L’information a été largement relayé par les médias américains. Le ministère singapourien de la défense nationale a fait savoir qu’il décidait que le futur successeur des actuels General Dynamics F-16 Fighting Falcon serait le Lockheed-Martin F-35 Lightning II. Un coup dur pour l’industrie aéronautique européenne, Dassault Aviation et le consortium Eurofighter espérant bien chacun tirer profit des excellentes relations euro-singapouriennes. Pour autant les premiers avions opérationnels ne sont pas attendus avant 2030.

En fait l’intérêt des Singapouriens pour le nouveau chasseur multirôle américain ne date pas d’hier. Déjà il y a trois ans ils l’envisageaient comme possible successeur de leurs Northrop F-5S Tiger II, mais pour des raisons économiques ils durent y renoncer. Ils retirèrent finalement du service leurs vénérables biréacteurs sans leur trouver de remplaçant digne de ce nom.

Tout s’est accéléré depuis l’apparition l’été dernier d’une short-list excluant (de manière tout à fait logique) les avionneurs chinois et russes et mettant Boeing et son F/A-18E/F Super Hornet dans une inconfortable position. En effet le chasseur naval n’était présent qu’afin de ne pas montré que tout se jouait alors entre Lockheed-Martin d’un côté et les avionneurs européens Dassault Aviation et Eurofighter Gmbh de l’autre.
Mais le duel existait-il vraiment dans la tête des décideurs singapouriens ? Même s’ils tressaient des couronnes de lauriers depuis plusieurs années au Rafale et dans une moindre mesure à l’EF-2000 Typhoon beaucoup pensent aujourd’hui que tout était déjà joué en coulisse. Le débat était-il biaisé ? C’est bien ce qui semble être.
Le F-35A Lightning II avait certainement déjà gagné !

Ce qui surprend dans la démarche singapourienne c’est la méthode.
La sélection du chasseur américain vis à vis des avions européens ne fait plus l’ombre d’un doute. Pour autant l’état-major de la Republic Of Singapore Air Force annonce qu’une poignée d’avions sera commandée dans un premier temps afin de réaliser des essais en vol et de valider l’emploi des F-35A Lightning II. On parle d’entre trois et cinq avions. Mais quel sera leur statut légal ? Seront-ils des avions de présérie achetés par Singapour ou bien prêtés par Lockheed-Martin et/ou le Pentagone ? Et surtout combien d’avion de série seront finalement commandés afin d’entrer en service à partir de 2030 ? Là encore c’est le grand flou. Et même aux États-Unis cette façon de faire en désarçonne plus d’un.
Pour mémoire ce sont soixante General Dynamics F-16C/D Fighting Falcon qui seront à remplacer.

Selon toutes vraisemblances donc l’île-état va devenir le treizième pays à acheter de tels avions de combat. Espérons que cela ne lui portera pas malchance. Mais surtout Singapour confirme, au cas ou cela serait encore nécessaire, que le Lockheed-Martin F-35 Lightning II est bien un véritable succès international.

Photo © US Department of Defense.

Publicité

6 COMMENTAIRES

  1. Preuve que tout ça est bien politique… Beaucoup de pays préfèrent le F35 aux autres prétendants typhoon et rafale. Et pourtant le F35 est une source de problèmes, reconnus par les USA. Son usage restera toujours problématique, en raison de ses disponibilités operationnelles liées à la logistique et la sophistication de cet appareil, lui imposant des entretiens aux coût faramineux. Ceux qui achèteront le F35 verront ces derniers à 80% non opérationnel.

    • J’aimerais bien savoir d’où vous tirez ce chiffre de 80% d’indisponibilité future des F-35 Lightning II ? Car c’est en totale contradiction avec toutes les projections à moyen et long terme !

  2. Vu la taille du pays, Singapour pourrait tout a fait envisager d’acquérir en plus de F35B VTOL. Cela coïnciderait bien avec leurs projet de remplacement de Navires d’opération amphibie, qui se dirige vers du porte-hélicoptère léger à même d’opérer ce type d’appareil.

    Concernant les autres concurrents, a mon avis un Rafale ou un Typhon n’apporte de toute manière pas grand chose à une armée de l’air qui opère des F15 de dernière génération (F15SG)

  3. Des f35b dans un conflit contre la Chine qui détruirait les pistes en premier serait tout à fait pertinent. Dommage que les usa ne vendent pas les f22 ,car faire de la supériorité aérienne avec un appareil qui de l’aveu même du pays qui le fabrique n’est pas fait pour ça . On en a suffisamment parler ici pour refaire le débat.
    Pourquoi ne pas attendre le derniere version du f15 que l’USAF va commander , sachant que l’aviation singapourienne a seulement un objectif défensif contre son ogre de voisin : la Chine .

      • Je pense dans le sens où la Chine essai de contrôler toutes les eaux qui l’entour jusqu’à l’Australie, sous prétextes douteux mais sans que personne ne puisse vraiment s’y opposer en même temps.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom