Cette acquisition allemande était dans les tuyaux depuis l’an dernier mais a été retardée en raison de la crise sanitaire mondiale du Covid19. Ce jeudi 26 novembre 2020 le constructeur Airbus Helicopters et le Bundeswehr ont signé un contrat de 2.7 milliards d’euros portant sur la fourniture de trente-et-un hélicoptères de combat naval NH-90 Sea Tiger. Ces machines doivent théoriquement être opérationnelles d’ici 2025. À termes le Marineflieger n’alignera plus comme voilures tournantes que l’appareil européen.

De plus en plus donc l’Allemagne s’inscrit comme un utilisateur majeur du NH-90 Caïman et de ses dérivés. Après avoir accepté au service l’an dernier ses premiers NH-90 Sea Lion l’aéronavale allemande a donc fait le choix désormais du standard Sea Tiger qui en dérive.
Si le premier est strictement un appareil de transport et de recherches-sauvetages en mer le second est lui destiné au combat navale, que ce soit contre les sous-marins ou les bâtiments de surface. Jusqu’au bout les concurrents de l’hélicoptère européen y ont cru, mais le NH-90 a été plus fort que l’AW.159 Wildcat européen et que le MH-60R Seahawk américain.

Pourtant l’industriel italien Leonardo avait raison de croire en les chances de son Wildcat puisque ce dernier dérive de l’hélicoptère que le Marineflieger cherche à remplacer au travers de ses futurs NH-90 Sea Tiger. L’aéronavale allemande va en effet se défaire de ses Westland Super Lynx Mk-88 qui assurent actuellement la mission de lutte anti-sous-marine. Bien qu’en théorie taillés pour le combat de surface ces hélicoptères de facture britannique se sont très rapidement montrés inefficaces dans la lutte anti-navire.

Et c’est en tirant les enseignements de cette faille dans le Lynx Mk-88 que le Bundeswehr et Airbus Helicopters ont su développer conjointement ce Sea Tiger. L’hélicoptère sera donc en 2025 une véritable bête de guerre dans le combat maritime. Pour autant on ignore encore les contours exacts de son armement emporté.
Extérieurement les Sea Lion et Sea Tiger seront, à l’exception des munitions et d’une ou deux antennes spécifiques, de véritables jumeaux.

Photo © Bundeswehr.

Publicité