Dix-huit ans auront été nécessaires pour voir cela ! Ce mardi 22 octobre 2019 l’US Navy a pris livraison de son dix-septième et dernier Boeing C-40A Clipper. Pour mémoire le premier exemplaire de cet avion de transport tactique et de soutien opérationnel a été pris en compte en avril 2001 par l’escadron VR 59 sis a NAS Fort Worth au Texas. Cet ultime exemplaire portera lui les couleurs de l’escadron VR 57, une unité composée de réservistes basée à NAS North Island en Californie.

C-40A Clipper sous la livrée d’origine, avec marquage haute visibilité.

C’est un délai qui peut paraître extrêmement long pour un nombre finalement si peu élevé d’avions. C’est surtout une démonstration des atermoiements de l’aéronavale américaine qui a beaucoup hésite, et semble hésiter encore, sur la pertinence de disposer aujourd’hui encore d’une telle flotte d’avions de soutien logistique. Sans être un vilain petit canard le Boeing C-40A Clipper n’est pas particulièrement un avion aimé au sein de l’US Navy. Pourtant de l’avis général des pilotes et personnels qui travaillent dessus c’est un biréacteur bien plus efficace et polyvalent que feu le Douglas C-9 Skytrain II qu’il remplace.

En fait durant les administrations Bush Jr et Obama, et peut-être encore plus depuis l’accession au pouvoir de Donald Trump, la marine américaine a subi la pression de lobbyistes qui prétendaient pouvoir faire mieux et moins chers avec des avions civils loués plutôt que de satisfaire aux engagements pris avec Boeing autour de ce C-40 Clipper. Pour autant les amiraux américains ont tenu bons. Et aujourd’hui ils disposent enfin de leur pleine dotation dans ce modèle d’avion. Les estimations les plus optimistes donnent ce biréacteur en dotation au moins jusqu’en 2035.

Pour mémoire trois configurations sont possibles pour ces avions dérivés des 737-700C de ligne. Une considérée comme la plus fréquente permettant l’emport à la fois de 80 passagers et de quatre tonnes et demi de fret sur palettes, et deux autres qui sont soient tout fret soit totalité en passagers. Dans le premier cas ce sont 16330 kilos qui sont emportés sur huit palettes de type 463L et le second 121 passagers dans un confort digne d’une compagnie aérienne lambda.

Atterrissage d’un C-40A Clipper dans la livrée actuelle.

Contrairement à ce que les lobbyistes américains ont tenté de faire croire le C-40A Clipper n’a nullement été impacté par le scandale du 737 Max. Il faut dire qu’il n’a rien à voir avec celui-ci puisque dérivant de la génération précédente. Rappelons que désormais c’est l’US Marines Corps qui attend ses Clipper.
Il est intéressant de voir que la majorité des biréacteurs de ce type volent sous une livrée quasi civile rehaussée d’un code tactique. Les marquage type US Navy et la cocarde en sont généralement absents.

Photos © US Navy.

 

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom