À n’en pas douter le Pentagone a décidé de ne rien lâcher vis à vis des velléités expansionnistes chinoises. Ce jeudi 14 août 2020 le porte-avions USS Ronald Reagan accompagné de trois navires de surface et d’un sous-marins sont entrés en Mer de Chine Méridionale. Les avions embarqués à son bord devront y réaliser dans les prochaines heures une série d’exercices de défense aérienne tout en demeurant dans les eaux internationales. Pour mémoire ce bâtiment est stationné en permanence au Japon.

Appontage sur l’USS Ronald Reagan d’un hélicoptère de combat naval Sikorsky MH-60R Seahawk. Remarquez les missiles AGM-114 Hellfire emportés sur le flanc droit.

Ce sont donc le croiseur lance-missiles USS Antietam et les destroyers lance-missiles USS Mustin et USS Rafael Peralta qui accompagnent le porte-avions américain dans la région. Sous l’eau un sous-marin nucléaire d’attaque les suit, mais son identité est classifiée.
Le but de cette incursion américaine dans ce que l’on considère généralement comme le pré carré chinois est donc officiellement lié à des manœuvres aéronavales. Officieusement il s’agit aussi pour Washington de maintenir une posture permanente dans la région face aux risques d’agressions de pays alliés par les forces chinoises. De nombreuses îles (ou îlots) malaisiens, taïwanais, ou encore vietnamiens sont en effet ouvertement revendiqués par Pékin.

L’USS Ronald Reagan et ses 90 avions et hélicoptères embarqués représentent donc surtout ce coup là un argument diplomatique face à une Chine qui peine toujours autant avec ses porte-avions. Les Boeing F/A-18E/F Super Hornet, EA-18G Growler, ainsi que les Northrop-Grumman E-2D Advanced Hawkeye vont donc réaliser des rotations permanente. De jour comme de nuit les avions américains décolleront et apponteront afin de maintenir un haut niveau d’activité aérienne.
En fait les eaux et l’espace aérien de la Mer de Chine Méridionale sont loin d’être inconnus à ce bâtiment et à ses aéronefs embarqués. Quand il quitte son port-base de Yokosuka dans l’est du Japon c’est fréquemment que l’USS Ronald Reagan vient jouer les troubles-fêtes dans la région.

Mission du quotidien pour ce Super Hornet monoplace à bord de l’USS Ronald Reagan.

On ne peut s’empêcher de mettre en relation le retour de l’USS Ronald Reagan dans la zone avec la présence à Diego Garcia de B-2A Spirit. Verrons-nous une ou plusieurs de ces ailes volantes opérer au plus près des avions de l’aéronavale ? Ce n’est pas impossible car l’US Air Force et l’US Navy organisent de plus en plus d’exercices conjoints dans la région.

Photos © US Navy.

Publicité

1 COMMENTAIRE

  1. Les USA viennent titiller la Chine à quelques centaines de milles de ses côtes un peu comme si la Marine Chinoise effectuait des manoeuvres au large de Los Angeles ou de New York. Cela prouve en tout cas qu’un porte-avions et son escorte peuvent tenir en respect un pays dont on ne cesse de vanter les performances militaires ou technologiques. Le PA américain est doté d’une aviation qui surpasse celle des chinois et je ne changerais d’avis que si demain les J20 chinois se mettent à rôder autour de l’armada américaine. SVP Arnaud pourriez-vous nous en dire plus sur ce chasseur chinois présenté comme un rival de taille pour le F22 ou le FA18 ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom