On se croirait revenu au temps de la guerre froide quand l’aviation soviétique s’amusait à venir titiller la marine américaine. Sauf que nous sommes en 2021, que l’URSS s’est effondrée depuis 30 ans et que c’est Pékin qui a repris ce jeu dangereux. Il y a quelques jours plusieurs bombardiers et chasseurs chinois ont simulé une frappe massive contre un porte-avions américain. Le gros hic dans l’histoire c’est qu’ils se sont réellement rapprochés du navire en question.

Bien sûr les avions chinois sont demeurés dans la zone des 250 miles nautiques autour de l’USS Theodore Roosevelt mais ils ont sacrément affolé le Pentagone. Imaginez un peu : huit bombardiers Xian H-6K/H-6N, un avion de patrouille maritime et de lutte anti-sous-marine Shaanxi Y-8 et quatre chasseurs d’escorte Shenyang J-16 Flanker-G+. Même si les deux premiers modèles ne sont pas d’une toute première jeunesse ils représentent tout de même une puissance de feu non négligeable.
D’ailleurs dès le lendemain de l’exercice chinois la télévision locale s’en faisait l’écho rappelant que les bombardiers H-6K/H-6N étaient capables à huit d’emporter chacun jusqu’à six missiles de croisière. C’était donc une simulation de frappes de saturation à laquelle l’équipage américain a participé, bien malgré lui, ce samedi 23 janvier 2021. Le bâtiment de guerre se trouvait alors en mer Chine méridionale, dans les eaux internationale.

Le lendemain, dimanche 24 janvier 2021, rebelote. Plus de Xian H-6 cette fois mais deux avions de patrouille maritime et de lutte anti-sous-marine Shaanxi Y-8 et un avion de guerre électronique Shaanxi Y-9. Ils étaient accompagnés d’au moins douze chasseurs, dont six Chengdu J-10 Firebird. Le reste étant composé de Flanker de diverses séries, dont certains produits localement. Et là encore les avions chinois ont clairement ciblé le porte-avions et son escadre de protection.

Forcément le pacha du porte-avions américain a fait dans les deux cas décoller sa chasse. Des Boeing F/A-18E/F Super Hornet appuyés par des EA-18G Growler ont orbité à plusieurs dizaines de kilomètres du navire. Ils étaient sous le contrôle d’un Grumman E-2C Hawkeye.
Les avions américains se sont bien abstenus de s’approcher de leurs homologues chinois, réputés pour avoir la gâchette facile. L’équipage de l’AWACS embarqué à suivi les pistes radars de chaque avion chinois, et ce sur les deux jours.
Depuis ce dimanche 24 janvier 2021 l’USS Theodore Roosevelt est en alerte maximale ! Chaque chasseur qui décolle le fait avec ses missiles air-air bons de guerre en place.

Selon le Pentagone ce double exercice chinois est une provocation suite à l’investiture quelques jours plus tôt du nouveau Président des États-Unis, Joe Biden. Les Chinois voulaient sans doute savoir si la réaction américaine serait différente de celle sous l’ère Trump. Ils ne doivent pas avoir été déçus, désormais plus rien ne peut approcher du porte-avions sans être totalement contrôlé. Encore plus qu’auparavant.

Super Hornet armé bon de guerre, la réponse de l’US Navy aux provocations chinoises.

Il est à signaler que même s’ils ont été largement adaptés aux besoins locaux les Shaanxi Y-8 et Xian H-6 n’ont rien d’avions de conception chinoise. Il s’agit de versions produites sous licence de respectivement l’Antonov An-12 et le Tupolev Tu-16. Ces deux avions datent de l’Union Soviétique. C’est dire si leurs cellules ne sont pas de la dernière jeunesse en matière de conception. Pourtant ils volent encore très bien, enfin surtout les H-6.

Photos © US Navy

 

Publicité

10 COMMENTAIRES

  1. « Les avions américains se sont bien abstenus de s’approcher de leurs homologues chinois, réputés pour avoir la gâchette facile ». Terrible de lire une chose pareille.Si cela est vrai alors nous sommes à 2 doigts d’un conflit et les chinois nous mettent devant le fait accompli.

  2. Bonjour,
    Pour une vision plus stratégique et pas seulement aéronavale, à lire « Vers la guerre » de Graham Allison, sur ce qu’il appelle le »piège de Thucydide » dans lequel semblent s’embourber les USA et la Chine, avec quelques exemples de scénariis pouvant aboutir à un conflit par accident.
    Intéressant et inquiétant. Il ne s’agit pas d’un roman mais de l’ouvrage d’un politologue enseignant à Harvard et ayant travaillé sous plusieurs administrations US aux affaires étrangères.

      • D’accord prof, c’est noté 🙂
        Cependant je n’étais pas totalement hors sujet car les scénariis évoqués sont des accrochages en Mer de Chine méridionale, l’un d’eux entraînant même la destruction d’un porte-avions US par le système défensif chinois….Mais je ferai attention, promis 🙂
        PS : D’accord avec Damien, avec le F-18 (et ce ne sera pas vraiment corrigé avec le F-35) les PA américains ont perdu beaucoup d’allonge par rapport à l’ensemble E2C / F-14 + Phoenix., qui seraient certainement toujours efficcients contre des dérivés de bombardiers conçus dans les années 50 ou 60, voire les Backfire russes. (peut-être moins contre les Tu 160 mais qui ne sont encore qu’une poignée).

  3. Bonjour permettez moi de ne pas être entièrement d’accord avec vous Arnaud, je dirais plutôt que les américains ont surveillé de près la situation mais sans s’affoler ( ils ont connu des situations bien pires ) car ceux qui courraient le plus de risques c’étaient bien les chinois qui n’avaient que très peu de chances d’échapper à la chasse US en cas de conflit. Il faut remarquer que la flotte américaine naviguait à environ 500 km des côtes chinoises donc en zone internationale, dernièrement un ou deux destroyers ont pénétré dans le détroit de Taïwan à environ 100 km de la Chine sans être inquiétés. Pour le moment la supériorité aéronavale américaine est incontestable et même si dans le pire des cas les chinois coulait un PA de l’US Navy les représailles militaires et économiques seraient désastreuses pour l’Empire du Milieu qui par ce genre de gesticulations entretient un climat anxiogène permanent pour continuer à désinformer sa population lobomotisée par la pensée unique .

  4. Personnellement, je crois qu’un conflit avec la Chine est impossible ! L’un comme l’autre ont trop à perdre, surtout les Chinois ! Les 3/4 du commerce mondial se font en dollars et ils contrôlent les systèmes de paiements à 100% . Les USA contrôlent la moitié des ressources mondiales en pétrole, et l’occident (dont les USA) absorbent 85% de la production manufacturière chinoise. Vous imaginez, si suite à un PA US coulé, elle se retrouvait sur la liste noir des pays sous embargo US ! Ce serait tout simplement la fin de l’empire du milieu ! Ce à quoi on assiste ne sont que des tentatives désespérées des chinois pour sauver la face. Par contre, une annexion éclair, soudaine et brutale de Taiwan au petit matin quand les USA dorment encore est possible ! Une sorte d’annexion à la Russe comme en Crimée ! Mais si ils ne l’ont pas fait avant, il ne le feront plus maintenant que l’Armada US arrive dans la région. Bien qu’un conflit local et limité soit toujours possible, on peut dormir tranquille ! J’ai jamais vu un chinois tuer la poule aux œufs d’or ! Par contre, je crois qu’une sérieuse évolution des cartes est à attendre en Iran et Corée du Nord, et plus vite qu’on ne le pense !

    • Personne ne parle d’un conflit ouvert entre la Chine et les USA, juste d’une nouvelle guerre froide. Quand à votre analyse sur l’Iran, elle retarde d’une présidence américaine. L’ère Trump pù il fallait diaboliser Téhéran semble bien révolue.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom