Voilà un programme pour lequel les constructeurs chinois et russes ne sont bien évidemment pas invités. La semaine dernière le ministère néerlandais de la défense nationale a fait savoir son intention de retirer du service ses avions-cargos C-130H/H-30 Hercules. Reste à savoir désormais quelle machine viendra remplacer le mythique appareil de Lockheed, et là des surprises pourraient arriver. La Koninklijke Luchtmacht espère bien ne plus aligner ce quadrimoteur d’origine américaine au plus tard en 2028.

À ce jour l’aviation néerlandaise aligne quatre de ces avions de transport tactique. Deux sont de classiques Lockheed C-130H Hercules et deux sont des C-130H-30 à fuselage rallongé. Ces avions sont fréquemment employés par les Néerlandais dans des missions longue distance, notamment vers l’île antillaise de Saint-Martin qui appartient à moitié aux Pays-Bas et à moitié à la France. Ils sont également mis en œuvre depuis plusieurs années dans le cadre de missions onusiennes vers l’Afrique subsaharienne et le Proche-Orient.

Autant dire qu’ils sont fatigués. Désormais donc leur remplacement est à l’ordre du jour. La sélection du successeur doit se faire entre 2021 et 2022 inclus pour une entrée en service comprise entre 2026 et 2028 inclus.
La logique imposerait deux machines comme principales compétitrices : l’Airbus DS A400M Atlas européen et le Lockheed-Martin C-130J/J-30 Super Hercules américain. Ces deux avions ont été, à leur niveau respectif, pensé comme les successeurs désignés de l’Hercules.
Sauf que plusieurs déclarations au cours des années précédentes pourraient souligner que la Koninklijke Luchtmacht s’oriente vers un avion de transport tactique plus léger comme l’Airbus DS C-295W européen ou encore le Leonardo C-27J Spartan II italien.

En effet les aviateurs néerlandais s’orienteraient vers une mutualisation de moyens lourds européens, à la manière de ce qui existe désormais entre la Belgique et le Luxembourg autour de l’A400M Atlas. Membre de l’OTAN les Pays-Bas pourraient également faire appel aux moyens de l’alliance Atlantique en la matière. Ce qui dégagerait ainsi un espace pour acquérir plutôt des avions plus légers, donc type C-27J ou C-295W.

C’est donc d’ici environ deux ans que nous connaitrons le vainqueur de ce programme d’achat estimé à entre quatre et six avions suivant la taille et le prix unitaire de chacun. Une chose semble désormais assuré : il aura été produit en Amérique du nord ou en Europe.

Photo © Koninklijke Luchtmacht.

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom