Les causes exactes du drame demeurent mystérieuses, entre accident et acte délibéré. Ce mercredi 18 janvier 2023 au matin un hélicoptère de transport Airbus Helicopters H225 s’est écrasé dans la banlieue nord-ouest de Kyïv. Les neuf occupants de l’appareil sont morts ainsi que neuf civils se trouvant au sol au moment des faits. Le biturbine ayant percuté un quartier résidentiel et la cours de récréation d’une école maternelle le nombre de victimes pourrait malheureusement augmenter, du fait de blessés très graves.

L’appareil en question appartenait au ministère ukrainien de l’intérieur et réalisait une mission de liaisons entre Kyïv et la zone de front avec plusieurs officiels à son bord. S’y trouvaient notamment messieurs Denys Monastyrsky et Youry Lubkovych, respectivement ministre de l’intérieur et secrétaire d’état à la sécurité. Comme les sept autres passagers et membres d’équipages ils ont été tués sur le coup.
Pour des raisons de sécurité leur appareil évoluait à basse altitude, afin d’éviter les éventuels missiles sol-air pouvant être lancés par les forces d’invasion et d’occupation russes. Pour une raison encore inconnu l’Airbus Helicopters H225 a décroché au-dessus de la ville de Brovary avant de heurter un immeuble d’habitation et d’exploser. Un violent incendie s’en est alors suivi.

Il était 8 heures 20, en heure locale, quand l’hélicoptère à heurté le sol et provoqué le drame. Dans cette banlieue de la capitale Kyïv les enfants partaient à l’école accompagnés de leurs parents. C’est pourquoi le bilan du crash est si lourd : au moins neuf civils tués au sol, dont trois élèves de l’école maternelle voisine, tandis qu’on dénombre vingt-neuf blessés pris en compte par les services hospitaliers de la région. Selon la Croix-Rouge ukrainienne le pronostic vital serait engagé pour huit d’entre eux parmi lesquels quatre écoliers et écolières.

Les autorités ukrainiennes ont rappelé que la ville de Brovary est privée d’électricité depuis plusieurs semaines en raison des frappes de missiles de croisières russes contre les installations énergiques civiles de la région. Ajoutez à cela un épais brouillard matinal et vous avec un cocktail détonnant qui ne pouvait conduire qu’au drame.

Que la chute de l’Airbus Helicopters H225 ministériel ukrainien soit ou non le fait direct d’un tir russe cela sera à préciser par l’enquête. Il n’empêche que ce drame porte clairement la responsabilité du dictateur Vladimir Poutine et de son «opération spéciale» de «dénazification». À cause de lui le pays est plongé dans le noir et les hélicoptères étatiques sont obligés de voler très bas. On remarquera au passage que l’utilisation de ces biturbines démontre aussi que la Russie n’a jamais réussi à obtenir la supériorité aérienne de l’espace aérien ukrainien. Sans quoi ce H225 n’aurait jamais pris les airs.
Justement au sujet de ce dernier on sait qu’il portait le code tactique 54 et le numéro de série constructeur 2708.

Toujours est-il donc que dix-huit personnes au moins, dont des enfants, ont trouvé la mort dans ce crash et que c’est vraiment dramatique. Même en temps de guerre les accidents arrivent. À condition qu’il s’agisse bien d’un accident.
Affaire à suivre.

Photo © Keypublishing.

Publicité

2 COMMENTAIRES

  1. Cette accident est absolument horrible. Evidemment tout le monde est touché lorsque un crash affecte des enfants dans une région qui a déjà tant souffert, mais c’est particulièrement choquant quand ça implique un appareil sur lequel on a travailler. j’étais sur le contrat des super-puma ukrainien au début et j’ai pu m’empêchais de reconnaître le schéma peinture (d’ailleurs a l’époque le 2708 devait être a la garde national, donc gris et bleu mais a était réaffecté au service d’urgence étatique rouge et blanc) . Comme vous pouvais le voir a ses couleurs vive, c’était pas un appareil de combat, c’était un hélicoptère de sauvetage prévu pour sauver des vies, c’est d’autant plus tragique de voir le bilan de l’accident.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom