Il s’appelle officiellement AVISMAR, pour Avion de Surveillance et d’Intervention Maritime. La Direction Générale de l’Armement a officiellement demandé à l’avionneur Dassault Aviation d’étudier les contours de ce futur avion de la Marine Nationale. Il devra permettre à l’horizon 2025 de remplacer les plus anciens des Falcon 50M et des Gardian en service dans les missions de surveillance maritime. Il sera conçu à partir de l’actuel Falcon 2000 MRA.

Il est évident qu’entre le Falcon 50M et le Gardian c’est le second qu’il est le plus urgent de remplacer tant cet avion, qui sert exclusivement outre-mer est usé jusqu’à la corde. Il faut dire qu’il est directement dérivé du vénérable biréacteur civil léger Mystère XX. C’est en effet une tradition dans la Marine Nationale que d’avoir recours à des jets d’affaire pour mener des missions de surveillance et de recherches-sauvetage à longue distance.

Donc ce futur AVISMAR devra être une sorte de couteau suisse volant pour les marins français. Mais à la différence du Falcon 2000 MRA proposé à l’exportation il ne sera pas armé, en France seuls les avions de combat et de patrouille maritime l’étant. En fait Dassault Aviation pourrait bien s’inspirer du travail qu’il a réalisé pour le compte des gardes-côtes japonais qui ont acheté un lot de cinq exemplaires du Falcon 2000 LSX de reconnaissance maritime désarmés.

Reste que ce futur avion devra pouvoir permettre de remplir des missions très différentes les unes des autres avec des impératifs géographiques particuliers. Que l’on soit au large de Douarnenez, de Saint-Raphaël ou bien de Bora-Bora désormais nous serons protégés par le même type d’avion. Une uniformisation qui devrait en effet largement faciliter le travail des marins français. Mais pas forcément celui des ingénieurs de chez Dassault Aviation.
Car ils doivent prendre tous ces facteurs en compte pour concevoir l’AVISMAR.

Les premiers AVISMAR devraient entrer en service opérationnel dans la Marine Nationale en 2025. Sept ans donc pour Dassault Aviation et le ministère des armées afin de pouvoir peaufiner ce dossier et construire les premiers exemplaires.
Seul bémol le programme officiel ne prévoit rien concernant les jets d’entraînement et de servitude Dassault Falcon 10 MER qu’il faudra également remplacer très rapidement. Il aurait pu être intéressant que le nouvel avion soit capable de reprendre tout ou partie des missions de ce petit biréacteur.

Illustration © Dassault Aviation.

Publicité

2 COMMENTAIRES

  1. Bonjour Arnaud, c’est AVSIMAR mais non AVISMAR! 🙂
    Par rapport au Falcon 50 et encore plus pour le 20, avec le Falcon 2000, on gagne en allonge, vitesse ascensionnelle et en hauteur de cabine

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom