Si les méthodes restent les mêmes les pilotes de la chasse russe sortent de leur zone de confort. Ce mardi 4 juin 2019 un avion de patrouille maritime Boeing P-8A Poseidon appartenant à l’US Navy a été intercepté par la chasse russe à proximité des eaux syriennes mais tout en demeurant dans l’espace aérien international. En un peu moins de trois heures un des deux Sukhoi Su-35S déployés a réalisé trois manœuvres d’interception dont l’une a été jugée particulièrement hostile par l’aéronavale américaine. On ne peut pas dire que les relations entre Washington et Moscou en ressortent grandies.

Si on en croit les médias russes la chasse a été sonnée car l’avion américain s’approchait de trop près de l’espace aérien syrien. Pour autant il volait transpondeur allumé et dans l’espace aérien international de la Méditerranée orientale. La mission russe contre ce Boeing P-8A Poseidon a duré au total 175 minutes, et c’est le deuxième contact qui pose problème.
Selon l’US Navy un des deux Sukhoi Su-35S, celui qui avait déjà réalisé la première interception, a foncé droit sur l’avion américain. Il n’a viré qu’au dernier instant, occasionnant une belle peur à l’équipage. Le pilote a reconnu avoir ressenti les turbulences des réacteurs du chasseur. Une troisième interception a encore eu lieu, ne sortant pas des clous celle-là.

Puis moins de trois heures après la première les avions de chasse russes ont rejoint leur base syrienne, sans doute à court de carburant. Aucun ravitailleur en vol n’était sur zone. L’avion américain lui a poursuivi sa patrouille avant de rejoindre une base de la coalition internationale.

Jusque là les Russes interceptaient les Américains dans leurs prés carrés de la Baltique et de mer Noire. En Méditerranée orientale c’est une grande première.
Surtout c’est une mission qui aurait du revenir à la chasse syrienne. Le fait que ce soit des avions russes qui ont pris les airs interroge sur la capacité réelle de Damas à assurer sa propre défense aérienne. Ensuite une interception aurait été compréhensible mais trois c’est clairement de l’acharnement, et cela ressemble bien à un début d’agression. Même si finalement les pilotes russes sont rentrés à la maison sans avoir réellement empêcher la mission de l’US Navy.

Rappelons juste qu’Américains et Russes combattent (en théorie) le même ennemi en Syrie : les groupes terroristes djihadistes affiliés à Al-Qaïda et Daech. Drôle de manière de se comporter avec un allié objectif.

Photo © US Navy.

Publicité

17 COMMENTAIRES

  1. Les groupes affiliés à Al’ Quaida (rebaptisés plusieurs fois) occupent la zone d’idlib actuellement bombardées par les russes et syriens, mais la coalition internationale ne bombarde pas cette zone, les turcs ne seraient pas d’accord.

      • Non, je n’ai pas dit ça.

        Juste repreciser le contexte et peut être comprendre pourquoi les russes sont un poil agacé par l’attitude des occidentaux qui les condamnent sans cesse tout en sachant parfaitement que les rebelles syriens d’Idlib sont majoritairement djihadistes (Al Qaeda tout de même!) et tout aussi dangereux que Daesh.
        La coalition devrait tout autant combattre Daesh qu’Al Qaeda, n’en déplaise au turc et saoudiens, ils en ont largement les moyens, et leur frappes sont effectivement plus précises que celles des Russes qui utilisent beaucoup de bombes classiques larguées avec calcul gps et capteurs externes pour déterminer le bon moment, mais qui restent bien moins précises que les bombes guidées. Ils n’en font rien et se contentent de condamner la Russie de faire des victimes civiles, alors que quand ils ont rasés Mossul et Raqua, tout le monde parlait de dommage collatéraux.
        Donc oui, je pense que les Russes sont agacés, et que les usa sont trop complaisant avec le soutient turc et saoudiens aux djihadistes d’idlib.

  2. Il est clair qu’entre Al-Qaeda et ISIS (enfin Daesh), le « traitement » n’est pas le même côté Coalition. Mais enfin, parenthèse fermée, car cela ne concernait de tout façon pas la mission du P-8, qui est un appareil de patrouille maritime.

    Ces derniers sont, à l’instar des appareils de renseignement électronique type EP-3 ou RC-135, considérés par les Russes comme avions-espions, et de fait, bien plus à mon avis qu’à cause d’Al-Qaeda, la présence d’appareils de patrouille de la Coalition au-dessus de la Méditerranée à proximité de leur base (et par la même de leurs radars de recherche aérienne / SAM type S300 / 400) sur le territoire syrien déclenche une réaction vigoureuse.
    N’oublions pas d’ailleurs qu’un appareil russe de rôle similaire (Il-20) avait été abattu par la défense air-sol syrienne au-dessus de la mer, des F16 israéliens avaient été pris pour cible au retour d’un raid mails le missile avait abattu l’avion multimoteurs. Bref tout ceci mis bout à bout, nul doute que depuis cet incident les radars soient d’autant plus braqués vers la mer et les Flankers prêts à intervenir (depuis 2-3 ans des rumeurs parlent de tensions dans les cieux entre F15/16 israéliens et Flankers russes, rien d’officiel mais c’est assez persistant pour être mentionné).

    Enfin, comme toujours, le petit jeu du « pan-pan » / « ouille-ouille » entre Russes et Occidentaux… à celui qui bandera les muscles le plus fort et l’autre qui criera au vilain (puis vice-versa).

    • Vous devriez savoir que les avions de patmar dans ce genre de coin font bien autre chose que chasser les sous-marins. Voyez la Flottille 23F et ses ATL-2. Mais bon sans doute que c’est vous Vark qui avez raison : les méchants Américains espionnent les gentils Russes.

      • ?! Je ne comprends pas le pourquoi de votre réaction sarcastique, Arnaud.
        Je précise bien que les P-8 sont certainement « considérés PAR LES RUSSES comme avions-espions » pour avoir déclenché une réaction si virulent de leur chasse, mais pas par moi personnellement, même si l’on sait tous que les Poseidon sont bien plus versatiles que le seul rôle de PATMAR (ce qui rend par ailleurs plausible votre allégation ironique « les méchants Américains espionnent les gentils Russes »). Mais passons.
        En ce qui me concerne, au-dessus des eaux internationales, un P-8 en patrouille n’a rien de menaçant, d’autant plus que je ne suis jamais partisan dans mes propos sur ces interceptions / provocations. Bref, bien loin de soutenir les Russes dans le cas présent, ma position est toujours de tempérer que c’est tantôt à l’un puis l’autre de se plaindre du voisin, et que la vérité est bien souvent entre les deux déclarations.

        Sinon, je suis évidemment bien au fait que nos Atl-2 ont effectué moult missions au-dessus de l’Irak et au Sahel (Chammal / Barkhane) dans le rôle d’observation et même de bombardement laser à la GBU-12 😉 . Un cas plutôt à part dans le cercle fermé de ce type d’appareils, soit dit en passant.

      • Une patrouille de près de 3 heures au large des côtes d’un pays, ce n’est pas non plus innocent.
        Le P-8 Poséidon embarque tout le nécessaire pour faire du renseignement.

        • Mais je suis tout à fait d’accord, et de fait ils sont considérés comme « avions-espions » du côté de Moscou 😉 . Toutefois, je maintiens qu’en patrouille au large des côtes Syriennes, il y a fort peu de chances que la mission du P8 ait un quelconque rapport avec les activités de la Coalition à l’encontre des insurgés de Daesh ou Al-Qaeda.
          Ce que j’écrivais noir sur blanc dans mon post initial : « bien plus à mon avis qu’à cause d’Al-Qaeda, c’est la présence d’appareils de patrouille de la Coalition au-dessus de la Méditerranée à proximité de leur base […] sur le territoire syrien qui déclenche une réaction vigoureuse ».

          D’ailleurs les vols de P8 dans le coin sont plutôt courants depuis le début de l’affaire Syrienne, donc niveau « menace » (notez les guillemets) cela n’avait rien de nouveau pour les russes.
          Bref, qu’ils chassent des sous-marins dans la Med à proximité de la base russe de Tartous (fait avéré : les classe Kilo y sont actifs) ou fassent du renseignement ELINT / SIGINT à distance des côtes, cette interception virile et les communiqués qui s’ensuivent présentent un air de déjà-vu (comme on en retrouve tous les mois, tantôt entre avions, navires).

        • Et il ne vous ait nullement venu à l’esprit que la patmar américaine puisse être dans la zone pour tenter de contrôler le flux de navires qui ravitaille les groupes djihadistes ?

        • Bonjour,
          Les américains  » tentent de contrôler le flux de navires qui ravitaille les groupes djihadistes  » ???
          Ces navires viennent d’où ? Par qui sont ils affrétés ?

        • Ils viennent du large ou bien ils viennent en cabotage. Faut vraiment que vous sortiez de votre cadre idéologique dans lequel les djihadistes sont seuls au monde et n’ont pas d’allié !!!

        • C’est également une possibilité, un opérateur de P-8 au Bourget 2017 m’avait confié qu’à l’époque ils surveillaient une grande variété de pistes : aussi bien les sous-marins russes que les navires de migrants pour le bénéfice de FRONTEX près des côtes syriennes, c’est dire ! Les trafics sont légion dans cette zone, en plus du golfe d’Aden avec la piraterie et les ravitaillements similaires dus à l’affaire yéménite.

          Cela soulève au passage un point intéressant Arnaud : si contrôle des navires approchant les côtes Syriennes par la PATMAR et autres navires de la Coalition il y a, quid d’une part des interventions de la Coalition pour empêcher ces livraisons, et d’autre part quel niveau de coopération avec les Syriens / Russes une fois que ceux-ci entrent dans les eaux territoriales syriennes (étroitement surveillées par la marine de Damas et celle de Moscou qui n’ont pas habitude de faire dans la dentelle).
          Il y a bien peu de communication sur les arraisonnements réalisés par la Coalition en eaux méditerranéennes (et pour cause c’est embarrassant, il fut un temps l’occident soutenait la révolte en Syrie aux « groupes modérés »), beaucoup plus dans le golfe d’Aden où elle n’est pourtant pas directement impliquée dans les opérations au Yemen (même si cela apporte un soutien indirect à la coalition saoudienne).

          L’incident aéronautique dont nous parlons près des côtes syriennes prouve à mon sens que les intérêts des deux camps divergent du but commun « officiel » qu’ont la Coalition et les Russes de lutter contre les djihadistes / rebelles sur le sol syrien, et que la coopération de façade n’est plus (elle est source d’un regain de tensions).
          Mais une fois encore, ça n’est que mon avis, bien sûr 😉 .

  3. Quand la Chine et les russes espionnent ce sont des méchants mais quand l’Elysée à été mis sous écoute pendant cinq ans par les services secrets état-uniens, ben c’est pas grave. Il faut arrêter le deux poids de mesure, les ricains comme les russes ce foutent sur la gueule avec des cas similaires, à croire que la propagande existe que chez les russes et chinois.
    Dernièrement des avions ricain on beaucoup été intercepté par les russe et ce n’étais pas des chasseurs ou de simple avions de transport de troupe mais bel et bien des appareils de reco Elint/Sigint etc.. je ne suis pas pro russes mais un peu d’impartialité.

  4. Ça toujours fait partie du  » jeu  » de jouer au chat et a la souris…Des fois çà frotte un peu histoire de remettre les pendules à l’heure…Le patmar US n’a pas été surpris par les avions russes et se faire raser les moustaches d’un peu plus prés que d’habitude n’a rien de surprenant…Rien de bien nouveau…

  5. Il y a quelques jours c’était l’inverse au large de l’Alaska. Les russes sont un peu plus agressif dans leurs manœuvres. pour autant l’un comme l’autre savent parfaitement la limite à ne pas dépasser pour éviter l’incident diplomatique..
    Rien de nouveau et rien d’irrémédiable.
    Je note que les américains n’ont pas envoyé de chasseurs en protection. D’où une volonté de ne pas en rajouter dans l’escalade..Bonne chose
    Quand à l’ennemi commun en Syrie, j’ai de fort doute sur la finalité de l’engagement de chaque coté. Il n’ y a pas de bon et de mauvais terroristes contrairement à ce que certain cherche à nous faire croire.

    Plus intéressant est que les syriens n’ont pas bougé. Manque de capacité, de crédibilité pour faire peur aux américains, manque de confiance des russes envers leurs alliés?. Affaire à suivre.

  6. Le plus fort dans cette histoire c’est qu’on voit bien que Poutine se comporte en Syrie comme en Crimée ou au Dombass. Il remplace El Assad et c’est son aviation qui intervient. Le drapeau russe va bientôt flotter sur Damas?

  7. Pour en revenir au commentaire d’Arnaud sur les missions de l’Atl2 sur ce genre de théâtre: si je n’abuse l’Atl2 doit pouvoir embarquer des baies Comint servis par des spécialistes linguistes…L’Atl1 le faisait déja….

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom