C’est l’agitation depuis quelques jours dans la presse économique internationale au sujet de l’avion de combat français. La raison est simple des informations fuitent désormais de plus en plus autour du futur contrat irakien qui s’établira donc, selon toutes vraisemblances, à 14 avions neufs. Des Dassault Aviation Rafale F4 qui seraient acquis principalement pour mener des actions antiterroristes autant que pour assurer la souveraineté du pays face à certains de ses voisins. Plus que jamais l’appareil est donc désormais dans son célèbre rôle de game changer.

Le gouvernement irakien aurait proposé à la France une première avance sur le contrat à hauteur de 240 millions de dollars US sous la forme de pétrole. Une aubaine quand on sait que depuis l’invasion de l’Ukraine par la Russie le cours du Brent dépasse désormais régulièrement les 100 euros. Ce qui permettra non seulement de garantir une bonne partie du paiement mais aussi d’assurer l’autonomie de notre pays pour plusieurs mois, en attendant une amélioration de la situation.
Alors bien sûr certains vont pousser des cris d’orfraies car on revient à une méthode des années 1970-1980 durant laquelle plusieurs pays baasistes payaient leurs armements français en pétrole. Mais face à une situation aussi dégradée sur la scène internationale il faut savoir être pragmatique. Avec un gasoil dont le litre flirte désormais à la pompe avec les 2 euros cette avance irakienne devrait faire souffler un peu Bercy.

Il est donc quasi assuré désormais que les quatorze avions commandés le seront au standard F4, c’est à dire le plus moderne. Il n’est pas encore en service, ni dans l’Armée de l’Air et de l’Espace ni chez le moindre des clients exports de la France. Un standard qui accueillera au niveau de l’optronique secteur frontale une veille infrarouge (ou IRST en anglais) permettant de mieux détecter les avions dits furtifs. Les communications seront améliorées, grâce notamment à des relais satellitaires. L’armement air-sol sera aussi revu et corrigé avec de nouvelles versions de la désormais célèbre bombe guidée A2SM.
Le Rafale F4 sera moins dépendant des armements américains que le Rafale F3-R.

Pour les Irakiens cet avion sera autant un outil diplomatique face à l’Arabie Saoudite et à l’Iran qu’une véritable arme permettant de mener des frappes conventionnelles contre les groupes djihadistes affiliés à Daech et dans une moindre mesure à Al-Qaïda. L’état-major irakien a d’ailleurs la certitude désormais que les Dassault Aviation Rafale F4 sont totalement interopérables avec ses actuels Lockheed-Martin F-16IQ Fighting Falcon.
N’oublions pas que dès le lancement du programme Rafale, dans les années 1980, l’Irak baasiste s’intéressait à l’avion français. L’invasion du Koweït par ses forces à l’été 1990 changea radicalement la donne et plaça son dictateur, Saddam Hussein, au ban des nations. Il était alors impensable pour le Président de la République François Mitterrand de vendre le Rafale à un tel client. Son successeur, Jacque Chirac, fut sur la même ligne diplomatique. Saddam Hussein aujourd’hui mort et enterré, et l’Irak sur le chemin de la démocratie le contrat peut enfin se faire.

De nombreux observateurs économiques internationaux, notamment américains et britanniques, estiment désormais très sérieusement que la signature du contrat devrait arriver très rapidement. Dans ce genre de contrat cela signifie sous quelques semaines voire sous quelques mois.
Affaire donc à suivre.

Publicité

15 COMMENTAIRES

  1. On a déjà quelques trolls turques qui s’époumone suite aux contrats sur les radars de surveillance aérienne qui permettra à Bagdad d’avoir à l’œil les aéronefs de toutes origines qui franchissent allègrement son espace aérien alors qu’Ankara annonce de nouvelles offensives contre les Kurdes, Voir des Rafales vers 2030 en Irak après ceux livrés à la Grèce va leur donner une syncope. Plus sérieusement, il y a intérêt à ceux que les boîtes noires sont sécurisés un max pour éviter que Téhéran et autres n’y jettent un œil.

    • Tout le monde ne sait pas que derrière votre pseudo se cache quelqu’un qui est beaucoup plus qu’un simple « amateur d’aéroplanes ». Donc vous savez pertinemment que Dassault Aviation et Thales vont forcément sur-sécuriser tous les aspects de l’avionique des Rafale irakiens, justement parce que la région est une poudrière entre l’Iran, la Turquie, ou encore le Yémen.
      Et oui je vous confirme que les trolls turcs font une offensive depuis quelques jours maintenant, j’en ai moi-même modéré quelques-uns. Ils sont aux aboies.

  2. Je m’en réjouis profondément, ce semble être le signe d’un retour de l’influence française au Moyen-Orient, espérons que ça motivera d’autres pays de la région à se fournir auprès de la France.

  3. Enfin !!!
    Rien que de très logique de voir s’allonger la liste des acheteurs de notre Rafale .
    En espérant que 14 ne sera pas , comme à l’époque de la lybie de Kadhafi, un contrat avorté avant l’heure .
    En croisant les doigts, l’Irak devrait commander plus de Rafale .
    Et d’autres viendront.
    Malgré la rude concurrence de la Dinde F35 ou du malheureux médiocre Typhoon …

  4. Bonne nouvelle pour la France qui doit retisser des relations fortes avec ses partenaires africains et moyen-orientaux. Mais on peut aussi penser que l’Irak se diversifie simplement pour ne pas être totalement dépendante d’une nation, tout comme le font ses voisins comme l’Egypte, les EAU, l’Arabie S.. Et comme le pétrole coule à flot chez eux, pourquoi s’en priveraient-ils.
    Espérons que ce partenariat se renforce, dans notre intérêt commun, face à certains défis extérieurs, tel que la Turquie d’Erdogan.

    • l’Irak a souvent été un très bon client de la France niveau armements. Ils connaissent donc bien comme la plupart des clients d’armements français, les qualités du made in France dans ce domaine.

      D’autant plus que le Rafale F4 et le futur F5 vont à terme enlever les quelques technologies de missiles dont nous dépendons des États-Unis, pour rendre le Rafale itar free.

  5. Après avoir travaillé sur le développement et la fabrication du moteur M88 …….. « il y a bien longtemps » , j’aurais voulu savoir si les moteurs d’aujourd’hui ont eu une forte évolution……….en poussée évidemment ?

    • Hello. L’évolution telle que je la connais s’est portée sur la maintenance, la fiabilité, il me semble que le but était d’en faire un moteur encore plus facile d’emploi que sa version de base. Pas l’impression que ce soit une augmentation de puissance.

  6. Oui depuis 20ans que les saoudiens et les émiratis le demandent il est bien regrettable (et limite scandaleux) que Snecma/safran n’ait pas daigné réaliser une version du m88 poussée à 9 tonnes, avec tous les bénéfices tirés du secteur civil (cfm56 et dérivés actuels)…

  7. Oui Chris, il y a tellement longtemps que j’ai travaillé sur les premières pièces (ailettes distributeurs ou aubes) du M88 que je pensais qu’une version plus poussée avait été élaboré au fil de ces années………dommage !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom