L’information tourne en boucle auprès des médias indiens. L’état-major de l’Indian Air Force ferait actuellement pression sur les autorités politiques du pays en vue de la commande d’un nouveau lot de 36 avions de combat Dassault Aviation Rafale. Des avions que les généraux indiens veulent voir rapidement commandés afin de palier les graves carences que connait le pays vis à vis d’avions de facture ex-soviétique particulièrement dangereux aujourd’hui. Du côté de Saint-Cloud c’est silence radio sur la question, l’avionneur comme à son habitude communique à minima.

Une chose est sûre : la récente victoire électorale du premier ministre Modi n’y est sans doute pas pour rien. Il n’a jamais caché son intérêt pour l’avion français. Du coup en Inde les périls qui existaient encore récemment autour du premier contrat Rafale semblent désormais loin. L’annonce récente de ce nouvel intérêt coïncide avec le dîner qui se tenait ce jeudi 22 août 2019 au château de Chantilly.
Emmanuel Macron recevait Narendra Modi afin de préparer le sommet du G7 de Biarritz.

En fait les stratèges indiens lorgnent depuis plusieurs mois sur le Dassault Aviation Rafale comme possible successeur de leurs actuels Mikoyan-Gurevitch MiG-21 et MiG-27. ces avions hors d’âge datent de la guerre froide et furent fournis par l’allié soviétique à une époque où l’Inde n’était pas (encore) dans les petits papiers des Américains. Mais surtout en ce premier quart de 21ème siècle ces deux modèles se traînent une sérieuse réputation de cercueils volants. Et les puissants médias ne ratent jamais une occasion de rappeler la dangerosité de ces vieux avions de combat, les mêmes médias qui depuis plusieurs années maintenant sont friands de tout ce qui touche au biréacteur français.

Pour autant chez Dassault Aviation c’est une fois de plus la politique de la communication zéro. Personne ne confirme (ni n’infirme d’ailleurs) que des pourparlers soient en cours afin de satisfaire cette volonté de nouvelle commande indienne. Si celle-ci se faisait il s’agirait d’une première : une commande de l’avion de chasse Rafale sous la présidence Macron. Toutes les précédentes le furent sous celle de François Hollande.
Plusieurs médias indiens insistent sur le fait que cette possible seconde commande serait d’un prix inférieur à la première, en raison notamment des raisons de formation des pilotes déjà réalisée ou encore de l’impact infrastructurel.

Photo © Armée de l’Air

Publicité

9 COMMENTAIRES

  1. Commandes signées sous la présidence de F. Hollande, mais qui étaient en négociation depuis bien longtemps avant lui……
    Voila qui serait une bonne nouvelle dans tous les cas.

    • Tiens vous ne nous aviez pas habitué à réécrire l’histoire tonton, mais bon soit.
      Pour votre mémoire les négociations menées sous Nicolas Sarkozy ont avorté… sous Nicolas Sarkozy. Son successeur (mais aussi les équipes du Quai d’Orsay et de Balard) ont été obligé de reprendre de zéro toutes les négociations.

  2. Ce qui serait vraiment extra-ordinaire, ce serait une commande de Rafale Marine de l’Indian Navy.
    Ils cherchent toujours 57 chasseurs, les MiG-29K ne donnant, visiblement, pas satisfaction.
    On pourrait même recevoir un détachement indien sur le CDG durant les missions du PA en Océan indien.

      • L’avionneur laissait entendre que le Rafale Marine serait facilement qualifié en utilisation STOBAR sur les futurs PA Indien, l’appareil étant assez léger pour cela… Certes pas à pleine charge, mais avec un emploi opérationnel suffisamment intéressant.
        Les pilotes indiens pourraient également s’entraîner sur le CDG pour leur futur PA à catapultes. L’avantage étant que le Rafale pourrait opérer sur les deux formules de PA, avec les économies qui vont avec.
        Affaire à suivre … 😉

  3. Faut imaginer que les tensions du Cachemire et le risque d’un conflit avec le Pakistan rend le besoin d’avions modernes très pressant. Les Mig ont fait leur temps et doivent proposer un taux de disponibilité catastrophique.

  4. Si cela se confirme, ça serait une excellente nouvelle pour Dassault. Pas forcément pour notre armée de l’air qui devra encore attendre pour avoir des rafales neufs…..Bon, si déjà l’avion s’exporte tant mieux. Et cela remplira aussi les caisses à Bercy qui en a bien besoin.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom