Après bien des atermoiements l’aéronavale brésilienne s’est discrètement séparée de ses biturbines légers dédiés aux opérations d’explorations. Connus localement comme Helibras UH-13 Esquilo Bi ces hélicoptères étaient en réalité des Eurocopter AS.355F Écureuil 2 construits localement. Et leur mission a de quoi surprendre quand on pense au Brésil : le soutien aux opérations en Antarctique.  Brasilia a annoncé avoir des pistes pour une revente sur le marché de seconde main sans pour autant préciser de client.

Les Helibras UH-13 Esquilo Bi étaient en service depuis la fin des années 1980 pour le plus ancien et le début des années 1990 pour les deux autres. Ils avaient été construits spécifiquement pour la Marinha do Brasil par cette société alors filiale d’Aérospatiale, puis d’Eurocopter, et aujourd’hui d’Airbus Helicopters. Ces biturbines légers étaient régulièrement embarqués à bord des brise-glaces Almirante Maximiano et Ary Rongel. Hélicoptères utilitaires fort peu médiatisés ces trois machines étaient pourtant parmi celles qui volaient dans les conditions les plus extrêmes de l’aéronavale brésilienne : en zone pôle sud.

Helibras UH-13 Esquilo Bi s’éloignant en 2017 du brise-glaces Almirante Maximiano. Remarquez les systèmes de flottaison fixés sur les patins et utilisés en cas d’amerrissage d’urgence.

Ils étaient immédiatement reconnaissables à leurs panneaux Day Glow de couleur orangée. Ceux-ci étaient apposés au niveau de la tête de rotor, et de la partie supérieure de la poutre de queue. Les portières des UH-13 Esquilo Bi étaient également peints selon ce schéma.
Pour mémoire le Day Glow doit permettre en zone Antarctique de repérer l’épave d’un hélicoptère au cas ou celui ci viendrait à s’écraser ou à effectuer un atterrissage d’urgence en zone hostile. Avec des températures régulièrement inférieures à 0°C c’est toute leur zone de travail qui était considérée comme hostile. Fort heureusement la Marinha do Brasil n’a perdu aucun Écureuil 2 en opérations.

Les rôles de ces hélicoptères étaient nombreux : Vertrep entre les brise-glaces et les bases scientifiques, liaisons aériennes, évacuations sanitaires, ou encore cartographie aéroportée. Autant dire que leurs équipages ne chômaient pas. Ceux-ci étaient d’ailleurs sélectionnés parmi l’élite des pilotes d’hélicoptères de l’aéronavale brésilienne.

À partir de 2020 ils ont commencé à être remplacé par les deux premiers Airbus Helicopters H135M, localement codés UH-17, avant qu’un troisième exemplaire assemblé par Helibras n’arrive l’année suivante. A alors débuté un marathon d’hésitations entre retrait pur et dur et maintien en vol. Le temps que les pilotes brésiliens soient parfaitement transformés sur cette nouvelle machine les UH-13 Esquilo Bi sont demeurés, notamment pour des missions de formation avancé.

L’Helibras UH-13 Esquilo Bi dans son environnement naturel, c’est à dire au-dessus des eaux de l’océan Austral.

Tout aussi discrètement qu’ils ont servi durant plus de trois décennies ces biturbines légers ont quitté le service au début de ce mois de juillet. Nous ne l’avons appris que très récemment. Construits au standard Écureuil 2, donc civil, et non Fennec militaire ils peuvent parfaitement être revendu sur le marché civil d’occasion.

Photos © ministère brésilien de la défense.

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom