Non, je ne parle pas ici des hivernants canadiens (surnommés Snowbirds) revenant en grand nombre du sud des États-Unis et actuellement contraints à une quarantaine à la maison en cette période de pandémie. Il s’agit plutôt du confinement de l’équipe de voltige aérienne de l’Aviation royale canadienne (ARC), les Snowbirds.

Dans le cadre de l’Opération LASER 2020-01 – COVID-19 des Forces armées canadiennes, l’ARC réduit ses activités à l’essentiel afin de préserver ses capacités opérationnelles en cas de besoin. Les Snowbirds sont conséquemment en pause à leur base d’attache de Moose Jaw en Saskatchewan. L’ensemble des membres de l’équipe, y compris les pilotes, sont assignés à la maison jusqu’au 30 avril afin de pratiquer la distanciation sociale. Normalement à ce temps-ci de l’année, les Snowbirds migrent vers BFC Comox sur la côte du Pacifique pour entreprendre leur phase printanière d’entraînement.

Pratiquement tous les grands rassemblements sportifs et culturels en Amérique du Nord sont annulés pour les prochains mois. Il apparaît donc de plus en plus évident que les spectacles aériens connaîtront le même sort afin d’endiguer le COVID-19. Les Snowbirds risquent donc d’être cloués au sol pour un bon moment. Le même sort est réservé à l’équipe du CF-188 Hornet de démonstration qui accompagne fréquemment les Snowbirds. Ce CF-188 Hornet revêt une livrée différente à chaque année afin de commémorer divers événements historiques. Bien que nécessaires, ces mesures sont crève-cœur pour les Snowbirds qui devaient célébrer en 2020 le 50ème anniversaire de la fondation de cette unité de voltige. Les Snowbirds ne manqueront pas de s’élancer à nouveau dans le ciel lorsque le COVID-19 sera sous contrôle.

Un autre danger guette toutefois les Snowbirds, soit la désuétude de leurs avions. Bien qu’ils remplissent encore à merveille leur rôle, les increvables Canadair CT-114 Tutor sont beaucoup plus vieux que leurs pilotes. Les mécanos de l’ARC peuvent bien accomplir des miracles, mais les vénérables Tutor ne seront pas éternels. Leur remplacement qui était initialement prévu à l’horizon 2020 est repoussé à une date indéterminée. Leur successeur va dépendre du choix du futur avion de combat de l’ARC qui à son tour va dicter le choix du système intégré de formation avancée des pilotes qui repose actuellement sur une flotte d’appareils Bae CT-155 Hawk.

Entrés en service il y a près de vingt ans, les CT-155 Hawk ont déjà surpassé la barre des 100 000 heures de vol. La Défense nationale a entrepris en septembre dernier une réflexion sur leur successeur éventuel. En toute logique, le nouvel avion qui sera désigné sera le même choisi pour équiper les Snowbirds. Parions que les vieux Tutor fêteront leur 60ème anniversaire avant que les Snowbirds reçoivent leurs nouvelles montures !

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom