FICHE DESCRIPTIVE

Appareil : Meridionali Ro.37
Constructeur : Industrie Meccaniche e Aeronautiche Meridionali (IMAM)
Désignation : Ro.37
Nom / Surnom :
Code allié / OTAN :
Variante :
Mise en service : 1935
Pays d'origine : Italie
Catégorie : Chasseurs de la guerre 39-45
Rôle et missions : Chasseur de reconnaissance, avion de reconnaissance météorologique, avion d'attaque au sol.

HISTOIRE

Meridionali Ro.37 :
Le chasseur de reconnaissance de l'Aviazione Legionaria.”

Constructeur mineur dans l’histoire de l’aéronautique italienne la société IMAM (pour Industrie Meccaniche e Aeronautiche Meridionali ) était connu sous le nom de Meridionali. Hormis de la sous-traitance pour les autres constructeurs italiens des années 1920 au années 1960 elle se concentra surtout sur de la fabrication sous-licence d’avions Fokker. Cependant elle reste liée à un surprenant chasseur de reconnaissance qui vola durant l’ensemble de la Seconde Guerre mondiale : le Meridionali Ro.37.

En 1931 l’ingénieur en chef de Meridionali, Nicola Romeo, proposa de développer sur fonds propres le premier chasseur de reconnaissance de la société. En fait Romeo s’inspira en grande partie des travaux menés aux Pays-Bas par les ingénieurs de Fokker pour leur C.V, un avion prolifique. Meridionali fabriqua même un temps cet avion sous la désignation de Ro.1 mais sans grand succès.

C’est pourquoi les responsables fascistes accueillirent le projet de Nicola Romeo assez fraichement. Nonobstant leur peu d’intérêt dans le projet ils concédèrent un certain budget de recherche à l’avion, et passèrent même commande pour un prototype. Même si la Regia Aeronautica n’avait à priori nullement besoin d’une telle machine.

Il faut dire que les chasseurs de reconnaissance étaient des avions hybrides généralement assez mal fignolés. Trop lents pour être réellement efficaces dans les combats aériens ils s’avéraient généralement avoir un rayon d’action trop court pour pouvoir rendre de vrais services dans des vols de reconnaissance souvent assez long. Pourtant ils étaient à la mode depuis la fin de la Première Guerre mondiale.

Le prototype du nouvel avion fut assemblé au début de l’automne 1933. Baptisé Meridionali Ro.37 il vola pour la première fois le 6 novembre 1933. Il se présentait sous la forme d’un biplan d’envergure inégale construit en métal, bois, et contreplaqué. De facture assez académique il possédait un empennage classique ainsi qu’un train d’atterrissage classique fixe. Sa propulsion faisait appel à un moteur en ligne Fiat A30-RA d’une puissance de 700 chevaux et entraînant une hélice métallique bipale. Ce moteur était de la même famille que celui qui équipait le chasseur monoplace Fiat CR.32 alors en développement. Niveau armement il disposait de deux mitrailleuses de calibre 7.7mm tirant vers l’avant et d’une troisième mobile sur affût annulaire arrière.

De manière assez surprenante l’état-major de la Regia Aeronautica passa commande en mai 1934 pour 160 exemplaires de série du Ro.37. Les aviateurs italiens ne le savaient pas mais ils allaient en faire leur principal avion de reconnaissance pour les dix années à venir.

Lorsque les premiers exemplaires de série entrèrent en service au sein de l’aviation fasciste en 1935, les responsables de Meridionali planchaient déjà sur un successeur : le Ro.37 Bis. Mieux armé car disposant d’une charge externe de bombe il avait troqué son moteur en ligne contre un Piaggio P.IX en étoile moins puissant mais plus performant à haute altitude. Clairement celui-ci visait le marché de l’export.

À partir de novembre 1936 un lot de 36 Meridionali Ro.37 fut envoyé par la Regia Aeronautica pour participer aux opérations de l’Aviazione Legionaria. Il s’agissait là de la partie aérienne du corps expéditionnaire italien en Espagne destiné à soutenir les troupes franquistes. Dans le même temps l’aviation de Franco passa commande pour une centaine de Ro.37 Bis. Il s’agissait là du premier client étranger de l’avion.

Outre des opérations de reconnaissance armée les Meridionali Ro.37 Bis espagnols allaient remplir également des missions de chasse contre les bombardiers et avions de transport des forces républicaines. En février 1937 trois Ro.37 Bis espagnols réalisèrent une interception qui fit grand bruit : ils détruisirent un avion de transport français Caudron Goéland civil qui transportait du matériel médical à destination des résistants des Brigades Internationales. L’avion avait été affrété par la Croix Rouge et en portait les marquages. Désormais les Ro.37 Bise représentaient une cible privilégiée pour les rares avions de chasse républicains. Au final l’Espagne utilisa plus de 200 Meridionali Ro.37 Bis, les derniers quittant le service, usés jusqu’à la corde, en 1948.

De retour d’Espagne le Ro.37 Bis avait fait ses preuves. Des commandes arrivèrent d’Afghanistan, d’Autriche, d’Équateur, de Hongrie, et d’Uruguay.

Après l’annexion de l’Autriche au IIIème Reich en mars 1938 la trentaine de Meridionali Ro.37 Bis en service dans ce pays fut versé aux unités de reconnaissance de la Luftwaffe. Cependant les responsables de l’aviation allemande avaient une aversion avérée envers les avions italiens. Si bien qu’ils n’utilisèrent jamais ces machines en première ligne. Les vingt-deux Ro.37 Bis qui volaient sous couleurs allemandes le firent pour des vols de reconnaissance météorologique. Évidemment ils furent désarmés. Leur retrait fut effectif fin 1943, au profit Focke-Wulf Fw 189. Jamais la Luftwaffe n’utilisa ses Ro.37 Bis en dehors du territoire allemand ou autrichien.

Les forces italiennes firent un usage assez intensif de leurs Ro.37 et Ro.37 Bis. Si les premiers furent retirés du service dès 1941, les seconds restèrent en unité jusqu’à la fin du conflit, certain se payant même le luxe de changer de cocarde pour voler sous les couleurs de l’Aeronautica Militare, la force aérienne italienne qui avait rejoint les Alliés. Ils remplissaient alors des rôles secondaires. Sous les couleurs fascistes les Meridionali Ro.37 Bis volaient aussi bien en Afrique, dans les Balkans, qu’en Italie. Sur le premier de ces théâtres il n’était pas rare qu’ils servent de chasseurs biplaces. En lutte contre les partizans yougoslaves le Ro.37 Bis se mua peu à peu en avion d’attaque au sol et d’appui aérien rapproché. Malgré ses qualités indiscutables il représentait une cible de choix pour la chasse alliée, il n’était clairement pas taillé pour affronter des chasseurs aussi modernes que le Supermarine Spitfire britannique.

Finalement à la fin de la guerre tous les Meridionali Ro.37 Bis avaient quitté le service actif italien. En tous plus de six cents d’entre eux avaient été assemblé, faisant de lui le principal avion de son constructeur. Il donna naissance à un très réussi hydravion de reconnaissance, le Ro.43 qui vola lui aussi durant une bonne partie du conflit. Après guerre son créateur Nicola Romeo se reconvertit dans la conception automobile. Il est en effet le Romeo de la célèbre marque Alfa-Romeo qui existe encore de nos jours.

Publicité

PHOTOS

CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES

Modèle : Meridionali Ro.37 Bis.
Envergure : 11.08 m
Longueur : 8.56 m
Hauteur : 3.15 m
Motorisation : 1 moteur en étoile Piaggio P.IX RC-40
Puissance totale : 1 x 560 ch.
Armement : 3 mitrailleuses de calibre 7.7mm
( 2 tirant vers l'avant et 1 sur affût annulaire arrière)
charge de bombes de 180 kg sous fuselage
Charge utile :
Poids en charge : 2420 kg
Vitesse max. : 330 km/h à 5000 m
Plafond pratique : 7200 m
Distance max. : 1100 Km à charge maximale.
Equipage : 2
[...] Passez dans le comparateur...

PLAN 3 VUES

Plan 3 vues du Meridionali Ro.37

PROFIL COULEUR

Profil couleur du Meridionali Ro.37

VIDÉO

Actuellement aucune vidéo n'est disponible dans nos bases de données