mémoire les dix-sept avions en dotation servaient jusque là au Portugal.
Leur mission première est la défense aérienne, notamment au-dessus des eaux territoriales roumaines.

Consciente de la difficulté roumaine à aligner correctement des chasseurs l’alliance Atlantique déploie désormais régulièrement une mission internationale de réassurance avec des avions aussi bien américains, canadiens, que français. Cette (longue) suspension des LanceR ne risque pas d’arranger les choses.
Pourtant la Roumanie de son côté essayer que tout se fasse pour le mieux dans le meilleur des mondes. C’est pourquoi elle négocie depuis quelques mois le rachat d’avions de seconde main auprès de la Norvège. Gageons que cette décision risque d’accélérer les choses. Initialement les Aerostar LanceR devaient être retirés du service à l’horizon de Noël 2024. Il semble que cela arrive beaucoup plus vite que prévu.
L’état-major de la Fortele Aeriene Romane doit rendre son avis sur la reprise ou non des activités de ces chasseurs d’ici début à mi-mai 2022.
Affaire donc à suivre.

Photo © OTAN

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom