L’information a été rendue publique directement par l’état-major de la Fuerza Aérea de Chile. Ce lundi 9 décembre 2019 un avion-cargo militaire chilien C-130H Hercules a rompu les contacts radars et radios alors qu’il participait à une mission de soutien en zone polaire. Trente-huit passagers et membres d’équipage dont trois civils se trouvaient à son bord. D’important moyens de recherches et de sauvetages ont d’ores et déjà été déployés sur zone.

Le Lockheed C-130H Hercules en question est porteur du code tactique 990. Il s’agit d’un avion d’ancienne génération mais encore totalement adapté aux besoins de cette force aérienne. Ce sont ces quadrimoteurs tactiques qui ravitaillent très fréquemment les bases scientifiques chiliennes en Antarctique. C’est d’ailleurs lors d’une de ces missions que l’avion a disparu, sans que l’on saches réellement pourquoi.

Il était 18 heures 13, en heure locale, quand l’avion-cargo a été perdu au radar alors qu’il survolait le détroit de Drake. Ce dernier sépare les îles Shetland du sud de la Terre de Feu, c’est à dire la pointe méridionale de l’Amérique du Sud. Pour beaucoup de géographes ce détroit marque véritablement l’entrée en Antarctique. Il relie l’océan Austral avec le Pacifique et l’Atlantique. C’est une région du globe où les vents sont violents et les creux de vague atteignent régulièrement les trois à quatre mètres.
Le Lockheed C-130H Hercules en question se rendait sur «l’aéroport» Teniente Rodolfo Marsh Martin, une sorte d’infrastructure sise sur l’Île du Roi-George. Sa piste 12/30 d’une longueur de 1290 mètres réussit même l’exploit de parfois recevoir des avions commerciaux affrétés des type RJ85 et RJ100 de la compagnie chilienne Aerovías DAP. L’atterrissage doit être rock & roll tout de même.

Il ne l’a donc jamais atteint.
Son atterrissage était prévu entre 19 heures 17 et 19 heures 20. À bord du C-130H Hercules numéro 990 se trouvaient donc trente-huit personnes. Il s’agit de trente-deux personnels de la Fuerza Aérea de Chile, de trois de l’Ejército de Chile, et de trois civils parmi lesquels une universitaire spécialisée dans l’étude de la faune polaire.
Selon l’état-major chilien les chances de retrouver des survivants sont particulièrement minces, l’avion ayant disparu des radars au-dessus d’une zone maritime et non de la banquise. Pour autant deux De Havilland Canada DHC-6 Twin Otter de l’aviation chilienne ont pris les airs dès l’annonce de la disparition du quadrimoteur à turbopropulseurs. L’un venait de Terre de Feu et le second de l’Île du Roi-George. Mais ni l’équipage du premier ni celui du second n’a annoncé la moindre découverte.
Dans le même temps l’Armada de Chile a dépêché sur zone un EADS P-295 Persuader de patrouille maritime et de recherches-sauvetages à longue distance. Trois de ses navires ont été également déroutés pour rejoindre le détroit de Drake, parmi lesquels le bâtiment de recherche océanographique Cabo de Hornos et la frégate anti-sous-marine Almirante Lynch.

Photo © Fuerza Aérea de Chile.

Publicité

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom