C’est une étape importante autant dans la modernisation de l’aéronavale allemande que pour ce programme d’hélicoptère européen. Ce jeudi 24 octobre 2019 le constructeur Airbus Helicopters a annoncé avoir livré le premier des dix-huit NH-90 Sea Lion au Marineflieger. À terme l’Allemagne ne devrait plus posséder que de telles machines comme voilures tournantes, une version de combat étant annoncée afin de succéder aux actuels Lynx Mk-88. Une profonde mutation donc attend cette petite aéronavale d’ici à 2025.

Entre ce mois d’octobre 2019 et la fin de l’année 2022 ce sont donc un total de dix-huit NH-90 Sea Lion que les usines allemandes d’Airbus Helicopters doivent livrer à la Bundesmarine. Rien que cette année trois premiers hélicoptères sont attendus, y compris ce premier exemplaire, ce qui démontre que l’hélicoptériste européen est presque «dans les temps» sur ce dossier.
Machine résolument moderne et contemporaine le Sea Lion n’a pourtant pas exactement la même polyvalence que le Caïman NFH en service dans notre Marine Nationale. Il n’a en effet aucune capacité de combat, ses missions étant uniquement tournées vers le soutien opérationnel et le service public. Dès fin 2020, date espérée pour sa pleine et entière entrée en service opérationnel, cette machine pourra assurer donc aussi bien des fonctions de recherches et sauvetages en haute mer que de transport de troupes et d’infiltrations-exfiltrations de forces spéciales en milieu maritime. En cela ils remplaceront les vénérables actuels Westland Sea King Mk-41 en service depuis 1974.

Afin de palier ce défaut mis en lumière durant les phases d’essais de l’hélicoptère il a été décidé à Berlin d’acquérir une nouvelle version désignée actuellement NH-90 Sea Tiger. Si on ignore encore le nombre exact de machines qui seront achetées on sait cependant que la décision sera prise au plus tard début 2021 pour une entrée en service à partir du premier semestre 2025. Il s’agira alors de remplacer les Westland Lynx Mk-88 actuellement dévolus aux missions anti-sous-marines.
Le futur Sea Tiger devra également pouvoir réaliser des missions anti-navires, pourquoi pas articulées autour du missile ANL Sea Venom franco-britannique actuellement en développement. Il a été pensé entre autre pour le NH-90.

D’ici quelques semaines donc les NH-90 Sea Lion commenceront à faire leur apparition à bord des bâtiments de guerre de la Bundesmarine. Les quatre lourdes frégates de classe Bade-Wurtemberg devraient être les premiers navires à les recevoir, suivis ensuite par les trois pétroliers-ravitailleurs navires de commandement de classe Berlin.

Photo © Bundesmarine.

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom