L’information a été officiellement révélée ce lundi 7 septembre 2020 par la Direction Générale de l’Armement. Le ministère des Armées a décidé d’acquérir un nouveau lot d’avions de ravitaillement en vol et de transport A330 MRTT Phénix. C’est au titre du plan de relance de 100 milliards que la France a signé ce contrat avec Airbus Defense & Space. Il s’agit en fait de la validation d’une annonce datée de juin dernier.

En fait le ministère des Armées a un peu pris son temps avant d’officialiser le contrat puisque sa signature remonte au mois dernier, au mardi 25 août 2020. C’est la première commande d’avions de ce type par la France depuis un an et demi. À terme donc l’Armée de l’Air alignera quinze Airbus DS A330 MRTT Phénix au sein de son nouvel Escadron de Ravitaillement en Vol et de Transport Stratégique 1/31 Bretagne. Une occasion aussi de pouvoir retirer plus rapidement du service les antédiluviens Boeing C-135FR actuellement opérés par l’Escadron de Ravitaillement en Vol 4/31 Sologne.

Ironie de l’histoire ces trois nouveaux avions pourraient bien être livrés à l’Armée de l’Air plus rapidement que les avions prévus au titre de la commande initiale de neuf avions. On parle de décembre 2020 pour le premier d’entre eux et d’un avion par an sur les deux années à venir. Mais pourquoi un tel traitement de faveurs ? En fait ces trois A330 MRTT Phénix ont été acquis en dehors de la Loi n°2018-607 du 13 juillet 2018. Celle-ci est en effet ce que beaucoup connaissent sous le vocable de loi de programmation militaire 2019-2025.
Comment l’Armée de l’Air peut t-elle commander des avions de série en dehors de la LPM ?Tout simplement parce qu’il s’agit là d’un achat d’État à titre exceptionnel. La Direction Général de l’Armement s’appuie en fait sur les budgets de l’État de 2021 et 2022. Ou si vous préférez le fameux plan de relance de 100 milliards d’euros que l’Élysée et Bercy ont pondu et mis en place afin d’enrayer les effets économiques de la crise sanitaire du coronavirus Covid19.
De près autant que de loin ça ressemble donc à une grosse usine à gaz !

Toujours est t-il qu’au final l’Armée de l’Air alignera un minimum de quinze de ces avions. Des appareils qui ne remplaceront pas que les Boeing C-135FR mais permettront aussi à terme de mettre à la retraite les avions de ligne Airbus A340 TLRA actuellement en dotation de l’Escadron de Transport 3/60 Esterel. Les deux premiers Phénix ont d’ailleurs commencer à succéder aux A310-300 en service dans cette unité, le premier ayant quitté le service actif l’an dernier.

Photo © Armée de l’Air.

Publicité

3 COMMENTAIRES

  1. Wahou, 3 avions sur 3 ans, ça va pas chômer chez Airbus, surtout que sur un MRTT la moitié du travail est fait en Espagne. C’est sûr qu’avec cette commande la filière aéronautique nationale est sauvée… C’est mieux que rien me direz-vous.

  2. Mon tempérament nostalgique (surtout en matière d’aviation) ne peut pas se réjouir de l’accélération du retrait du service des C-135, derniers avatars volant du Boeing 707 (oui je sais c’est plus compliqué que ça…).

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom