Voilà une information qui risque bien de faire enrager dans les allées du Kremlin. En fin de semaine dernière le ministre néerlandais des affaires étrangères, monsieur Wopke Hoekstra, a annoncé que son pays serait prêt à répondre favorablement à une proposition de Kyïv autour de ses actuels avions de chasse. Il s’agit là d’un véritable bon en avant, car le General Dynamics F-16 Fighting Falcon est une arme autrement plus puissante et polyvalente que tout ce qui a pu être proposé jusque là aux Ukrainiens. On est très loin des chars Leclerc français ou Leopard allemands.

Pour autant les dirigeants néerlandais sont malins, ils savent qu’une proposition frontale d’offre de leurs F-16MLU serait vu comme bien plus qu’une provocation par le dictateur russe. Vladimir Poutine pourrait alors considérer les Pays-Bas comme un pays cobelligérant et engager des représailles contre eux. C’est pourquoi c’est la diplomatie et non la défense néerlandaise qui a pris en charge le dossier. C’est elle qui propose de répondre avec un «esprit ouvert» aux «éventuelles sollicitations» des Ukrainiens en ce sens, pour reprendre les mots de monsieur Wopke Hoekstra.

Factuellement Amsterdam se dit prête à fournir de tels chasseurs aux normes de l’OTAN à Kyïv. Et ça c’est une vraie première. C’est même un franchissement du Rubicon ! Car jusque là les rares aéronefs proposés et livrés à la résistance ukrainienne par les Alliés n’étaient que des machines fabriquées en URSS et héritées de la guerre froide. Des avions et hélicoptères que Moscou ne craignaient pas puisqu’elle connaissait leurs limites.
Avec le F-16 Fighting Falcon la donne change radicalement. Car cette fois les pilotes russes ont appris en plus de quarante ans de service à craindre le petit chasseur multi-rôle américain. C’est même dit-on un des avions de l’alliance Atlantique parmi les plus redoutés par les forces ennemies.
Car si le F-16 Fighting Falcon est un avion acceptable pour les missions air-sol, grâce notamment aux missiles AGM-65 Maverick et aux bombes guidées laser, il est en revanche une très dangereuse arme de guerre en mode air-air. Capable d’engager des dogfights serrés autant que de tirer des missiles moyennes distances il pourrait représenter un danger réel pour les Sukhoi Su-30 Flanker-C et Su-34 Fullback russes. D’autant que les avions néerlandais sont gréés pour tous ces types de munitions.

Mais alors les Pays-Bas ont-ils vraiment les moyens de leurs ambitions ? Peuvent-ils vraiment fournir plusieurs General Dynamics F-16A/B Fighting Falcon au standard MLU ? La réponse est oui. En fait ils le peuvent grâce à Lockheed-Martin et à son F-35A Lightning II. La transition vers ce chasseur muti-rôle de 5e génération se déroule sans accroc, les avions étant réceptionné sans retard ni souci. Et surtout les pilotes néerlandais se sont déclarés à plusieurs reprises satisfaits de l’appareil. Les F-16MLU peuvent donc parfaitement être retirés du service, ce qu’ils sont progressivement dans les faits, et même fournis à la résistance ukrainienne.

F-16MLU Fighting Falcon néerlandais en patrouille.

Reste désormais à savoir si Volodymir Zelinsky acceptera la proposition néerlandaise et si Joe Biden validera l’exportation d’un tel matériel ô combien sensible diplomatiquement parlant. Il se murmure d’ailleurs depuis quelques semaines que des pilotes ukrainiens seraient en formation aux États-Unis sur ce modèle d’avions, une rumeur de plus en plus insistante depuis début décembre 2022. N’y aurait-il pas de fumée sans feu ?
Affaire à suivre.

Photos © Koninklijke Luchtmacht.

Publicité

10 COMMENTAIRES

  1. Question du gars pas trop au courant
    N’avons nous pas quelques mirages 2000 pas en trop mauvais état que nous pourrions céder à l’armée de l’air ukrainienne ?
    À moins bien entendu que nous n’ayons déjà revendus ceux que nous avons rayés de l’inventaire…

    • Il faut savoir que globalement le Mirage 2000 n’est pas l’avion le plus facile à piloter et qu’il faudrait alors spécialement former des pilotes ukrainiens à voler dessus. Il revient donc moins cher pour les Alliés de les entraîner au F-16, bien plus répandu et disponible en grand nombre.

  2. Je pense que ce n’est qu’une affaire de temps, mais on livrera des chars lourds, et on livrera aussi des avions de combats occidentaux à l’Ukraine.
    Il faudra bien que cette guerre ce termine pour les uns et les autres (ceux qui sont dans les tranchées et qui n’ont pas choisi)
    En ce qui concerne la France, la livraison de chars Leclerc ne sert à rien ou il faudrait tous les donner (200) pour que ce soit efficace.
    Par contre les mirages 2000-5 pourraient être remplacés par des rafales.
    Des mirages il y en a pleins et dans de nombreux pays et tout aussi redoutable que le F16.

  3. On monte en gamme…. si cela se concrétise, et cela semble inéluctable, les conséquences sont inconnues à ce jour.
    Un précédent historique existe tout de même : la guerre du Vietnam où la situation était inversée, l’URSS livrant des Migs (avec leur pilotes russes, peut-être ?) et des batteries sol-air au Viet-Cong. Cela n’a pas inciter les Americains à entrer en guerre frontalement avec les Soviétiques. L’abominable Poutine des neiges est-il sur la même logique de fonctionnement ? Bien malin celui qui pourrait y répondre.

    • Les belligérants de la guerre du Viet-Nam était le Viet-Nam du Nord et le Viet-Nam du Sud
      Ils avaient reçu respectivement le soutien de l’URSS et des USA, ce n’était pas une guerre entre le Viet-Nam du Nord et les USA, comparable à la guerre de Corée où s’affrontaient la Chine et les USA par l’intermédiaire des 2 Corée

      • Les nombreux morts et vétérans américains seraient « surpris » par votre analyse un peu approximative sur l’implication réelle des usa durant la guerre du Vietnam James…
        L’implication directe de soldats russes n’est absolument pas comparable avec celle des soldats américains durant cette guerre.
        Vivement que l’OTAN donne ces avions indispensables à la victoire ukrainienne.

        • Je me suis peut-être mal exprimé
          Ma précédente prose relate la situation officielle: Les USA n’avaient pas envahi le Viet-Nam contrairement à la propagande communiste de l’époque, ils venaient en aide au Viet-Nam du Sud. Les médias de nos jours continuent à dire que c’était une guerre entre le Viet-Nam et les USA, ce qui est totalement faux car cela nie l’existence du Viet-Nam du Sud qui était un pays.
          D’autre part, je n’ai pas écrit que l’engagement soviétique était important en effectif, en revanche niveau équipement oui, c’était le principal fournisseur du Viet-Nam du Nord, à côté de la Chine.

  4. Effectivement James, vous avez raison.
    Je ne mentionne ici que l’aspect « aéronautique » (certes de manière très supercielle) concernant la guerre du Viet-Nam. De ce point de vue, le parallèle avec la guerre en Ukraine est frappant.
    La situation géopolitique, ideologique, stratégique étaient différente dans les années 60 (quoique… on se retrouve sur un affrontement Est-Ouest qu’on pensait ne plus revoir). Mais ce n’est pas le sujet qui nous intéresse sur ce site qui reste dédié à l’aeronautique.

  5. Le Saab serait l’avion qui conviendrait, plus facile d’entretien, pour les Suédois  » tueurs de Migs » pays proche, la proposition avait il me semble étée faite le moteur américain, alors???

  6. Les usa pourraient faire comme pendant la seconde guerre mondiale, des pilotes americain volontaire ou des ancien de l’usaf au commande de F16 sous cocarde ukrainienne., le temps que des pilotes ukrainen soient pleinement formé sur les chasseur F16.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom