L’US Navy engage l’après MH-53E Sea Dragon.

Objectivement ce n’est pas l’hélicoptère militaire américain le plus connu. L’US Navy a annoncé le dernier vol d’un Sikorsky MH-53E Sea Dragon au sein de l’escadrille HM-14 Vanguard. Il ne s’agit pour autant pas d’envoyer à la retraite ou à la casse ces triturbines dédiés à la guerre des mines, puisqu’ils seront reversés à deux autres unités. En fait l’aéronavale américaine envisage désormais une refonte en profondeur de cette mission pour l’horizon 2025.

C’est dans quelques semaines, au début de l’année prochaine, que l’escadrille HM-14 Vanguard sera officiellement dissoute. Ses personnels navigants et rampants seront reversés, à l’instar des huit hélicoptères MH-53E Sea Dragon, au sein des escadrilles HM-12 Sea Dragons et HM-15 Blackhawks. Ils poursuivront la mission au moins pour les deux années à venir puisque l’US Navy doit revoir ses conditions de lutte aéroportée contre la menace des mines en 2025.

Trois options semblent désormais s’affronter entre les bureaux du Navy Yard et ceux du Pentagone.
La première consiste à conserver un binôme hélicoptère lourd et catamaran tracté MK-105 MIMS, faisant alors appel à une version dérivée du tout nouveau CH-53K King Stallion actuellement en cours de déploiement au sein de l’US Marines Corps. La deuxième option est déjà connue de nos lectrices et lecteurs les plus fidèles puisqu’il s’agit du couplage du système de repérage laser des mines ALMDS à un biturbine Sikorsky MH-60S Knighthawk, un hélicoptère beaucoup plus compact et économique à l’emploi que le lourd MH-53E Sea Dragon. La troisième revient à une solution beaucoup plus radicale axée autour de drones comme le Northrop-Grumman MQ-8C Fire Scout II équipés eux aussi de l’ALMDS.

MH-53E Sea Dragon à la verticale de la base navale américaine de Norfolk.

En attendant donc la composante aérienne de lutte contre les mines marines va poursuivre sa mission depuis NAS Norfolk, son nid autant pour les missions en Atlantique que dans le Pacifique. Même si l’année 2025 est clairement donné comme cible il y a de fort risques pour que ces gros hélicoptères que sont les Sikorsky MH-53E Sea Dragon continuent de voler encore sans doute jusqu’à la fin de la décennie.
Affaire à suivre.

Photos © US Navy

PARTAGER
ARTICLE ÉDITÉ PAR
Arnaud
Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.
articles sur les mêmes thématiques
Commentaires

2 réponses

  1. On ne dit pas rampant. Il n’y a que dans les vieux albums de Buck Danny qu’on pouvait trouver cette appellation denigrante que l’on n’entend jamais dans la réalité

Sondage

"Si la France devait mettre une des personnalités aéronautiques suivantes au Panthéon, laquelle vous semblerait la plus logique ?

Voir les résultats

Chargement ... Chargement ...
Dernier appareil publié

CANSA FC.20

S’ils sont aujourd’hui omniprésents sur les champs de bataille, au travers notamment de l’Embraer A-29 Super Tucano brésilien ou du Sukhoi Su-25 Frogfoot soviétique, les

Lire la suite...