Le contrat a été attribué par l’état-major de la Fortele Aeriene Romane à l’industriel israélien Elbit Systems. Ce dernier va donc devoir mettre à niveau l’avionique de l’avion d’entraînement de facture locale IAR-99 Soim aujourd’hui présent à hauteur de vingt exemplaires. Il s’agit pour la Roumanie de préparer au mieux ses futurs pilotes à voler sur General Dynamics F-16AM/BM Fighting Falcon. Jusque là ces jets assuraient la formation des futurs pilotes d’Aerostar LanceR.

Même si l’IAR-99 Soim n’était pas exactement le plus soviétique des avions conçus en Roumanie son avionique n’était jusque là pas au niveau des standards occidentaux. Ça va donc changer. Même si l’industriel en charge du chantier de modernisation est israélien c’est bien sur le sol roumain que les travaux seront menés. Des ateliers appartenant à IAR sont prévus à cet effet sur l’aéroport international de Craiova dans le sud du pays.

D’un montant d’un peu plus de 22 millions d’euros le contrat prévoit donc une remise à zéro des vingt IAR-99 Soim. L’avionique permettra de préparer les pilotes à leur passage sur General Dynamics F-16BM Fighting Falcon de transformation opérationnelle. Même si comme à son habitude Elbit Systems joue à fond la carte de la discrétion quant aux équipements qu’elle va installer on sait que l’entreprise israélienne devra permettre aux jets roumains d’être plus efficaces dans la formation aux combats air-air et à l’entraînement au tir air-sol. Pour autant il est hors de question de faire des IAR-99 Soim autre chose que des avions-écoles avancés. Leur capacité initiale d’attaque légère pourrait même disparaitre.
On sait par contre que le poste de pilotage deviendra quasiment tout écran et que le manche d’origine laissera la place à un joystick plus contemporain.

Le chantier doit débuter en janvier 2021 et se terminer en août 2022. Les jets d’entraînement seront immobilisés trois par trois afin d’impacter le moins possible l’école d’aviation de la Fortele Aeriene Romane. Bucarest insiste sur le fait que ce contrat ne vient pas remettre en question l’achat des radars à antenne active Vixen 500E auprès de l’industriel italien Leonardo dans le cadre du chantier IAR-99TD qui doit permettre de maintenir les Soim en dotation jusqu’à la fin de la décennie. Ainsi totalement modifiés les jets d’entraînement roumains pourront parfaitement attendre 2030 leur futur successeur.

Photo © Keypublishing.

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom