Repêchage d’un CH-147F Chinook canadien

Une délicate opération de repêchage de l’épave d’un hélicoptère Boeing Vertol CH-147F Chinook de l’Aviation royale canadienne (ARC) est actuellement en cours. Rappelons que le 20 juin dernier, l’appareil s’est abîmé dans la rivière des Outaouais à la frontière du Québec et de l’Ontario. L’hélicoptère, qui transportait deux pilotes et deux membres d’équipage, effectuait un vol d’entraînement de nuit non loin de la Base des Forces canadiennes (BFC) de Petawawa.

Peu après l’accident, les secouristes militaires ont retrouvé et évacué deux des aviateurs qui n’ont subi que des blessures mineures. Toutefois, les deux pilotes n’ont pas eu cette chance. Les corps des capitaines Marc Larouche et David Domagala et ont été repêchés de l’eau le lendemain. Âgé de 53 ans et originaire d’Amos au Québec, le capitaine Larouche était chef instructeur au 450ème Escadron tactique d’hélicoptères. Accumulant plus de 6700 heures de vol au cours de ses 33 années de service, le capitaine Larouche a successivement piloté des hélicoptères CH-135 Twin Huey et CH-146 Griffon, en plus du CH-147F Chinook. Le capitaine Domagala, âgé de 32 ans et natif de Woodstock en Ontario, avait acquis ses ailes en 2019.

CH-147F Chinook

Depuis ce tragique accident, ce CH-147F est demeurée à plus de 20 mètres sous la surface de la rivière des Outaouais. Une équipe interarmées, composée de plongeurs de la Marine royale canadienne, de membres de l’Armée canadienne et de l’ARC participe à la récupération du Chinook avec le soutien d’entreprises fournissant les barges et la grue nécessaires. Il s’agit d’un processus compliqué par les forts courants et la mauvaise visibilité en profondeur. Toutes les précautions sont prises pour s’assurer que l’hélicoptère soit retiré de façon sécuritaire, tout en évitant des impacts environnementaux potentiels. Un périmètre de sécurité a été établi afin d’éloigner les curieux.

Arrivée sur les lieux le jour même de l’accident, une équipe de la Direction de la sécurité des vols de l’ARC est chargée d’enquêter sur les causes de cet écrasement. Le témoignage des deux survivants, l’étude de l’épave ainsi que l’analyse des enregistrements des boîtes noires du CH-147F seront cruciaux. Le Ministère de la défense nationale a déclaré qu’il était trop tôt pour fournir un échéancier quant à la publication du rapport d’enquête.

En 2022, l’armée américaine avait temporairement immobilisé sa flotte de CH-47 D/F Chinook en raison de fuites de carburant ayant provoqué des incendies de moteur. Il fut déterminé à l’époque que les CH-147F de l’ARC n’avaient pas de problèmes similaires. La version canadienne du Chinook dispose notamment d’une plus grande capacité de carburant afin d’allonger son rayon d’action. En attendant les conclusions de l’enquête en cours, la flotte de CH-147F n’est pas clouée au sol car l’ARC a réitéré sa confiance à l’égard de cet indispensable bête de somme. L’ARC a acheté quinze exemplaires du CH-147F Chinook regroupés au sein de l’Escadron 450, dont le premier a été livré en 2013. Depuis, le CH-147F fournit un soutien essentiel à l’Armée canadienne et aux Forces d’opérations spéciales tant au Canada qu’à l’étranger. Mentionnons la participation du Canada à la mission de maintien de la paix des Nations Unies au Mali. Le CH-147F est également un atout précieux pour soutenir les autorités civiles lors de catastrophes naturelles.

CH-147F Chinook

Lors d’un service commémoratif qui s’est déroulé vendredi dernier à Petawawa, des hélicoptères CH-147F Chinook et CH-146 Griffon ont effectué un défilé aérien afin d’honorer ces deux hommes morts au service de leur pays. De tels événements rappellent les risques encourus par nos militaires dans l’exercice de leurs fonctions, même en temps de paix.

CH-147F Chinook et CH-146 Griffon

En savoir plus sur avionslegendaires.net

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles par e-mail.

PARTAGER
ARTICLE ÉDITÉ PAR
Picture of Marcel
Marcel
Fils d’un aviateur militaire (il est tombé dedans quand il était petit…) et biologiste qui adore voler en avion de brousse, ce rédacteur du Québec apprécie partager sa passion de l'aéronautique avec la fraternité francophone d’Avions Légendaires.
articles sur les mêmes thématiques
Commentaires

Une réponse

  1. Que ces deux pilotes reposent en paix. C’était des hommes de grande expérience, très précieux dans nos Armées dans le contexte actuel.

    Tous ces pilotes a travers le monde font un métier qui n’est pas sans risques. Mais c’est un beau métier, pas à la portée de tout le monde. Bien sûr, le matériel à beaucoup évolué, et plus sécurisé, mais le risque zéro n’existe pas.

Sondage

Lequel de ces avions symbolise le mieux pour vous le 90ème anniversaire de l'Armée de l'Air et de l'Espace ?

Voir les résultats

Chargement ... Chargement ...
Dernier appareil publié

DFS Olympia Meise

Dans les années 1930, les prouesses aéronautiques fascinent les foules. Il était donc dans l’air du temps d’inclure le Vol à voile comme discipline de démonstration aux

Lire la suite...