FICHE DESCRIPTIVE

Appareil : De Havilland D.H.113 Night Vampire
Constructeur : De Havilland Aircraft Company Ltd.
Désignation : D.H.113
Nom / Surnom : Night Vampire
Code allié / OTAN :
Variante : Vampire NF Mk-10, Vampire NF Mk-54
Mise en service : 1951
Pays d'origine : Royaume-Uni
Catégorie : Chasseurs de l'après-guerre
Rôle et missions : Chasseur biplace nocturne

HISTOIRE

De Havilland D.H.113 Night Vampire :
Le chasseur nocturne de transition”

Si c’est durant la Première Guerre mondiale qu’apparurent les premiers chasseurs de nuit, alors simplement dotés de projecteurs, c’est véritablement pendant le conflit suivant qu’ils se démocratisèrent. Et cela était du à l’avènement du radar, un équipement d’abord terrestre puis rapidement aéroporté. En Allemagne des avions comme le Messerschmitt Bf 110G et surtout le Heinkel He 219A, et aux États-Unis le Northrop P-61A Black Widow établirent les bases de cette spécialités. L’apparition des premiers avions à réaction posa la question de l’intégration des radars sur ces machines. L’une des premières réponse vînt du Royaume-Uni au travers du De Havilland D.H.113 Night Vampire.

Vouloir ajouter un radar à un chasseur à réaction répondait à un besoin clair et précis : s’assurer que le gain de vitesse ne se ferait pas au détriment de la supériorité aérienne. Or dans les années 1944-1945 les jets étaient limités, à quelques très rares exceptions sur l’Arado Ar 234 allemand, à pouvoir voler entre le levée et le couchée du soleil. Entre les deux ils étaient cloués au sol, laissant la place à des bimoteurs à pistons.
Une réalité qui perdura jusque dans les années d’immédiat après-guerre.

En fait la majorité des états-majors d’Europe occidentale se concentraient bien plus sur la vitesse que sur la maîtrise du vol à réaction nocturne. Américains et Soviétiques par contre faisaient des études plus poussées en ce sens, notamment chez North American pour les premiers et Yakovlev chez les seconds.
Il fallut attendre février 1949 pour qu’un avionneur européen, le constructeur britannique De Havilland, réfléchisse à un tel appareil. Et la demande ne venait pas du tout de Londres mais du Caire. L’aviation militaire égyptienne tannait l’industriel pour qu’il développe une version nocturne de son chasseur-bombardier D.H.100 Vampire. Après quelques atermoiements un accord anglo-égyptien fut signé en juin de la même année pour le développement de cet version spécifique. Sauf que tout était à faire.

Le nouvel avion reçut au sein de la nomenclature du constructeur la désignation de De Havilland D.H.113 Night Vampire. Il fut alors proposé à la Royal Air Force qui annonça attendre la production des avions égyptiens pour se prononcer sur une éventuelle commande en série.
Afin de s’assurer que le D.H.113 demeure un avion aussi agréable et facile à piloter que les autres Vampire les ingénieurs de l’usine de Chester eurent l’idée de le rendre biplace côte à côte. Devant l’urgence annoncée par les Égyptiens il fut décidé de sélectionner un radar qui avait déjà fait ses preuves par le passé : le SCR-720 américain alias AI Mk-X pour les militaires britanniques. Il équipa à partir de mai 1945 les bimoteurs De Havilland D.H.98 Mosquito NF Mk-36 en service dans la RAF. Il fut logé dans le nez du Night Vampire. Pour l’armement les quatre canons Hispano de calibre 20 millimètres installés de part et d’autres de l’intrados de fuselage furent conservés. Aucune charge externe n’était cependant prévue.

Le prototype réalisa son premier vol le 28 août 1949. Il s’agissait alors du premier chasseur nocturne conçu comme tel en Europe. Quelques semaines plus tard, en octobre, l’Égypte passa officiellement commande pour douze D.H.113 Night Vampire. Un premier lot de six avions était prévu pour livraison en avril 1950. Ils ne quittèrent jamais la Grande Bretagne. En effet le jeune état d’Israël, sous protectorat des Nations Unies et de la Couronne, demanda à Londres de renoncer à ce contrat. Les six premiers exemplaires étaient prêts pour livraisons et les six autres en cours d’assemblage. Placés sous scellés par les douanes britanniques les avions furent au cœur d’un incident diplomatique qui vit l’Égypte quitter le Commonwealth. Fin 1950 De Havilland avait sur les bras les douze Night Vampire.
Des négociations de reprise par la RAF furent lancées et finalement les monoréacteurs furent livrés au N°25 Squadron en juin 1951.

Au sein de la Royal Air Force l’avion reçut la désignation de Vampire NF Mk-10, et servirent également au sein des N°23 et N°151 Squadron. Les lettres NF de la désignation signifiaient Night Fighter, pour chasseur nocturne.
Dans le même temps De Havilland continuait l’idée de vendre à l’export son Night Vampire. Une première piste sérieuse fut l‘Indian Air Force qui passa commande pour trente exemplaires. Les D.H.113 destinés à l’export étaient connus dans la RAF comme Vampire NF Mk-54. Les cinq premiers exemplaires indiens furent livrés au premier semestre 1952. L’Inde proposa alors de racheter des avions de la RAF et de les faire adapter par De Havilland. Vingt-quatre Vampire NF Mk-10 furent alors prélevés sur les stocks et renvoyés en usines à Hatfield où ils furent transformés en Vampire NF Mk-54. L’un d’entre eux ne fut cependant jamais livrés puisque détruit lors d’un vol d’essais dans le sud de l’Angleterre. L‘Indian Air Force n’aligna de ce fait jamais plus de vingt-neuf De Havilland Vampire NF Mk-54 !

En fait l’opération arrangeait la Royal Air Force pour qui le D.H.113 Night Vampire n’était qu’un avion de transition. Elle trépignait d’impatience de recevoir ses premiers Armstrong-Whitworth Meteor NF Mk-13 jugés bien plus adaptés aux besoins britanniques car biréacteurs. Fin 1952 quatorze autres avions furent exportés vers un client plus surprenant puisque ne faisant pas partie de la sphère d’influence britannique : l’Italie.
Pour l’Aeronautica Militare également l’avion de chasse allait permettre de défricher le domaine de vol de la chasse nocturne à réaction.

À l’été 1953 la Royal Air Force n’alignait plus un seul Vampire NF Mk-10, les ayant tous fait remplacer par des avions plus modernes. L’Italie de son côté employa ses Vampire NF Mk-54 jusqu’à Noël 1957 et l’Inde jusqu’au début de l’année suivante. Dans ces deux cas également l’avion servit surtout à la transition vers des chasseurs plus aboutis.

Construit à seulement quatre-vingt-quinze exemplaires le De Havilland D.H.113 Night Vampire permit aussi à son avionneur de faire ses armes sur la construction de chasseurs à réactions dotés d’un radar. Une expérience qui fut utile pour la mise au point du D.H.116 Night Venom, l’évolution logique du D.H.112 Venom de chasse-bombardement.
Les enseignements des travaux de design et d’ingénierie autour du poste de pilotage du D.H.113 permirent de mettre au point le D.H.115 Vampire Trainer de transformation opérationnelle, un des plus gros succès internationaux de De Havilland.

Publicité

PHOTOS

CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES

Modèle : De Havilland Vampire NF Mk-10
Envergure : 11.58 m
Longueur : 10.79 m
Hauteur : 1.87 m
Motorisation : 1 réacteur De Havilland Goblin Mk-3
Puissance totale : 1 x 1590 kgp.
Armement : 4 canons de calibre 20mm
Charge utile :
Poids en charge : 5425 kg
Vitesse max. : 850 km/h à 10300 m
Plafond pratique : 12000 m
Distance max. : 1250 Km avec réservoirs externes
Equipage : 2
[...] Passez dans le comparateur...

PLAN 3 VUES

Plan 3 vues du De Havilland D.H.113 Night Vampire

PROFIL COULEUR

Profil couleur du De Havilland D.H.113 Night Vampire

VIDÉO

Actuellement aucune vidéo n'est disponible dans nos bases de données