Cette fois ci le programme européen MAWS semble bel et bien enterré par la France. On a appris ce jeudi 12 janvier 2022 que le ministère des Armées avait, fin décembre 2022, notifié à Airbus Defense & Space d’un côté et à Dassault Aviation de l’autre l’étude de faisabilité d’un avion de patrouille maritime de nouvelle génération. Outre le fait que cela confirme que la Marine Nationale tourne le dos au Boeing P-8A Poseidon américain comme successeur du Dassault-Breguet ATL-2 Atlantique il s’avère évident qu’une solution intégrant une grande part de technologie française est la piste souhaitée. Voilà de quoi sans doute aussi satisfaire des acteurs du secteur comme MBDA, Safran, ou encore Thales.

Et clairement le ministère des Armées, via la Direction Générale de l’Armement, envisage deux pistes très différentes l’une de l’autre. En effet d’un côté nous avons l’avion de ligne moyen courrier mono-couloirs Airbus A320Neo et de l’autre le jet d’affaire très long courrier Dassault Aviation Falcon 10X. Outre les notables différences de taille entre les deux machines il faut savoir qu’une version de patrouille maritime n’existe en réalité ni dans un cas ni dans l’autre en ce début d’année 2023. Dans le cas du second avion c’est encore plus complexe puisque le premier vol du prototype Falcon 10X n’est pas attendu avant au plus tôt fin 2024 voire plus probablement dans le courant de l’année 2025. En face l’A320Neo est un des best-seller de l’avionneur européen.

Depuis plusieurs années le futur remplacement des actuels Dassault-Breguet ATL-2 Atlantique de la Marine Nationale est un véritable casse-tête pour les différents gouvernements. Et d’ailleurs dès la fin des années 1990 et le début des années 2000 l’avionneur Airbus avait envisagé une telle machine, basée alors sur l’A321. Pour mémoire celui-ci est la version rallongée de l’A320 et connait également un grand succès civil. Sauf que faute de réelle volonté politique de la part de Paris ou de tout autre partenaire européen les premières études d’un tel avion avaient vite fini à la corbeille. De son côté Dassault Aviation sait faire des avions de surveillance maritime, à l’image du Falcon 50M actuellement en dotation dans la Marine Nationale ou encore des Falcon 900MSA en service au sein de la Kaijō Hoan-chō, la garde côtière japonaise. Là encore pourtant il y a un gap très important entre surveillance maritime et patrouille maritime : l’armement.

Surtout que le futur successeur de l’ATL-2 Atlantique devra sans doute être capable également de mener des missions très diverses comme la reconnaissance armée, le soutien aux forces spéciales, ou encore tout le spectre des missions ultramarines dans le cadre d’une montée en puissance de la Chine en zone Asie-Pacifique. Chasser les sous-marins russes demeurera sans doute leur cœur de métier mais pas leur seule raison d’être.

C’est bien pour cela que le ministère des Armées a décidé de débloquer une enveloppe de presque onze millions d’euros que devront se partager Airbus DS et Dassault Aviation. Avec leurs partenaires industriels respectifs ces deux avionneurs ont désormais dix-huit mois pour réfléchir à la patmar de la prochaine décennie… et sans doute des trois ou quatre suivantes. Chacun bien sûr aura ses arguments et à titre personnel je ne doute pas qu’une telle compétition enflammera les esprits et que chacun(e) aura à cœur de dire lequel des deux est le mieux placé pour l’emporter. N’ayant pas d’abonnement auprès de la boule de cristal de madame Irma je m’abstiendrais sur ce point. Par contre il est évident que si on veut un avion 100% français, destiné uniquement au marché national alors Dassault Aviation est le candidat idéal. À l’inverse une maîtrise d’œuvre Airbus DS ouvrirait forcément de nouveaux marchés, à l’image par exemple de l’Espagne, de la Grèce, ou même du Portugal. Et encore il ne s’agit là que de pays européens !

Vous l’aurez compris les choses sérieuses ne font que commencer et la retraite n’a pas encore sonné pour le Dassault-Breguet ATL-2 Atlantique. L’héritier de feu le Breguet Br.1150 Atlantic a donc sans doute encore quelques belles années devant lui.

Photo © Marine Nationale.

Publicité

42 COMMENTAIRES

    • Peut-être parce que l’Airbus A220 n’est pas produit en Europe et que le ministère des Armées préfère sans doute privilégier l’emploi industriel européen plutôt que nord-américain.

        • Le C295MPA Persuader serait une solution non viable pour l’immensité de la zone française dans le Pacifique. Et puis le ministère des Armées cherche sans doute un outil plus performant que cet avion de transport tactique adapté à la Patmar. La Marine Nationale a toujours disposé d’avions de patrouille maritime haut de gamme et novateurs, un A320Neo ou un Falcon 10X ne dérogerait donc pas à la règle.

    • C’est une bonne idée, les cellules seraient fabriqués au Canada et modifiée Patmar en Europe.
      Pour le remplacement des CP-140 Aurora, Ottawa aurait un autre choix que le P-8 de Boeing.
      Plus de clients, plus d’avions a produire, achat à l’unité moins cher.

  1. Juste une question: si la dga choisi airbus ds, cela veut il dire que la france confiera a l’allemagne et l’espagne sa souveraineté sur la surveillance de ses cotes ? Que cel profiter a l’emploi dans ces deux pays au détriment du tissus industriel hexagonal ?

    • Si la DGA selectionne Airbus DS c’est que l’A320Neo sera plus adapté aux besoins de la Marine Nationale que le Falcon 10X. Et toute votre rance prose germanophobe et europhobe n’y changera rien.

        • Même si je suis d’accord avec Arnaud sur le fait que votre commentaire est plus rance que recherché, je vais me fendre d’une réponse.
          En quoi se baser un un A320NEO nous ferait perdre une quelconque souveraineté?????
          Nous avons en France des MRO plus que compétent sur ces appareils, SABENA, Air France Industries et même Airbus.
          Si je vous suit, tous les acheteurs de Rafale nous délègue leur souveraineté!

    • On ne parle pas de l’A320 civil qui est fabriqué sur plusieurs lignes de production (dont une en Chine !). Il est question d’un avion de patrouille maritime, doté d’équipements de surveillance et capable de délivrer de l’armement, En clair, le fait que la cellule soit fabriqué en France ou en Allemagne ne préjuge pas des équipementiers qui seront choisis (Thales, Safran, Hensold, Indra…).

      Pour votre info, c’est l’Espagne qui transforme des A330 en A330 MRTT. Cela pose-t-il un problème de souveraineté ? Même question pour les Hawkeye, les Hercules, etc.

    • Certains éléments du fuselage du Falcon 10X sont fabriqués en Espagne par AIrbus …
      Les 2 avionneurs font appels à des sous traitants partout en Europe et dans le monde pour certaisn éléments de fuselage et équipements aéronautique.

  2. Si les Allemands n’avaient choisi le P8 la messe était dite pour Airbus , pour le Falcon 10 c’est comment faire rentrer dans une soute une torpille et une soute pour missile anti navire ,car mettre des missiles en charge pendulaire sur un avion de patrouille c’est augmenter la traînée et diminuer la distance franchissable.

    • Oui les missiles en nacelle augmentent la traînée. Cependant, l’A320 n’a pas plus de doute à bombe que la Falcon 10. Et il a moins d’autonomie.
      La question de l’emport d’armement, l’intégration de sonars puissants, le prix initial des cellules, la maintenance, l’aptitude des avions à voler à basse altitude sont autant de paramètres qu’il sera bien compliqué d’intégrer.
      Le Falcon est plus joli. Je ne sais pas en revanche s’il a beaucoup de capacités d’emport en bouées. C’est peut-être le point qui est le plus ennuyeux.
      L’A320 n’aura pas un coût d’acquisition très élevé. Quoique, avec la part de travail qui revient à la France l’équation est peut peut-être un peu moins favorable qu’imaginé. Cependant, la compétence militaire n’est pas extraordinaire chez Airbus. Je me demande si les risques liés à l’intégration ne sont pas plus élevés. Reste à savoir s’il est possible de larguer des boués ou des missiles anti-navire depuis une telle cellule.

      • Pour mémoire Math si Boeing a réussi à transformer son 737 en P-8 Poseidon Airbus ne devrait pas avoir du mal à en faire autant avec l’A320 ! Non ?

        • Bonjour Arnaud,
          On pensais la même chose pour le ravitaillement: sujet simple.
          Airbus a réussi son MRTT, Boeing a échoué, du moins dans l’enveloppe budgétaire et temporelle. Sujet mal posé, échec.

          A voir comment les équipes Airbus se saisissent du sujet.

  3. J’ai hâte de voir les copies que vont rendre les 2 avionneurs. Les débats sur les forums spécialisés sont assez tranchés, cela va être intéressants de les suivre.
    Je me pose la question du lien avec le SCAF. Comme Airbus y est responsable de la partie drône et mise en réseau, est ce que cela aura un impact pour ce programme?

    • Je ne sais pas. En revanche, du point de vue plateformes, une autre question se pose. On va devoir renforcer notre présence dans le pacifique, avec un budget limité.
      Cette plateforme pourrait-elle contribuer à du ravitaillement en vol en plus de ses autres missions? Cela a bien été fait pour l’A400M.
      Question en creux, si l’appareil participe à la lutte anti-navire, verra-t-on aussi une capacité ait-air? Les Dauntless ont abattu des bombardiers Japonais…
      Un appareil qui doit couvrir l’immensité de l’océan pacifique serait bien utile s’il pouvait faire plus que sa mission de base. Le Falcon ou l’Airbus seront les seuls appareils à long rayon d’action que nous pourrions déployer à CT.

  4. Je suis surpris que pour le types de missions très divers que l’on va demander à ce futur aéronef on fasse le choix d’un avion propulsé par des réacteurs.
    Larguer une chaine SAMAR par exemple demande une faible vitesse pour être précis.
    Je ne connais pas le volume de soute du futur Falcon 10 X mais ça me semble un peu juste pour loger les membres d’équipage, la cuisine, les torpilles, l’informatique etc etc.
    Sur un avion qui n’est pas français mais européen, je crains aussi que nous ne restions pas maitre à l’export. Ce n’est pas de la germanophobie. Si Airbus est meilleur que l’on choisisse Airbus, mais attention au contrat.

    • Pourquoi la France devrait-elle être maîtresse à l’export d’un avion européen ? L’A400M Atlas se vend très bien en France et dans le monde et pourtant la France n’est en rien maîtresse de sa destinée internationale.

      • Dans le système de vente d’arme actuel, un pays qui fourni des composants peut s’opposer à l’exportation du produit final. Pourquoi la France devrait elle être maitresse, pour au moins deux raisons, l’indépendance du pays et c’est un avion (dans sa version patmar) développé par la France avec des fonds français. Les autres pays européen ne sont en rien impliqués dans cette version. Ce n’est pas un avion européen.
        L’exemple actuel avec les chars Léopard en est un exemple. Il y en a eu d’autre dans le domaine aéronautique.
        Je reste donc affirmatif si l’on veut être indépendant dans l’exportation d’un avion il faut qu’il soit français. C’est triste mais c’est comme ça.

        • Ce n’est pas parce que vous affirmez quelque chose que vous avez forcément raison. Et s’il vous plaît évitez les trop faciles raccourcis avec ce programme de tank, c’est fatiguant à la longue.
          C’est dommage que vous n’ayez que des arguments politiques et non technologiques.

  5. « Cette fois ci le programme européen MAWS semble bel et bien enterré par la France. »
    En même temps, quel choix a laissé l’Allemagne à la France quand elle a préféré acheter des P-8 ?

    En tout cas, cela promet de beaux projets et une belle compétition !
    Une question cependant : ce futur PATMAR n’arrivera-t-il pas trop tard pour concurrencer le P-8 ?

    Bon courage à vous, Arnaud, pour la modération de futurs commentaires sur ce sujet 😉

  6. On peut commencer par lister les avantages et inconvénients des deux plateformes :
    A320 :
    + chaine de production garantie « à vie »
    + capacité d’emport
    + marché actuel pris par le P8 fait sur la base d’un 737, on sait donc qu’on peut faire la même chose « en mieux »
    – rayon d’action
    – hauteur de vol et vitesse de croisière qui ne conviennent pas bien à certaines missions
    – trop proche d’un P8 pour offrir une alternative à ceux qui ne s’y retrouvent pas

    10x :
    + rayon d’action
    + domaine de vol
    + manœuvrabilité
    + se démarque du P8
    – cellule civile qui doit conquérir des marchés et se pérenniser
    – capacité d’emport qui sera un défi

    Pour Airbus je suis étonné qu’ils ne se soient pas positionné avec l’A321XLR pour minimiser au maximum le problème du rayon. Problème de prix ? Ou alors Airbus a une solution adaptée ?
    Pour Dassault le défi c’est l’emport. Sur le papier cela semble très juste, mais ce qui est un inconvénient par ailleurs à savoir le fait que l’avion soit en développement peut se révéler être un avantage : ils peuvent encore adapter la cellule nativement.

    Celui qui saura le mieux répondre à son « problème » principe gagnera.

  7. De toute manière vu que le successeur de l’ATL2 aura des réacteurs, il n’est pas envisageable de garder tous les types de profil de vol résultant des missions confiées à de ce dernier, il va falloir que les 2 constructeurs proposent des solutions dans la manière d’utiliser leur avion respectif pour répondre aux besoins de la Royale.
    Pour les charges sous voilure, il y a la solution de les mettre sous cocon, système étudié par Dassault pour améliorer la SER des emports extérieurs mais qui permet aussi de gagner quelques « miettes » de traînée et avec la durée des missions, le gain au total ne sera pas négligeable

  8. Et ressortir les plans de l’Atlantique3 ? et le mettre au gout du jour ?
    😉
    Savez-vous s’il existe un schéma ou une illustration de ce projet ?

  9. Il faudrait reprendre la cellule de l’Atlantic et y mettre des moteurs plus modernes avec des hélices type celles de l’Airbus A400M. L’Atlantic représente l’avantage de tenir l’air 16 heures et de patrouiller lentement ce qui est important pour la chasse aux sous-marins. et sa soute à munitions et systèmes de sauvetage est énorme. Moi j’aurais bien vu un Atlantic allongé avec toute l’avionique modernisée et des moteurs moins gourmands.

    • En terme d’innovation technologique c’est très limité votre idée. Une énième évolution du vieil Atlantic que la France n’arrivera encore pas à vendre. Mouais bof.

    • Ouais, « reprendre la cellule de l’Atlantic », il faut en trouver des cellules de l’Atlantic, peut-être dans des musées 🙂
      Même celles de l’Atlantique…
      Le pb est qu’il faudrait pouvoir les fabriquer ainsi que tous les autres éléments de l’avion, toutes les machines de fabrication n’existent plus ou ne sont plus compatibles avec les lois en vigueur, écologiquement parlant
      Autant étudier un nouvel avion, ça coûterait moins cher et même ça la France ne peut se l’offrir

      • Merci pour votre réponse. Vous m’apprenez une chose concernant les contraintes écologiques. Qu’avait donc l’Atlantique pour être en opposition avec les lois environnementales.
        Je me dis que les plans existent. Donc il ne faudrait pas plus de 4 ans pour ressortir des Atlantique (je parle uniquement de la cellule, pas de toute l’avionique et de l’armement).

  10. J’ai vu le prix catalogue de lA 320 annoncé
    à 100 M € le falcon 10X à 75 M €
    L’inconvénient du falcon une cabine plus étroite d’un mètre mais une distance franchissable bien plus importante.
    Une vitesse de croisière plus élevée pour le falcon mais quid de la vitesse minimale pour patrouiller efficacement ??
    Affaire à suivre donc,tout cela est passionnant…

    • Mouais bof donc vous proposez que les avionneurs français et européens baissent les bras et se résilient à ne plus rien proposer de nouveau. Autant mettre la clef sous la porte et attendre que les Américains développent des choses nouvelles. Intellectuellement parlant votre idée est très discutable.

      • Jamais dit cela. Vous pensez qu’un vieux Boeing 737 vaut mieux qu’une cellule d’Atlantique ?
        Vous pensez qu’un petit Falcon vaut mieux qu’un Atlantique ? Vous pensez que l’Airbus A400M pourrait faire un excellent patrouilleur maritime. En dépit de voter supériorité intellectuelle, de votre érudition et de votre supériorité bien française détenir la solution ? Alors proposez la !
        Vous les français avez un problème: vous vous pensez tout le temps supérieur et vous abaissez de suite qui ose ne pas être d’accord avec vous.

        • Un vieux Boeing 737 et un « petit » Falcon 10X ? Outre vos attaques xénophobes à l’encontre des Français, je note surtout monsieur Oberson que vous n’avez aucun argument en dehors de celui qui consisterait à ne rien chercher à produire de nouveau et à toujours revenir à des machines du passé.
          C’est dommage mais vous venez de vous dévoilez. Et ce que l’on en distingue n’est pas beau à voir.

  11. Il faudrait que Dassault sorte un Atlantique 3.
    C’est le meilleur patrouilleur au monde question autonomie et lenteur du patrouillage.
    Les fichiers CATIA doivent exister.
    Dans 4 ans on a la cellule
    Dans 6 ans on a l’armement et l’avionique

    • Tout semble tellement facile avec vous monsieur Oberson. Heureusement que les décideurs militaires et politiques français ont une vue à plus long terme que vous sinon l’industrie aéronautique tricolore serait condamnée à mort à court terme.

        • Et voilà après les attaques xénophobes envers mes compatriotes vous en venez aux attaques ad-hominem. Mais je ne vois toujours pas le moindre argument de votre part cher monsieur. Rien. C’est navrant de lire tant de bêtise de votre part.

        • La xénophobie, comme toutes formes de racismes, n’ayant pas lieu d’être sur notre site les commentaires de Gérald Oberson seront strictement modérés désormais. Nous rappelons que le racisme est un délit en France, nous ne le laisseront jamais s’exprimer dans les commentaires du site.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom