Beaucoup le redoutaient et il est arrivé : le premier gros feu de forêt de l’été. Ce lundi 27 juillet 2020 en milieu d’après-midi un incendie s’est déclaré sur la commune du Tuzan dans le département de la Gironde. Devant la rapidité des flammes la Sécurité Civile a déployé quatre moyens aériens de bombardement afin de tenter d’endiguer leur avancée. Avec le coucher du soleil qui s’annonce le combat va s’avérer difficile pour les soldats du feu.

En trois heures près de 150 hectares de nature sont d’ores et déjà partis en fumée. Lorsque premier moyen aérien est arrivé au-dessus du Tuzan vers 16 heures dix hectares avaient déjà brûlé. Le Bombardier Dash 8 a immédiatement largué sa charge offensive de neuf tonnes d’eau, assurant ainsi un apport rapide aux femmes et aux hommes du Service Départementale d’Incendie et de Secours de Gironde présents au sol. Mais le feu attisé par le vent et renforcé par une nature hyper sèche a continuer de gagner du terrain. Cinquante hectares à 17 heures, cent à 18 heures et cent-cinquante à 19 heures.
Avec un rythme moyen d’environ cinquante hectares de l’heure c’est sans aucun doute un des feux les plus rapides des dernières années.

Il faut dire que comme une bonne partie du pays le sol girondin subit un déficit pluviométrique catastrophique. La terre et la végétation ne sont même plus sèche, elles sont déjà cramés. Et donc le feu avance. Au sol le SDIS 33 a reçu le renfort de ses voisins du SDIS 40. Dans les airs un second Dash 8 est arrivé de la Base de Sécurité Civile de Nîmes, suivi quelques minutes plus tard de deux Bombardier CL-415. L’hélicoptère Eurocopter EC145 local, indicatif Dragon 33 assure de son côté la reconnaissance aérienne.
Si les Dash 8 doivent rejoindre un pélicandrome pour se recharger les CL-415 amphibies peuvent de leur côté écoper sur un plan d’eau. Ça tombe bien les lacs de Biscarrosse et de Cazaux-Sanguinet ne sont pas loin de la zone de combat. Et ces deux étendues d’eau douce sont bien connus des pilotes de «Canadairs».

Le nouvel ennemi des soldats du feu c’est l’heure qui avance. Et notamment avec le coucher du soleil le risque de devoir rapidement renvoyer à leur base les moyens aériens qui ne peuvent pas bombarder dans la nuit noire. Trop de risque avec les lignes électriques et les arbres.

Non seulement le feu du Tuzan est le premier gros incendie de l’année 2020 en France mais en plus il s’est déclaré au pire moment de la journée :  en deuxième partie d’après-midi. Les femmes et les hommes des SDIS dans leurs camions rouges risquent bien de passer une sale nuit. Si le feu n’est pas circonscrit d’ici là les avions bombardiers d’eau reprendront le combat au petit matin.

Photo © Direction de la Sécurité Civile.

Publicité

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom