Le programme de remplacement des McDonnell Douglas CF-188 Hornet est loin d’être un long fleuve tranquille. Il ferait même presque penser à ce que vivent nos amis belges avec celui de leurs General Dynamics F-16MLU Fighting Falcon. Et force est de constater que la signature d’un contrat au profit de Lockheed-Martin et de son chasseur furtif F-35A Lightning II semble clairement se dessiner. Et ce alors même que l’avion américain est très loin de faire l’unanimité dans un Canada généralement plutôt habitué au consensus.

Dernier écueil en date l’investissement de 54 millions de dollars US (soit plus ou moins 46 millions d’euros) réalisé cette semaine par le gouvernement de Justin Trudeau à Lockheed-Martin dans le cadre du programme général de développement du F-35A Lightning II. En tout cas c’est ce qu’annonce la presse canadienne et cela pose un très sérieux problème.
Car voyez-vous ce programme a officiellement été stoppé en avril dernier.
Du coup à quoi peuvent bien servir ces dizaines de millions de dollars versés ? Bakchichs, dessous-de-tables, ou simplement somme mal versée ? Pas sûr qu’on le sache de si tôt !

Alors oui le Lockheed-Martin F-35A Lightning II est loin de n’avoir que des soutiens au Canada. On peut même dire qu’il est honni de beaucoup. Au point même que le sujet est devenu brûlant pour les politiques. Pour mémoire l’appel d’offres de remplacement des CF-188 Hornet n’a toujours pas été officiellement formalisé.

Du coup on est censé ignorer quels avions devra affronter le joujou technologique américain. Et certainement en tout premier lieu un autre avion en provenance des États-Unis à savoir le Boeing F/A-18E/F Super Hornet. Cependant deux outsiders pourraient bien venir d’Europe jouer les troubles-fêtes : le Dassault Aviation Rafale et l’Eurofighter EF-2000 Typhoon. Et ce même s’ils sont très très loin de partir favoris !
Gageons que des Rafale ou des Typhoon frappés de la cocarde à feuille d’érable, ça aurait méchamment de la gueule ! On peut toujours rêver.

En fait vu d’Europe on en vient presque à se demander si le gouvernement canadien et Lockheed-Martin ne vont pas juste bafouer toutes les règles du commerce international et passer outre.
Affaire donc à suivre, de très près !

Photo © US Air Force

Publicité

13 COMMENTAIRES

  1. Avec les attaques de Trump contre les importations d’acier et d’aluminium, qui touchent aussi le Canada, quelque chose me dit que le F-35A est mal parti. Pas seulement au Canada d’ailleurs…

    • La guerre commerciale que souhaite Trump risque de redistribuer l’échiquier mondial, dans les guerres commerciales il n’y a eu jamais de gagnant mais les USA risquent de perdre très gros.
      « First America » va finir en « Stray America ».

  2. Nous européens on peut toujours rêver, le Canada est un marché captif des USA. Si le Canada choisit un chasseur autre qu’américain ce serait un revers tellement important pour ces derniers qu’ils se « vengeraient » sur autre chose dans les années à venir. On connais tous le caractère espiègle des US sur le commerce international.

    • Oui, si le Canada n’achete pas us, se serait un séisme majeur. Pour moi aucune chance, mais c’est vrai qu’avec la guerre économique en cours il existe une très faible probabilité. Le Rafalle aurait alors sa chance, il est assurément meilleurs que le typhoon,
      Idem pour la Belgique, même si les chances sont un peu meilleures, je n’y crois pas trop, mais je serai très heureux de me tromper. le F35 n?est pas seulement un avion, mais un système integré totalement contrôlé par les usa. Tout pays qui s’en dote ne pourra s’en servir qu’avrc l’approbation des usa. Hors les USA, comme tout empire à vocation universelle sur le déclin peut dériver. La guerre econnomique actuelle des usa envers leurs alliés n?augure rien de bon…plus on sera indépendant, mieux se sera.

      • Thierry, je suis bien conscient que nous faisons tous des fautes (moi le premier !) mais par pitié relisez-vous car là c’est quasi incompréhensible parfois.

        • Au fait, sur les photos du F35, comme celle de l’article, on voit sur le revêtement supérieur de l’appareil des marques qui ressemblent à des bandes de sparadrap.
          Vous savez à quoi cela correspond?

  3. « En fait vu d’Europe on en vient presque à se demander si le gouvernement canadien et Lockheed-Martin ne vont pas juste bafouer toutes les règles du commerce international et passer outre. »
    Quelles règles? A ce que je sache, un pays n’est pas tenu à tenir une compétition.

  4. Autre explication; le statut de partenaire au projet demande une rallonge financière. Comme le Canada est un sous-traitant niveau 2, il doit déjà produire des pièces et récupérer une partie des investissements absorbés par le déverminage du projet.
    Même si je rêve d’un rafale sous des cocardes étrangères, les signaux Français sont un poil contradictoires avec le projet SCAF et le standard F4 assez fantasmé par les amateurs.
    .
    Donc un bon gouvernant jugerait qu’il est urgent d’attendre, surtout avec l’arrivée des de F18 Australiens, et d’une version actualisée de cet excellent avion annoncé par Boeing.

  5. Le Canada doit bien avoir comme en Belgique un « Colonel X » qui va découvrir dans la docu de Boïng que leur CF-18 peut être prolongé six ans ?

  6. Bonjour,
    Les décideurs à Ottawa ne comprennent pas l’urgence de démarrer le long processus d’achat du successeur des CCF-118. Et cette mauvaise gestion est est encouragée par une majorité de canadiens qui se désintéresse des questions relatives à la défense. Notre grande proximité avec les Etats-Unis incite certains canadiens à concevoir que l’Oncle Sam assumera la défense du Canada! Quant au Super Hornet, Boeing s’est tiré une balle dans le pied avec l’affaire de la C Séries. Il ne faut pas oublier que le Canada. est un partenaire du programme du F-35 . Oui je pense que l’achat de Rafales pour les ailes canadiennes serait un excellent choix . Les pressions faites par notre encombrant voisin seront telles que le F-35 sera finalement retenu pour succéder à nos Hornets.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom