Le rapport à l’origine de cette découverte commence à faire des remous. Lors d’essais comparatifs face au Fairchild-Republic A-10C Thunderbolt II des experts du Pentagone ont remarqué que l’armement interne du Lockheed-Martin F-35A Lightning II posait quelques graves problèmes. Des fissures seraient apparus bien trop rapidement, à l’usage. Pour autant cela ne semble pas concerner les versions navales du chasseur américain de nouvelle génération.

C’est Robert Behler le patron du DOT&E, l’organisme qui évalue et teste les moyens de la défense américaine, qui est à l’origine de cette découverte. Son rapport pour l’année 2019 a été remis au Pentagone ce jeudi 30 janvier 2020 et il accable littéralement le nouveau chasseur de l’US Air Force.

Selon les conclusions du DOT&E le canon-mitrailleur GAU-22A de calibre 25mm serait totalement incapable de mener à bien des missions d’appui aérien rapproché. Sa fiabilité et sa précision ont été qualifiées d’«inacceptables». Et ce sont donc des tests comparatifs menés entre 2018 et 2019 sur des A-10C Thunderbolt II et des F-35A Lightning II qui auraient mis en lumière cette très très grave défaillance de l’avion de Lockheed-Martin.
C’est d’autant plus préoccupant que le second doit permettre de remplacer à terme le premier, ce qui n’est nullement envisageable dans les conditions actuelles de l’avion furtif.

En fait le rapport de Behler met en lumière que sous certains aspects le Lightning II est bien plus efficace en appui aérien rapproché que le Thunderbolt II, notamment lors de l’emploi d’armes de précision. La furtivité due à ses soutes d’armement permettant ainsi à l’avion de frapper une cible le plus discrètement possible, ce que jamais le gros biréacteur ne serait capable. En même temps très honnêtement le Fairchild-Republic A-10C doit être un des avions les moins furtifs de l’histoire…

Sauf que dès lors que le canon-mitrailleur est engagé dans l’appui aérien rapproché le vieux guerrier reprend largement l’avantage sur son jeune successeur désigné. À tel point même que les ingénieurs du DOT&E ont détecté qu’il y avait forcément une faille.
Pour faire simple le GAU-22A du F-35A Lightning II ne tire pas droit. Pis il s’use prématurément au point de créer des fissures qui peuvent mettre en danger l’avion lui-même. Le DOT&E a recommandé au Pentagone que les pilotes de l’US Air Force ne se servent plus de cette arme avant que des modifications aient été apportées.

Et donc désormais la guerre économique fait rage entre l’avionneur Lockheed-Martin et son armurier General Electric pour savoir qui est en tort. Mais en attendant la retraite du Warthog est encore repoussée tandis que les pilotes de Lightning II ne peuvent plus utiliser leurs GAU-22A.
Maigre consolation les F-35B et F-35C utilisés par respectivement par l’US Marines Corps et l’US Navy ne semblent pas concernés. Leurs GAU-22A emportés en nacelles externes ne poseraient pas de tels problèmes. En tous cas pas dans les connaissances actuelles du dossier.

Ce nouvel écueil dans le développement du chasseur américain de nouvelle génération fait le bonheur de ses détracteurs et surtout des habituels haters. Mais bon ces derniers ont un avis dont personne ne tient compte tant ils sont idiotement haineux. Sauf que l’affaire du GAU-22A apporte un peu d’eau au moulin médiatique des détracteurs, dont beaucoup là par contre ont des arguments souvent assez massus.
C’est la différence entre les détracteurs du Lightning II souvent intelligents et assez constructifs, et les haters bêtes et méchants !

Photo © US Department of Defense.

 

Publicité

12 COMMENTAIRES

  1. Pendant tout le développement du F-35, Lockheed-Martin a fait une chasse au surpoids ce qui expliquerait la probable fragilité de la cellule face aux contraintes mécaniques engendrées par l’utilisation d’un canon. Ce qui conforte ce raisonnement c’est qu’il existe des doutes, donnés par un rapport du Pentagone, que la cellule des F-35 puisse atteindre le vieillissement demandé par le cahier des charges.
    Un renfort d’un ou plusieurs cades de cellule semble nécessaire pour corriger ce défaut afin que le F-35A soit capable d’utiliser son canon sans restriction avec un légère augmentation du poids..

  2. Mon cher Arnaud,
    d’habitude j’adore ce que vous écrivez, mais là :
    « Ce nouvel écueil dans le développement du chasseur américain de nouvelle génération fait le bonheur de ses détracteurs et surtout des habituels haters. Mais bon ces derniers ont un avis dont personne ne tient compte tant ils sont idiotement haineux. Sauf que l’affaire du GAU-22A apporte un peu d’eau au moulin médiatique des détracteurs, dont beaucoup là par contre ont des arguments souvent assez massus.
    C’est la différence entre les détracteurs du Lightning II souvent intelligents et assez constructifs, et les haters bêtes et méchants ! »
    Ne seriez vous pas en train de devenir un « lover » ? :-}
    Ce qui, convenez en, est tout aussi critiquable qu’être un « hater » (encore qu’aimer un avion, aussi laid fut-il devrait être notre seul crédo).
    Ps: l’argument est massue, pas massus, mais je pense qu’on aurait pu aussi accepter Massu (le Général :-])
    Amicalement

  3. Bonjour Arnaud, j’espère ne pas faire partie des gens bête et méchant
    Le programme f35 me fait souvent penser à notre dernière génération de centrale nucléaire de Flamanville :
    Un projet ambitieux, qui innove énormément, qui est très prometteur et enthousiasmant. Mais les personnes qui sont chargés de sa réalisation ne sont pas à la hauteur, et de facto corrompent la réussite de projets qui devait être un succès certains !
    Le f35 n’est pas un mauvais projet, bien au contraire, c’est les personnes qui sont chargés de l’aboutissement du projet qui ne sont pas à la hauteur, tout comme à Flamanville.
    Nul doute qu’avec une équipe compétente LM aurait fait une merveille tout comme le F16 en son temps.

    • Je ne pensais pas que vous Arthur 25 vous puissiez vous sentir visé. Non je vous rassure cette pique n’est à destination de lecteurs assidus comme vous mais plutôt des trolls et autres haters. Vos arguments ont toujours été constructifs et je le sais bien. 🙂

  4. Sans aucun parti pris je pense que le Rafale est un avion multi rôles réussi, il est aussi probablement moins sophistiqué que le F35, mais remplit correctement ses missions. Lockheed Martin a produit le FA 18 lui aussi chasseur de supériorité aérienne et bombardier qui ne connaît pas plus de problèmes que le Rafale. Par contre le F35 accumule les « gamelles  » pour lesquelles des solutions seront probablement trouvées un jour … Environ 500 F35 ont été livrés et il faudra bien à un moment donné procéder aux remises à niveau nécessaires, j’essaie d’imaginer la note colossale que Lockheed Martin va devoir payer, comparable à celle de Boeing pour le 737 Max? LM n’a t’il pas surestimé ses compétences pour produire un avion hyper compliqué sachant tout faire ? Comme disait ma grand-mère parfois on ne sait plus si on est bon à rien ou mauvais en tout

  5. Encore un petit défaut de jeunesse, en même temps je ne pensais pas que cet avion devait servir à faire de l’attaque au sol comme seul les avions construit pour cette mission bien spécifique l’exige… Mais c’est le prix de la polyvalence. En même temps, le comparer au A10, c’est un peu comme comparer une Ferrari avec un 250 GTI. Le programme est tellement bien avancé que le problème sera résolu et le suivant aussi au final l’avion fera ce pour quoi il a été construit.
    Ne pas pouvoir utiliser le canon pour le moment ne doit pas être un soucis, vu qu’il n’y a pas d’engagement concret pour le moment, l’entrainement est repoussé voila tout.

  6. Il est assez peu probable que la F-35 soit un jour amené à faire de l’appui feu rapproché avec son canon. Compte tenu du prix d’un tel appareil, il me parrait peu probable que les états major se risquent à engager un tel appareil à basse altitude où il risquerait d’être prit à parti par des armes légères.
    Son problème de canon est par contre bien plus gênant en cas de combat air/air car contrairement aux croyances, le DogFight n’a pas disparu et ne disparaitra pas. Parfois il faut bien s’approcher pour identifier les cibles surtout dans des environnements denses en aéronefs de tout genre.

  7. Bonjour à tous, et merci Arnaud pour cette petite différenciation entre « haters » et « détracteurs constructifs ».
    Je m’inclus moi-même dans la deuxième catégorie, mais pour le coup je pense que le soucis du canon du Lightning II (qui d’ailleurs n’est pas un soucis récent) n’est en fait qu’un faux problème. L’avion n’a pas été pensé pour faire des passes canons en COS aussi fréquemment que peut le faire le « Warthog ». Le plus gros de la mise est placé sur la « discrétion » de l’avion.

    Même pour nos chasseurs les passes canon restent des actions exceptionnelles qui sont à chaque fois de micro événements (http://www.defens-aero.com/2015/10/mirage-2000c-effectue-sa-premiere-passe-canon-dans-bande-sahelo-saharienne.html et http://www.opex360.com/2014/10/23/irak-les-rafale-ont-effectue-des-passes-canon-les-jihadistes/).

    Quant à la nécessité d’avoir un canon pour le dogfight, là encore le F-35, quelle qu’en soit sa version, n’a pas été pensé pour ça. Mais pour s’approcher sans se faire repérer, tirer et s’éloigner sans que l’adversaire ne l’ai même repéré avant de se faire exploser. Bien sûr ici c’est la présentation idéale voulue par LockMart et l’US Airforce.

    Quoi qu’il en soit, il est pour moi aberrant de remplacer l’A-10 par un tel avion. L’A-10, aussi vieux soit-il, Il a prouvé qu’il a encore toute sa place sur les théâtres d’opération, et ne mériterait qu’une belle phase de modernisation. Et quel bruit irremplaçable !!!!!

    PS : Oui je suis un « Warthog lover » 😉

  8. Sans en rajouter j’avoue avoir du mal à comprendre comment dans une époque où les tests en simulations par ordinateurs avant même la fabrication de l’appareil sont de mise, où les connaissances sont si hautes, l’avion accumule autant de problèmes dans des domaines non innovant ( pour le reste ça peut se comprendre), canon, siège éjectable, etc.
    A croire que les actionnaires de Lockheed ont poussé l’entreprise sur un marché d’avion multiroles avec un concept non aboutit et pas un prototype prometteur.
    Le F-35 traîne ses problèmes comme un chapelet, sont aîné, le F-22 pourtant plus vieux et d’une certaine manière plus innovant en sont temps, n’as pas eu autant de soucis.

  9. bref : trop cher pour faire de l’appui-feu, et toujours pas vraiment « combat proven » : un avion conçu avant tout pour prendre un max de fric au Pentagone?
    C’est un peu ce qu’a l’air de penser Mr Trump, d’ailleurs.
    Mais honni soit qui mal y pense…., c’est bien connu.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom