Une patrouille de F-22A Raptor a descendu un aéronef non identifié au-dessus de l’Alaska.

Les théoriciens du complot et autres neuneus avides de sensationnel risquent encore de s’en donner à cœur joie sur ce coup là. Ce vendredi 10 février 2023 le Pentagone a officiellement reconnu qu’un aéronef non clairement identifié mais ayant violé l’espace aérien souverain des États-Unis avait été abattu par une patrouille de chasseurs Lockheed-Martin F-22A Raptor appartenant au 3rd Wing de l’US Air Force. Cette action opérationnelle forte intervient quelques jours seulement après la très médiatisée affaire du «ballon chinois» sans pour autant qu’on puisse faire le moindre lien entre les deux intrusions. Des recherches sont toujours en cours, avec les avions et hélicoptères du 176th Wing.

On en sait en fait très peu sur la nature même de l’aéronef qui a été abattu par un tir de missile air-air AIM-9X Sidewinder. Selon les premières informations délivrées par l’US Department of Defense il ne semble pas qu’il s’agisse d’un aéronef piloté mais plutôt d’une sorte de drone. Selon le porte-parole du Pentagone celui-ci avait la taille d’une «petite automobile» et évoluait aux alentours de 43 000 pieds, soit un peu plus de 13 100 mètres d’altitude. L’objet en question était déjà pisté par les radars du NORAD depuis la veille et volait dans l’espace aérien souverain américain. C’est la raison pour laquelle le président des États-Unis Joe Biden a ordonné la destruction de l’objet en question par la chasse.

Une patrouille de deux Lockheed-Martin F-22A Raptor a donc été guidée jusqu’à lui afin de l’abattre. L’administration Biden argue autant le risque pour le trafic aérien commercial que la violation de la souveraineté américaine. En fait depuis la semaine dernière et l’affaire du «ballon chinois» il semble que le Pentagone soit clairement repassée dans une dimension différente en terme de défense aérienne face au péril de l’espionnage aéroporté. Une posture qui ressemble fortement à celle de la guerre froide mais avec aujourd’hui le meilleur chasseur de supériorité aérienne de tous les temps dans ses rangs.

Dorénavant ce sont les Lockheed-Martin HC-130J Combat King II et les Sikorsky HH-60G Pavehawk du 176th Wing, alaskaéens comme les F-22A Raptor du 3rd Wing, qui sont entrés en jeu. À eux de tenter de localiser et de récupérer les débris de l’objet. À la différence des eaux dans lesquels le ballon est tombé celles de la zone de recherche peuvent plonger jusqu’à 4500 mètres de profondeur. Pour autant les équipes du NORAD tablent plutôt sur un écrasement de la machine sur la terre ferme.

Plus que jamais la guerre du renseignement aéroporté semble bien repartie de plus belle. Il est bien trop tôt pour incriminer une quelconque puissance adverse voire ennemie des États-Unis dans cette affaire. Il n’en reste pas moins qu’en quelques jours le F-22A Raptor a su montrer de quel bois il se chauffe… face à des cibles annoncées non armées.
Affaire à suivre.

Photo © US Air Force.

PARTAGER
ARTICLE ÉDITÉ PAR
Arnaud
Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.
articles sur les mêmes thématiques
Commentaires

20 réponses

  1. Pardonnez-moi mais juste une réflexion que m’inspire cet événement et le complotisme que vous évoquiez au début de votre propos. Le norad suivait cet engin depuis un moment (tout comme le ballon espion Chinois) jusqu’à ce que le président US ordonné sa destruction. Une réflexion se pose à moi. En 2001 comment se fait-il que rien n’a pu stopper 4 avions de lignes pilotés par des novices armés de couteaux en plastique par un beau matin du 9 septembre. Qui plus est, en plein New-York. Au vu des moyens évoqués ici, de leur excellence ( et je suis d’accord avec vous) et de leur coordination dans des zones très étendues, j’avoue qu’un détail m’échappe.

    1. En septembre 2001 le format était différent. Les autorités fédérales américaines étaient alors sur des prises d’otages par des pirates de l’air. Ce n’est qu’après qu’ils aient heurté les deux tours jumelles et le Pentagone que la dimension terroriste a été assimilée. Or avant le 11 septembre il était inenvisageable d’abattre des avions de ligne bourrés de passagers au-dessus du territoire américain.

  2. Comment a-t-on pu laisser deux Boeing civil percuter les tours en plein New-York en fin de matinée alors qu’on a pu suivre dans une zone très étendue et grâce au Norad un engin de la taille d’une voiture et le détruire par une paire de F22? Même réflexion pour celui qui a percuté le Pentagone. Leur « pilotes » étaient des novices ( et sans doute aussi des neuneus). Dans un ciel quadrillé par d’autres radar civil et sur un délai relativement long. Merci de votre éclairage.

    1. Entre septembre 2001 et ce mois de février 2023 il ne vous aura pas échappé madame ou monsieur Dufossez qu’il s’est passé deux décennies durant lesquelles le NORAD et plus largement l’US Department of Defense ont su apprendre de leurs erreurs.

      1. Sans compter,Arnaud,que lorsque les attentats du 11 septembre sont arrivés la US Air Force avait peu d’avion armés et prêt à décoller en tout temps 24/7 or aujourd’hui les choses ont bien changé tant aux USA qu’au Canada. D’ailleurs au moment où j’écris ce message ( samedi 11 février a 18h, heure de Montréal) un troisième ballon a été repéré et abattu par le NORAD cette fois au dessus du Canada. Source Radio Canada.

      2. Et en 2001, la distance entre JFK et les tours était insignifiante interdisant toute possibilité d’interception. Et que je sache, des avions de ligne ne sont pas des « hostiles », surtout décollant de NY !

    2. Je te suggère « X files » …cher Dufossez, tous les épisodes sont en streaming vf de nos jours !!! 😉 (et tu auras toutes les réponses …à tes questions métaphysico-géostratégiques)

  3. Le Web est gangrené par ces complotistes à 2 balles. Les mecs doivent vraiment avoir une vie de merde pour venir perdre leur temps à étaler leurs conneries.

  4. D’où l’intérêt d’ouvrir l’œil, de ne pas baisser la garde, ni les budgets militaires.

    Il n’ a pas que des gens qui veulent du bien à nos démocraties autour de nous.
    Donc vigilance.

  5. Et sinon?? A part ce commentaire creux comme une coquille vide. Avez-vous une remarque intelligente pour éclairer ma faible lanterne? Car il s’agit d’une réflexion. Celle d’une personne très au fait des capacités et niveau d’alerte en cours dans notre pays. Capacité notamment à intercepter avec un 2000 au dessus de Marseille un avion arrivant d’Italie (mais partant de plus loin il y a quelques mois). Parce que là, je reste un peu sur ma faim. C’est un discours de « neuneu » et curieusement anti-complotiste. Dans le discours officiel c’est assez Singulier. Encore une fois j’espérais un commentaire éclairé. A l’avenir, même si vous vous ennuyez évitez de perdre votre temps et me faire perdre le mien. La réponse d’Arnaud est suffisante et… Intelligente.

  6. Si la semaine dernière les États-Unis ont laissés le ballon chinois traverser le territoire américain dans son entièreté ce n’est pas seulement à cause du risque des débris tombés au sol mais surtout de prendre le temps d’analyser en long en large et en travers le ballon avec un RC-135U combat sent et un U2-S qui a même pu voler au dessus du ballon pour récolter les divers signaux d’origine électromagnétique. Tel est pris qui croyait prendre.

  7. C’est une très bonne publicité pour le F22 qui cumule les problèmes techniques. Les USA ont besoin de vendre leur fleuron et rassurer les acquéreurs potentiels que cet avion. Il est certain que jamais nous ne saurons ce qui a été abattu et encore moins son origine. Cela ressemble à du marketing d’état savamment orchestré. Dassault devrait s’en inspirer pour décrocher de nouveaux contrats.

    1. Où voyez-vous que le F-22A Raptor cumulait les problèmes techniques ? Et ils vont avoir du mal à l’exporter vu qu’il n’est plus produit en série depuis plusieurs années !

      1.  » je dirais même plus », les autorités US n’ont jamais envisagé sérieusement de vendre de F22, même aux alliés les plus fidèles comme les Israéliens et Japonais, pourtant demandeurs, car cet avion disposait et dispose toujours de technologies beaucoup trop avancées et sensibles.
        Cordialement

    2. Pour les USA il n a jamais été question de vendre le F22 a l étranger et comme Arnaud a répondu il nest plus fabriquer depuis quelques années

  8. Bonjour,
    Je suis très surpris que personne ne trouve anormal que l’on puisse abattre un objet volant présenté comme non identifié. Je trouve aussi amusant de lire la supériorité du Raptor face à un drôle (a priori) non armé.
    J’aimerais tant lire des articles qui ne soient pas raccoleurs mais réfléchis, à une époque où non seulement la désinformation mais aussi et surtout la manipulation des peuples permettent aux dirigeants de jouer à la guerre pour des intérêts loin du bon sens.
    Pourquoi tirer un missile sur un drone évoluant à basse vitesse relative puisqu’il était suivi depuis un moment, sans faire une vraie interception de reconnaissance ? Cela permet de savoir sur quoi on veut tirer…Tout ceci manque de fond sauf à démontrer la parano de nos « amis » américains et leur obsession de domination pavlovienne ne supportant aucune contestation … ou le manque de recul du reporter face à un évènement qui pourrait être grave…ou factice.

    1. Bonjour monsieur si vous trouvez nos articles racoleurs, libre à vous de trouver un média aéronautique plus en adéquation avec votre vision du monde et des choses. Après perso je trouve votre analyse de la réaction américaine simpliste et finalement bien dans l’air du temps donc populiste et non réfléchie !

  9. Bonjour j’aimerais juste savoir pourquoi les avions de chasse non pas pris de photos est pour quoi on ne parle plus de cette affaire merci pour votre réponse cordialement.

Sondage

"Si la France devait mettre une des personnalités aéronautiques suivantes au Panthéon, laquelle vous semblerait la plus logique ?

Voir les résultats

Chargement ... Chargement ...
Dernier appareil publié

S.A.I. KZ II Træner

En 1945 la totalité des pays libérés de l’occupation allemande par les Alliés, et notamment par les Américains et le Commonwealth en Europe occidentale, avait

Lire la suite...