Même s’il est actuellement un peu embarrassant pour l’administration Biden le royaume d’Arabie Saoudite est un allié dont l’Amérique ne peut se couper. De ce fait elle est obligée de réaliser avec lui des exercices aériens et navals les plus fréquents possibles. C’est ainsi que ce lundi 5 septembre 2022 l’US Air Force et la Royal Saudi Air Force ont réalisé une série de manœuvres aériennes autour du thème de la supériorité aérienne et de l’attaque au sol. C’est le 335th Expeditionary Fighter Squadron qui a assuré la mission côté américain.

Dans le cadre donc des exercices dits ACE, pour Agile Combat Employment, quatre McDonnell-Douglas F-15E Strike Eagle de l’US Air Force ont donc volé au-dessus de l’Arabie Saoudite. Ils ont donc volé de conserve avec les Boeing F-15SA Saudi Eagle du N°55 Squadron. Une série d’exercice couverte par deux avions de ravitaillement en vol Boeing KE-3A appartenant au N°23 Squadron de la même Royal Saudi Air Force.

Les avions américains et saoudiens ont mis en avant plusieurs scénarii différents, comme des escortes des F-15E par les F-15SA ou encore des interceptions des premiers par les seconds. Les phases de ravitaillement en vol n’ont posé aucun problème aux pilotes de l’US Air Force malgré le fait que le Boeing KE-3A soit un avion finalement assez différent de son «cousin» KC-135R Stratotanker. Le KE-3A ne sert qu’en Arabie Saoudite. L’immensité du territoire désertique de ce royaume du Golfe a permis aux avions de chasse et tankers d’opérer dans la plus grande quiétude, sans risquer le moindre dérangement aux populations civiles. La Royal Saudi Air Force y possède une zone d’exercice aussi grande que la Belgique, un vrai plus pour ses manœuvres aériennes.

Afin de distinguer les F-15E des F-15SA il faut savoir que les avions américains portent une livrée plus sombre que leurs équivalents saoudiens.

Souvent considéré comme une des évolutions les plus réussies du F-15E le F-15SA Saudi Eagle est donc une version modernisée du F-15S livré entre 1996 et 1998. Le F-15SA dispose d’un radar à antenne active AN/APG-63(V)3 et d’un système de tracking infrarouge. Ce biréacteur est autant considéré comme un avion de pénétration à basse altitude que comme un chasseur de supériorité aérienne. Il a d’ailleurs remplacé le Panavia Tornado ADV européen employé avant lui dans ce second rôle.

Photos © US Air Force

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom