FICHE DESCRIPTIVE

Appareil : Yokosuka K4Y ‘Birch’
Constructeur : Dai-Ichi Kaigun Koku Gijitsusho
Désignation : K4Y
Nom / Surnom :
Code allié / OTAN : Birch
Variante :
Mise en service : 1933
Pays d'origine : Japon
Catégorie : Hydravions
Rôle et missions : Hydravion d'entraînement primaire et intermédiaire, liaisons.

HISTOIRE

Yokosuka K4Y ‘Birch’ :
L'hydravion école de l'aéronavale impériale japonaise”

Dès les années d’entre-deux-guerres et encore plus durant la Seconde Guerre mondiale l’empire nippon s’est illustré dans la conception d’hydravions militaires. Qu’il s’agisse de machines à coques ou à flotteurs ces aéronefs étaient partout. Ils menaient bien sûr des missions de patrouilles et de lutte anti-sous-marine, mais remplissaient aussi des rôles de surveillance et de reconnaissance voire même de chasse. Comme aux États-Unis le cursus de formation des pilotes de ces machines commençait très tôt après seulement quelques heures sur avions d’entraînement terrestres. C’est pourquoi le Japon s’est très vite doté d’hydravions de formation basique, intermédiaire, et même avancé.
L’une des machines emblématiques dans cette fonction fut le petit biplan Yokosuka K4Y.

Au début de l’année 1929 l’état-major de la marine impériale japonaise fit connaitre à l’arsenal de Yokosuka son besoin en un nouvel hydravion à flotteurs de formation initiale et intermédiaire. Quatre ans auparavant Yokosuka avait lancé la fabrication du K1Y alors en dotation et qui n’avait jamais vraiment réussi à démontrer ses capacités réelles, notamment en raison d’une mauvaise motorisation.

Cette fois les ingénieurs comptaient bien changer la donne. Pour cela ils se mirent d’abord en quête d’un moteur digne de ce nom. Rapidement ils se penchèrent sur le Hitachi Jimpu de 130 chevaux, un modèle à sept cylindres en étoile développé à partir de l’Armstrong-Siddeley Mongoose. C’est ce moteur britannique qui équipait notamment le biplan d’entraînement Hawker Tomtit alors en dotation dans les écoles de la RAF. Chez Yokosuka on décida de signer le contrat début 1930. Il ne restait plus qu’à développer la machine qui avait reçu la désignation de K4Y.
En fait la planche à dessins fonctionnait déjà à plein régime. Et les premières ébauches laissaient entrevoir un avion assez moderne pour les canons esthétiques de l’époque. L’assemblage du prototype fut mise en place, mais en raison de retard chez Gasuden la branche moteurs d’avions de Hitachi aucun Jimpu n’était disponible.
De ce fait le vol inaugural eut lieu en septembre 1930 avec un moteur à quatre cylindres en ligne Hatakaze d’une puissance nominale de 90 chevaux.

Esthétiquement parlant le Yokosuka K4Y était une hydravion à flotteurs très académique. Construit en tubes d’aciers recouverts de planches de contreplaqués et de tissus tendus il disposait d’une voilure biplane d’envergure inégale. Les deux membres d’équipage prenaient place dans un poste de pilotage séparé en tandem disposant de commandes doubles.
L’hydravion d’entraînement n’était pas armé.

Malgré son petit retard sur le prototype Hitachi sut fournir en temps et en heures les moteurs Jimpu de série. Une commande officielle de la marine impériale avait été passée pour 156 exemplaires connus comme Yokosuka K4Y. Pour des raisons purement industrielles une trentaine d’exemplaire fut assemblée par l’avionneur Watanabe qui dépendait alors de Kyushu.
Cela entraîna un retard dans l’entrée en service de ces hydravions qui n’eut lieu qu’en février 1933. Dès 1934 il ne restait plus un seul Yokosuka K1Y dans les écoles de pilotage de l’aéronavale japonaise. L’année suivante les K4Y1 avaient pris la succession des K3Y, en réalité des Avro 504 britanniques construits sous licence locale et transformés au Japon en hydravions. Fin 1935 le Yokosuka K4Y était l’unique hydravion école en service dans ce pays asiatique.

La guerre contre la Chine obligea la marine impériale à mettre en œuvre un très grand nombre d’hydravions de reconnaissance et d’appui. De ce fait il lui fallait toujours plus de pilotes. C’est pourquoi elle passa commande en 1939 d’un second lot de Yokosuka K4Y. Désignés K4Y2 ces hydravions se différenciaient par la possibilité d’être transformés en avions à train classique fixe moyennant une manipulation qui prenait près d’une demi-journée par machine. Cinquante-trois exemplaires furent assemblés.
Quand en décembre 1941 le Japon déclara la guerre aux États-Unis, après l’attaque contre l’archipel d’Hawaï, le K4Y demeurait le principal hydravion d’entraînement basique et intermédiaire de la marine impériale. Les services de renseignement américains lui attribuèrent le nom de code de Birch.

S’il fut principalement employé durant la Seconde Guerre mondiale pour former les pilotes japonais le Yokosuka K4Y Birch servit parfois aussi d’hydravions de liaisons et de communication. Cependant sa lenteur et sa maniabilité assez relative en faisait un appareil facile à descendre par les chasses américaines et australiennes. Il servit durant tout le conflit, et plusieurs d’entre eux furent perdus lors de vols d’entraînement qui eurent le malheur de croiser les aviations alliées.

Quand les troupes américaines débarquèrent au Japon après Nagasaki ils essayèrent en vol le Yokosuka K4Y Birch se rendant compte qu’il n’était pas inférieur à leur Naval Aircraft Factory N3N Canary. C’est au sein d’une école employant cet hydravion qu’ils découvrirent par contre le Kawanishi K8K qui lui leur était inconnu. Jamais cet appareil ne réussit à supplanter le K4Y dans l’arsenal nippon alors même qu’il avait été conçu en ce sens.

S’il est loin d’être le plus célèbre hydravion japonais de la Seconde Guerre mondiale le Yokosuka K4Y Birch fut sans conteste un des plus actifs. Il permit à de nombreux pilotes d’apprendre à déjauger et à amerrir, y compris par mauvaise mer. Cette machine était réputée pour pardonner facilement les erreurs de pilotage.
Aucun n’est parvenu jusqu’à nous.

 

Publicité

PHOTOS

CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES

Modèle : Yokosuka K4Y1 Birch
Envergure : 10.90 m
Longueur : 9.05 m
Hauteur : 3.51 m
Motorisation : 1 moteur en étoile Hitachi Jimpu
Puissance totale : 1 x 130 ch.
Armement : aucun
Charge utile :
Poids en charge : 990 kg
Vitesse max. : 160 km/h au niveau de la mer
Plafond pratique : 3450 m
Distance max. : 300 Km à masse maximale
Equipage : 2
[...] Passez dans le comparateur...

PLAN 3 VUES

Plan 3 vues du Yokosuka K4Y ‘Birch’

PROFIL COULEUR

Profil couleur du Yokosuka K4Y ‘Birch’

VIDÉO

Actuellement aucune vidéo n'est disponible dans nos bases de données