La QEAF va déployer une escadrille d’entraînement en France

La QEAF va déployer une escadrille d’entraînement en France

Tout s’accélère pour Dassault Aviation, la Qatar Emiri Air Force, et l’Armée de l’Air dans le dossier de l’avion de combat omnirôle Rafale. L’état-major qatari a fait savoir qu’il allait déployer pour une durée minimale de deux ans une escadrille complète du chasseur biréacteur sur le sol français. Il s’agit non seulement d’entraîner mais aussi de transformer les futurs pilotes du petit émirat producteur de pétrole.

L’objectif de cette unité sera la formation ab-initio des futurs pilotes qataris destinés à voler ensuite sur Dassault Rafale. À la différence de l’Égypte, autre client de l’avion de combat français, le Qatar a choisi d’affecter directement des pilotes fraîchement macaronés.
C’est un choix qui lui est propre.

Deux sites ont été choisi par nos alliés qataris, en collaboration avec les autorités françaises, pour recevoir ces futurs Rafale exports d’entraînement : les Bases Aériennes 113 et Saint-Dizier et 118 de Mont-de-Marsan. Au total c’est environ une centaine de militaires qui viendront s’y déployer, une quantité astronomique pour ce tout petit état péninsulaire de seulement 2,4 millions d’habitants.

Ce déploiement français des Rafale qataris devraient s’étaler sur minimum deux ans, de 2017 à 2019, mais on laisse déjà sous-entendre à Doha qu’il pourrait se prolonger sous une autre forme dans les années à venir avec pourquoi une unité de transformation une fois les premiers avions pleinement opérationnels. L’état-major qatari n’a d’ailleurs toujours pas renoncé à son option posé sur douze Rafale supplémentaires. Celle-ci pourrait être concrétisée dans les mois à venir.

À n’en pas douter ces Rafale qataris vont devenir une cible de choix pour nos amis spotters. J’en connais d’ailleurs quelques-uns qui vont se régaler avec.

Photo © Armée de l’Air.

 

Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.

3 COMMENTAIRES

  1. Après, la zone d’entraînement n’est pas tellement représentative des conditions rencontrées au Qatar. Cela dit, l’expérience avec les Singapouriens est très concluante et les rapports entre la Force Aériennes de Singapour et l’Armée de l’Air vraiment excellents, ça amène des échanges sur les façons de faire.
    Il y avait même un TA-4S au statique lors d’un meeting.

Laisser un commentaire