L’Army Air Corps va dire adieu à ses Bell 212.

Pas sûr du tout que cet hélicoptère ne laisse un souvenir impérissable dans les rangs de la British Army. Vendredi prochain, 1er septembre 2023, l’Army Air Corps rayera de ses cadre ses trois seuls biturbines Bell 212 AH.1 de facture américaine. Des hélicoptères qui ont volé entre l’Angleterre et le Kenya dans des tâches bien différentes au cours de leurs 28 années de service actif. En attendant un hypothétique successeur ce sont des Westland Puma HC.2 de la Royal Air Force qui assurent l’intérim.

Même si la version civile et parapublique de l’UH-1N Twin Huey est réputée agréable à faire voler elle n’a jamais eu une image de marque particulièrement reluisante au sein de l’Army Air Corps. C’est peut-être justement ses origines qui en sont la cause car à la différence de feus les Bell Griffin HT.1 et Eurocopter Squirrel HT.1 tous deux d’entraînement et tous deux également acquis sur bases civiles les Bell 212 AH.1 n’avaient pas vocation de formation. Il s’agissait d’appareils opérationnels.

Leurs équipages, dont beaucoup étaient issus des Westland Lynx AH.7/AH.9, lui reprochaient une relative inadaptation aux environnements tropicaux. En outre l’appareil n’était pas apprécié lors des travaux avec charges sous élingues. Pour être très clair c’était un appareil mal aimé.

Appartenant au N°25 Flight de l’Army Air Corps ils étaient sur le papier stationnés à AAC Middle Wallop dans le sud de l’Angleterre. Pourtant leur vocation était avant tout ultramarine. De leur entrée en service en 1995, en remplacement de vieux Bell Sioux AH.1, à l’année 2011 ils ont été stationnés en Amérique centrale et plus particulièrement au Bélize. Ensuite les trois hélicoptères sont rentrés à la maison, participant notamment à la sécurisation des Jeux Olympiques et Paralympiques d’Été de Londres 2012. L’année suivante ils furent envoyé à Nyati Barracks, le cœur des opérations britanniques au Kenya comme hélicoptères de soutien opérationnel. Deux Bell 212 AH.1 s’y trouvaient en permanence, les rotations de remplacement étant à la charge de Lockheed-Martin Hercules C.5 de la Royal Air Force. Dix ans plus tard, cette année, ils ont quitté l’Afrique de l’est au profit donc de la même RAF et de ses Westland Puma HC.2. Jusqu’à quand ?

Le travail sous élingue, une des charges habituelles des Bell 212 AH.1 du N°25 Flight de l’Army Air Corps.

Car si officiellement les Bell 212 AH.1 sont concernés par le programme NMH officieusement l’Army Air Corps ne semble plus encline à remplacer ces biturbines ultramarins. En fait la British Army cherche de plus en plus à se séparer de certaines missions étrangères, dont celle au Kenya. D’ici à ce qu’elle choisisse de quitter ce programme pourtant essentiel à la défense de la Grande Bretagne il n’y a qu’un pas.

Pour autant ce retrait du service vendredi prochain sera suivi samedi 9 septembre 2023 d’une cérémonie officielle à AAC Middle Wallop en présence de nombreuses autorités civiles et militaires. Au moins de ces trois hélicoptères sera conservé et préservé par la British Army.

Photos © UK Ministry of Defence.


En savoir plus sur avionslegendaires.net

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles par e-mail.

PARTAGER
ARTICLE ÉDITÉ PAR
Picture of Arnaud
Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.
articles sur les mêmes thématiques
Commentaires
Sondage

Lequel de ces avions symbolise le mieux pour vous le 90ème anniversaire de l'Armée de l'Air et de l'Espace ?

Voir les résultats

Chargement ... Chargement ...
Dernier appareil publié

DFS Olympia Meise

Dans les années 1930, les prouesses aéronautiques fascinent les foules. Il était donc dans l’air du temps d’inclure le Vol à voile comme discipline de démonstration aux

Lire la suite...