Le drame s’est déroulé ce samedi 12 novembre 2022 en début d’après-midi dans le ciel du Texas, aux États-Unis. Lors d’une représentation du meeting aérien Wings Over Dallas deux warbirds, un Boeing B-17G Flying Fortress et un Bell P-63F Kingcobra, se sont percutés. Les deux avions ont été détruit dans l’accident et il n’y a aucun survivant parmi les pilotes et membres d’équipage. Les investigations ont été confiées aux agents fédéraux du National Transport Safety Board.

Il était 13 heures 21, heure locale, quand un tableau se dessinait dans le ciel de Dallas. Trois chasseurs de la Seconde Guerre mondiale, deux North American P-51 Mustang et un Bell P-63 Kingcobra présentaient une escorte au profit de trois bombardiers : deux quadrimoteurs Boeing B-17 Flying Fortress et Consolidated B-24 Liberator et un bimoteur North American B-25 Mitchell. Pour une raison encore inconnu le B-17G et le P-63F se sont heurtés en plein vol. Les pilotes des deux P-51, du B-24, et du B-25 ont alors rompu la formation pour retourner au sol.

Les témoins de l’accident ainsi que les journalistes spécialisés présent lors du meeting aérien ont indiqué que c’est le pilote du chasseur qui aurait percuté le bombardier. Le P-63F Kingcobra aurait selon leurs déclarations percuté l’arrière de la voilure déchirant totalement le fuselage du B-17G Flying Fortress. Dans l’impact les deux warbirds ont été littéralement déchiqueté. Leurs débris sont alors retombés au sol. Par chance il n’y avait personne dessous, ni spectateur ni équipe du meeting. Malgré leur rapidité d’intervention les services de secours texans n’ont pu que constater les décès des cinq membres d’équipage du bombardier et du pilote du chasseur.
Désormais ce sont les enquêteurs du NTSB qui vont devoir faire toute la lumière sur ce drame qui a endeuillé six familles.

Sur les avions en question on en sait un peu, ils étaient relativement bien connu des aérophiles nord-américains.

  1. Le Boeing B-17G Flying Fortress portait le numéro de série 32513 et l’immatriculation civile américaine N7227C. Il avait été construit en juillet 1945 et versé à l’US Army Air Force avant d’être très rapidement affecté à l’US Navy qui le fit modifier au standard PB-1W. Il devint ainsi un des premiers AWACS de l’Histoire. Il quitta le service actif en octobre 1957 et fut utilisé jusqu’en juin 1972 pour de la cartographie aérienne au sein de plusieurs entreprises. À cette date le B-17G n°32513 fut racheté par la Confederate Air Force qui en fit un avion de collection. Depuis 50 ans donc il sillonnait les meetings aériens au Canada et aux États-Unis.
  2. Le Bell P-63F Kingcobra portait lui le numéro de série 296E1-1R et l’immatriculation N6763. Construit et livré à l’US Army Air Force en août 1943 il fut démilitarisé à la fin de la guerre avec seulement vingt-quatre heures de vol à son active, ayant surtout été utilisé pour des essais d’armement. Il fut transformé en août 1946 en avion civil de course, ce qu’il demeura jusqu’en octobre 1978 sous diverses immatriculations civiles américaines. Puis lui aussi fut racheté par la Confederate Air Force qui en fit également un avion de collection, spécialiste des meetings aériens. Entre le milieu des années 1990 et le début des années 2010 il vola sous une livrée soviétique avant de retrouver celle plus classique sous laquelle il était lors de l’accident.

Le meeting aérien a été, logiquement, ajourné. Les équipes de la police locale et les enquêteurs fédéraux ont ratissé l’intégralité du terrain d’aviation texan de Dallas à la recherche du moindre indice autour de l’accident. Des recherches minutieuses qui se sont poursuivies une partie de la nuit.

Le Boeing B-17G Flying Fortress détruit dans l’accident.
Le Bell P-63F Kingcobra également détruit lors du drame.

Afin d’éviter de tomber dans un voyeurisme morbide les identités des six victimes ne vous seront pas dévoilés, ni ici ni en commentaires d’article. De même le NTSB a révélé aux médias des images de l’accident que je refuse catégoriquement de publier, car leur violence n’est pas la bienvenue. Dès lors que les enquêteurs auront rendu leur rapport nous reviendrons sur ce drame.

Photos © Christopher Ebdon

Publicité

1 COMMENTAIRE

  1. RIP pour ces pilotes et membres d’équipage qui ont vécus leur passion jusqu’au bout. Une pensée pour leurs familles qui ont dû certainnement assisté à ce drame de manière totalement impuissantes.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom