Pas sûr que l’avion permette de faire oublier l’actuel scandale des 737 Max. À partir de lundi prochain le constructeur aéronautique Boeing présentera en statique son biréacteur 737-800 BCF. Ce biréacteur est une conversion en mode tout cargo d’avions de lignes de seconde main. Pour autant là encore seuls les professionnels pourront l’admirer et l’approcher.

Alors certes les passionnés et les curieux ne pourront pas découvrir cet avion-cargo qui est, rappelons-le, une très belle réussite des ingénieurs de Seattle ! Le 737-800 BCF (pour Boeing Converted Freighter) est apparu sur le marché civil en février 2016. Son concept est assez simple : transformer des avions jusque là utilisés pour transporter des passagers en avions de transport de fret. Le chantier est réalisé directement chez Boeing et permet ainsi de disposer d’aéronefs ayant un rayon d’action de 3750 kilomètres avec une charge marchande de 23900 kilos.

On peut considérer que c’est une manière comme une autre de prolonger la vie opérationnelle des Boeing 737-800. Surtout pour le constructeur américain c’est l’occasion de s’implanter sur un marché sur lequel son principal concurrent est absent. Airbus ne propose en effet (actuellement) aucune conversion similaire de ses A320/A321. Autant dire que Boeing dispose quasiment d’une position monopolistique, même si ce marché demeure encore assez marginal.

Et depuis avril 2018 l’avion vole de manière opérationnelle. Le loueur aéronautique GECAS (pour GE Capital Aviation Services) a acheté le premier avion. Il est utilisé depuis par la compagnie aérienne britannique West Atlantic UK, sous la livrée vue ci-dessus en photo. Depuis ce transporteur spécialisé dans le fret moyen courrier a reçu trois autres avions de ce modèle, qui sont venus s’ajouter aux 737-300F et 737-400F de plus ancienne génération.

Boeing dispose déjà d’une confortable assise avec des commandes émanant de compagnies aériennes algériennes, américaines, chinoises, bulgares, colombiennes, danoises, éthiopiennes, et russes. Le constructeur américain arrive au Bourget avec dans ses cartons des options d’achats en provenance d’Autriche et du Qatar. Reste à savoir s’il saura les transformer en contrats fermes.
Avec un seul avion de ligne présenté on peut dire que 2019 est une triste année pour Boeing lors du salon français. Il y aura sans doute de meilleurs temps.

Photo © Keypublishing.

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom