Pour lui le terme d’avion légendaire n’est pas de trop, il est de toutes manières le plus célèbre avion-cargo de l’après-guerre. En ce vendredi 23 août 2019 le Lockheed C-130 Hercules célèbre les soixante-cinq ans de son premier vol. Qu’écrire sur cet avion qui n’ait pas déjà été écrit ou dit ? C’est un superlatif volant, sans doute l’avion le plus polyvalent de tous les temps !

Car oui le Lockheed C-130 Hercules sait tout faire ou presque. En cherchant bien il est même possible qu’il sache faire griller les toasts ou laver le chien, et non l’inverse. Plus sérieusement cet avion s’est décliné en plus de sous-versions que n’importe quel autre aéronef avant lui… ou après lui. Imaginez un peu il a donné naissance à rien moins que l’AC-130 d’appui tactique rapproché, le DC-130 de guidage de drones cibles, l’EC-130 de guerres électroniques et psychologiques, le HC-130 de recherches et sauvetages, le KC-130 de ravitaillement en vol, le LC-130 de soutien aux opérations polaires, le MC-130 de soutien aux opérations spéciales, le NC-130 de soutien aux essais en vol, le RC-130 de reconnaissance tactique, le VC-130 de transport de hautes personnalités, et le WC-130 de reconnaissance météorologique. Et j’en oublie sans doute.
Et la majorité de ces sous-versions ne sert qu’aux États-Unis, à l’exception du VC-130 qui a été conçu à la demande expresse de l’Arabie-Saoudite.

Il existe même bien sûr des Hercules civils un peu partout dans le monde. Ces avions sont soit des appareils démilitarisés après leur retrait du service et vendus sur le marché de seconde (voire de troisième ou quatrième) mais soit des L-100. Ce dernier est un Hercules conçu ab-initio comme un avion commercial et non militaire.
Mais croire que les Hercules civils ne font que du transport de fret sur palettes ou en conteneurs serait une grosse erreur. Ces avions sont également totalement adaptés à la lutte anti-feu ou encore la surveillance des zones maritimes et notamment le suivi à long rayon d’action des icebergs en Atlantique nord, Arctique, Antarctique, et Pacifique sud.

Quand aux cocardes sous lesquels il vole militairement ou a volé c’est simple il vaudrait mieux lister les pays qui ne l’ont jamais utilisé, cela reviendrait plus vite. Juste après l’effondrement du bloc communiste en 1990 certains pays jadis placés sous le joug de Moscou en ont profité pour troquer leurs Antonov An-12 et Ilyushin Il-18 pour des C-130 Hercules.
On en trouve partout aujourd’hui. Du Chili à l’Indonésie, en passant par la Tunisie ou encore le Canada et l’Inde des C-130 Hercules (et aujourd’hui des C-130J Super Hercules) volent quotidiennement. En Europe l’avion est omniprésent.

Et 65 ans après son premier vol survenu le 23 août 1954 il continue d’œuvrer sans que l’on sache vraiment encore combien de temps. Ni son constructeur Lockheed-Martin ni son principal client l’US Department of Defense ne semblent en mesure de lui trouver un successeur digne de ce nom. Cela pourrait bien devenir un casse-tête pire que celui du Douglas C-47 après la Seconde Guerre mondiale. C’est aussi à ça qu’on reconnait une véritable réussite industrielle, technologique, et humaine.

Photo © Lockheed-Martin.

 

Publicité

10 COMMENTAIRES

  1. Machine fabuleuse, attachante, sur laquelle j’ai eu le plaisir de travailler 10 ans . Un vrai couteau suisse et un vrai avion de technicien qu’il était toujours possible de remettre en vol avec les moyens du bord, même ( et surtout) au fin fond des pistes africaines….

  2. C’est un excellent appareil dont le succès ne se dément pas. Dommage que nous en ayons acheté que 4 ( C 130 J et Kc 130 J),alors que nos opérations en BBS sont nombreuses. Je suis surpris par le nombre de versions que comporte cet appareil. C’est une découverte pour moi. C’est vrai qu’en Europe ont ne les voit jamais . Merci Arnaud pour ce bel article. Il faudra encore nous en reparler avec des photos des versions rares en Europe.

    • Vous avez déjà les liens internes vers les différentes versions qui sont référencées dans la partie encyclopédique de notre site. Gaëtan, Marcel, et moi devrions réussir d’ici quelques mois (ou années) à vous avoir proposés toutes les versions de cette machine. 🙂

  3. Après 47 ans, le A-10 Thunderbolt II vient de voir l’U.S. Air Force attribuer un contrat à Boeing pour remplacer ses ailes afin de rester en service jusqu’en 2030. cet avion va faire également une longue carrière (pas loin des 60 ans) et son remplacement par le F-35 n’est pas pour demain.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom